* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

1 Corinthiens 10:1-14

La pratique de la Liberté (3)

Je ne sais pas combien d'entre vous ont étudié l'histoire à l'école mais moi, si je pense à ces jours-là, je ne me souviens que du fait que mon prof d'histoire avait un grand nez et qu'il fumait un cigare dans sa classe à la recrée. De cela vous pouvez devenir que je ne m'intéressais pas trop à l'histoire. Je suis maintenant plus âgé et je m'intéresse beaucoup plus à ce sujet - surtout l'histoire de l'église. Nous pouvons apprendre beaucoup si nous regardons comment l'église s'est comportée pendant des siècles.

George Santayana, un professeur de la philosophie à l'université de Harvard aux Etats-Unis a dit, au début du vingtième siècle que: "Celui qui ne connaît pas l'histoire est destiné à la répéter." Il disait, qu'en effet nous apprenons jamais de ce qui s'est passé avant et continuons à faire des bêtises mêmes quand les résultats sont évidents - si nous prenons le temps de regarder dans l'histoire. Au chapitre 10 l'Apôtre Paul va rappeler les Corinthiens de l'histoire, et les échecs, d'Israël, le peuple de Dieu pour les pousser à ne pas commettre les mêmes erreurs. Comme pour le chapitre 9 nous allons prendre deux semaines pour regarder ce que nous allons lire maintenant. Lisons le chapitre 10 de 1 Corinthiens ensemble. Nous allons aussi ajouter le verset 1 du chapitre 11 à notre lecture.

Chapitres 8, 9 et 10 font un ensemble au sujet de la liberté chrétienne. Si vous ne vous souveniez pas des dernières prédications dans les chapitres 8 et 9 il y a quelques copies des ces prédications-la sur la table. Si vous avez le temps et l'endurance je vous encourage à prendre une copie pour la lire pour rafraîchir la mémoire.

A la fin du chapitre 9 Paul a dit ceci: "Ne savez-vous pas que ceux qui courent dans le stade courent tous, mais qu'un seul remporte le prix? Courez de manière à remporter. Or tout lutteur se maîtrise en tout; ceux-là le font pour remporter une couronne périssable; nous, pour une couronne impérissable. Moi, donc, je cours, mais non pas à l'aventure; je donne des coups de poing, mais non pas pour battre l'air. Au contraire, je malmène mon corps, je le traite comme un esclave, de peur qu'après avoir fait la proclamation pour les autres, je ne sois moi-même disqualifié."

Le prix dont Paul parle dans ces versets c'est l'approbation du Seigneur pour un travail bien fait. Disqualifié veut dire perdre ce prix, ne pas recevoir l'approbation du Seigneur au dernier jour. Paul veut entendre son Maître lui dire "C'est bien, bon et fidèle serviteur; entre dans la joie de ton maître". Il veut gagner la couronne! Cependant, il existait et il existe toujours, pour tout chrétien, Paul y compris, le risque d'échouer et de rater le prix. Il faut préciser ici que ce n'est pas une question de salut. Pour celui qui appartient vraiment au Seigneur le salut; le fait d'être sauvé n'est jamais mis en doute.

Paul écrit aux Corinthiens parce que, pour le moment, par leur comportement, ils courent le risque de perdre le prix, de déplaire à Dieu et en subir les conséquences. Il écrit pour avertir ceux qu'il aime du danger dans lequel ils se trouvent.

Israël, un peuple

Qu'est ce qui se passait à Corinthe pour que Paul écrive ainsi? Certains chrétiens de l'église allaient dans les temples païens et ils participaient à des repas donnés par les amis, la famille ou leur patron. Où se trouve le problème alors? Il nous semble que Paul s'est déjà adressé à la question de la viande sacrifiée aux idoles au chapitre 8. Là il a dit que la viande offerte aux idoles est une chose neutre. Un chrétien puisse choisir s'il veut la manager ou non. Bien sur, cela tout en tenant compte des autres chrétiens qui pouvaient être offensés par son comportement. Pourquoi continue-t-il sur ce thème d'idoles, temples et viande ici?

Paul explique que ce qui se passe à Corinthe chez certains chrétiens est comparable à ce que faisaient les Israélites après la sortie d'Egypte. Les Israélites sont tombés dans l'idolâtrie, et les Corinthiens risquent de faire la même chose.

Dans ces premiers versets du chapitre Paul nous donne un aperçu sur Israël. Il montre qu'Israël a été béni de Dieu. Dieu a sorti son peuple de l'esclavage en Egypte et il l'a gardé pendant 40 ans dans le désert. Après la sortie d'Egypte le peuple a passé par la mer rouge. Dieu a ouvert un passage à travers la mer pour que le peuple puisse passer sur la terre sèche. Quand les Egyptiens ont essayés de suivre pour capturer le peuple Dieu a lâché les eaux qui sont tombées sur l'armée égyptienne. Le pays d'Egypte est maintenant derrière, le peuple est coupé définitivement de l'ancienne vie là-bas. Il n'y a plus possibilité d'y retourner. Ceci c'est l'image de la mer au verset 1. Mais dans le désert la vie n'était pas simple. Cependant Dieu était présent avec son peuple - le nuage du verset 1 est l'image de la présence de Dieu. Il a pourvu à tous leurs besoins: la manne qui est tombé du ciel, l'eau qui est sorti d'un rocher quand Moise l'a frappé avec son bâton. Le peuple ne manquait de rien. Ce sont les évènements auxquelles Paul fait appel aux versets 1 à 4. Par ce qu'ils ont vécu ensemble le peuple était un ensemble, ils étaient unis "en Moïse", comme Paul le dit. Ils ont tous reçus de la main de Dieu ce dont ils avaient besoin. tout à fait comme les Corinthiens qui ont aussi reçu de la main de Dieu tout ce dont ils avaient besoin.

Dieu a fait une alliance avec son peuple et il était fidèle à son alliance et à ses promesses. Et le peuple? Ils ont vu des miracles, ils ont vécu devant la face du Seigneur. Et ils n'étaient pas fidèles. Paul nous dit au verset 5 que "la plupart d'entre eux ne furent point agréables à Dieu, puisqu'ils périrent dans le désert." Quand Paul dit "la plupart" c'est vraiment peu dire. De toute la génération qui est sortie d'Egypte il n'y avait que Josué et Caleb qui sont entrés dans la terre promise. Les autres de leur génération sont morts dans le désert.

Ces versets sont pleins à craquer des images qui viennent de l'Ancien Testament. Nous pouvions prendre toute la matinée juste pour les énumérer toutes. Malheureusement nous n'avons pas le temps. Mais il y a une chose essentielle à retirer de ce que Paul dit: La présence continuelle de Dieu et sa provision quotidienne de la nourriture et de l'eau n'étaient pas assez pour assurer la fidélité du peuple. Ce peuple a été sauvé d'entre les mains de Pharaon. La main de Dieu était sur ce peuple. Et Dieu les a détruit parce qu'ils l'ont déplu. Pour finir le fait d'avoir reçu les bénédictions de Dieu ne les a pas exempté du jugement de Dieu.

Qu'est-ce que cela veut-il nous dire aujourd'hui? Parfois, quand nous parlons avec nos connaissances nous entendons le suivant quand la discussion se tourne vers des sujets comme ce qui se passe dans la vie: "Bien, je ne comprends pas. J'ai fais mon baptême. J'ai fais ma communion. Je vais à l'église par moment. Je suis un bon chrétien. Pourquoi ceci m'est-il arrive?" Cela c'est peut-être des Catholiques. Les Protestants vont dire "Bien je ne comprends pas. Je suis allé à l'école de dimanche quand j'étais enfant. Je vais à l'église par moment.
Je suis un bon chrétien. Pourquoi ceci m'est-il arrive?" Ces gens croient, peut-être, que, à cause de ce qu'ils étaient ou ce qu'ils ont fait il y a des années, ils peuvent s'attendre maintenant, et à toujours, à en tirer les bénéfices.

Mais les choses ne fonctionnent pas comme cela. La bénédiction de Dieu est conditionnelle. Elle dépend de notre obéissance, elle dépend de ce que nous faisons aujourd'hui - non pas dans le passé. Cela est peut-être choquant. Nous ne sommes pas un peuple qui doit faire "des œuvres", nous sommes sauvés une fois et pour toujours, nous vivons par la grâce. Oui. Certainement. Et par cette grâce de Dieu nous obéissons à ses commandements. Par sa grâce nous sommes fidèles. Par sa grâce nous le servons. Mais il ne faut pas présumer que le nom "Chrétien" est suffisant tout seul. La foi doit être vécue. Comme Josué a dit à Israël "Choisissez aujourd'hui qui vous allez servir!"

Dieu est fidèle à ses promesses pour ceux qui sont obéissants - ils vont recevoir sa bénédiction.
Dieu est fidèle dans son jugement de ceux qui sont désobéissants - ils vont recevoir son châtiment. Et nous ne devons pas supposer que le fait d'aller à l'église, faire son baptême, prendre la Sainte Cène nous excusent si nous vivons dans la désobéissance. Ces choses ne sont pas une amulette de protection ou un porte-bonheur si nous insistons à vivre d'une manière qui déplait à Dieu. Il faut ajouter ici sue le chrétien obéissant sera béni. Mais la bénédiction est selon ce que Dieu veut et non pas, nécessairement ce que nous, nous voulions. Etre béni ne veut pas dire la vie en rose, sans soucis, sans problèmes. Nous sommes bénis par la présence de Dieu dans notre vie, par sa provision, par la force qu'il nous donne à surmonter les difficultés de la vie.

Israël, un exemple

Du verset 6 au verset 10 Paul applique l'histoire du peuple d'Israël aux chrétiens de Corinth. Israël de l'Ancien Testament est un exemple pour les Corinthiens. Que ce peuple soit juif et que les Corinthiens soient païen n'a pas d'importance. Ils sont de la même lignée. Ils ont le même Père. Comme c'était pour les ancêtres est-il aussi pour les enfants. L'église de Corinthe se trouve dans le même bateau, face aux mêmes problèmes et risques que les Israélites anciens. Vont-ils s'en sortir? Ou seront-ils détruits comme la plupart du peuple d'Israël? Si l'exemple est donné aux chrétiens de Corinthe il nous est donné aussi aujourd'hui. Nous avons quelque chose à apprendre des histoires que Paul raconte dans ce chapitre. Il y a des avertissements et des exhortations ici pour les chrétiens du premier et du vingt et unième siècles.

Avant d'aller plus loin il y a deux choses à dire à propos de ces versets, deux choses à noter. Dans tout ce qu'il dit aux Corinthiens Paul dit "nous". Bien qu'il ne s'engage pas dans le même comportement que les Corinthiens il sait qu'il n'est pas tout seul immunisé contre les mêmes péchés. Il puisse, un jour, tomber. Il se compte parmi les Corinthiens. Ce qu'il dit il dit aussi à lui-même.

Deuxième, il y a toujours quelque chose à apprendre de l'Ancien Testament. Cela pourrait sembler une remarque assez banale mais il y a pas mal de chrétiens qui s'en fiche de l'Ancien Testament. La nouvelle alliance en Jésus c'est ce qui compte, l'Ancien Testament c'est démodé, c'est du passé. Ils croient qu'ils peuvent ignorer, sans danger, ce que y est écrit. Cette attitude ne tien aucun compte de l'importance de l'Ancien Testament pour informer notre foi d'aujourd'hui. Nous l'ignorons à notre péril!

Qu'est-ce que le but de l'exemple d'Israël? Il se trouve au verset 6. Cet exemple est donné "afin que nous n'ayons pas de mauvais désirs." Cette traduction, comme presque toutes les traductions que l'on puisse lire - française et anglaise est un peu prosaïque, elle manque de poésie. Paul dit, plus littéralement, "afin que nous n'ayons pas une envie irrésistible du mal". Paul parle des désirs et des appétits, ce dont nous croyons avoir absolument, vraiment besoin pour nous satisfaire. Nous allons voir pourquoi il s'est servi d'un terme si fort par la suite.

Sous le titre "mauvais désirs" Paul nous montre quatre comportements à éviter. L'idolâtrie, l'immoralité, la provocation et le gémissement. Encore une fois Paul nous plonge dans le monde de l'Ancien Testament. Pour chaque comportement il fait référence à un événement dans la vie du peuple d'Israël, quelque chose qui se passait pendant les 40 années qu'ils erraient dans le désert.
Prenons-les un par un:

L'idolâtrie

Ici Paul fait allusion à ce qui s'est passé à la montagne de Sinaï. Moïse est monté recevoir les 10 commandements. Il a pris son temps - 40 jours et 40 nuits pour être exacte. Le peuple qui attendait en bas s'ennuyait. Pour finir Aaron, le frère de Moïse, les a fait un veau d'or - une idole. Selon Exode 32:6 "Le lendemain, ils se levèrent de bon matin, et ils offrirent des holocaustes et des sacrifices d'actions de grâces. Le peuple s'assit pour manger et pour boire; puis ils se levèrent pour se divertir." C'était de l'idolâtrie - la louange offerte à un autre qui n'est pas Dieu.

L'immoralité

Cela a amené le peuple à l'immoralité. "Se levèrent pour se divertir" c'est la façon polie de dire qu'ils ont fait une grande orgie. Ils sont tombés dans l'immoralité sexuelle. C'était peut-être la première fois mais ce n'était pas la dernière. Au verset 8 Paul évoque Nombres 25:1 a 9. Dans cette histoire le peuple a commencé à se livrer à la débauche avec les filles de Moab, un pays voisin. En plus ils sont allés aux sacrifices des Moabites et là ils ont mangé de la viande sacrifiée aux dieux de Moab. Par conséquent Dieu s'est fâché avec Israël. C'est seulement l'action d'un homme qui s'appelait Phinées qui a détourné la plaie que Dieu a envoyée contre son peuple. Cependant des milliers d'Israélites sont décédés.

La provocation

Le peuple d'Israël a mis le Seigneur à l'épreuve plusieurs fois. Au verset 9 Paul pense à un épisode bien précis dont le récit se trouve dans Nombres 21. Le peuple se plaignait à Moïse de les avoir sortis d'Egypte. Ils disaient qu'ils préféraient manger la bonne nourriture sous l'esclavage que mourir, libre, dans le désert. A cause de ces plaintes Dieu a envoyé des serpents parmi le peuple. Les serpents ont mordu le peuple et beaucoup sont mort. Les Israélites ont crié vers Dieu et Dieu a dit à Moise de faire un serpent d'airain. Celui qui regardait ce serpent ne mourait pas.

Le gémissement

Pour finir Paul dit aux Corinthiens qu'il ne faut pas se plaindre. Les Israélites étaient des experts en comment se plaindre. Ils l'ont fait plein de fois. Paul offre l'incident de la rébellion de Koré comme exemple des plaintes du peuple. Dans Nombres 16:41 nous lisons que "toute l'assemblée des enfants d'Israël murmura contre Moïse et Aaron." Ils le font suite a ce qui s'est passé quand Koré, un Lévite, a accusé Moïse et Aaron d'avoir pris, pour eux-mêmes, une position trop haute parmi l'assemblée de l'Eternel. Dieu a pris la défense de Moïse et Aaron et il a fait tomber sa colère sur Koré, sa famille et ceux qui ont conspiré avec lui. La terre s'est ouverte pour les engloutir. Et Israël a murmuré contre ses responsables. Nous pouvons dire encore que "se plaindre" et "murmurer" était souvent la pratique du peuple d'Israël dans le désert.

Il y a quelques minutes je vous ai dit que Paul s'est servi d'un terme assez fort pour parler des désirs du peuple d'Israël - "une envie irrésistible pour le mal". J'ai dit qu'il parlait des désirs et des appétits. Il y a une chose qui relie trois des quatre comportements que Paul mentionne dans ces versets. C'est la nourriture. Au verset 7 le peuple s'est assis pour manger et pour boire; et puis ils se sont levés pour se divertir. Ils ont mangé la viande sacrifiée devant le veau d'or, la viande sacrifiée à une idole. Au verset 8 quand le peuple a suivi les Moabites ils ont mangé la viande sacrifiée aux dieux de Moab - la viande sacrifiée aux idoles. Au verset 9 quand Paul fait référence au moment où Israël a mis Dieu à l'épreuve c'était une question de nourriture. Ils étaient dégoûtés par ce que Dieu les a donné. Israël cherchait toujours plus que ce que Dieu ne donnait. Ils n'étaient jamais satisfaits. Leurs appétits les ont poussés à rejeter temps après temps la miséricorde de Dieu. Et ce rejet se voit dans les plaintes et les gémissements du peuple.

Et tout cela est un exemple pour les Corinthiens. Quel est leur désir? Quel est leur appétit? De quoi est-ce qu'ils ont une envie irrésistible? Qu'est-ce que la chose qui va les amener à la destruction? C'est l'idolâtrie sous forme de la participation aux repas dans les temples de la ville de Corinth. En plus les Corinthiens ont montrés la tendance de se plaindre de Paul - leur responsable.

Au verset 11 Paul nous explique que "ces choses leur sont arrivées pour servir d'exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles." Il nous rappelle l'importance de l'Ancien Testament comme je vous ai déjà dit. Il nous dit aussi que Dieu a fait écrire l'Ancien Testament pour notre bien, pour notre instruction. L'Ancien Testament nous révèle le même Dieu que le Nouveau Testament - un Dieu d'amour, de patience et de justice. Le même Dieu qui agit de la même façon dans les deux Testaments.

Paul nous dit aussi que nous vivons "à la fin des siècles". Ceux qui vivaient au temps de l'Ancien Testament vivaient au moment où les promesses de Dieu ont été prononcées. Nous qui vivons dans le temps après la venue de Christ, nous vivons au moment où ses promesses ont été accomplies en Christ, la voile a été enlevé et nous voyons plus clairement. Si Dieu n'a pas épargné son peuple qui n'avait qu'un petit aperçu sur son plan, croyons-nous qu'il va nous épargner, nous qui avons reçu la révélation de Christ? Nous sommes sans excuses.

Prenez garde!

"Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber!" Paul a déjà dit qu'il ne fallait pas entraîner les "faibles" dans le péché au chapitre 8. Maintenant il avertit les "forts" qu'ils sont en danger aussi. Selon Paul les Corinthiens qui se croyaient fort étaient des chrétiens présomptueux. Ils supposaient que ce qu'ils faisaient n'avait pas d'importance aux yeux de Dieu. Ils croyaient voir clairement à cause de leur "connaissance". Pour finir ils croyaient plus en leurs croyances en Dieu qu'en Dieu lui-même. C'est à dire, ils pensaient avoir toutes les bonnes réponses à ce sujet (et sans doute à d'autres sujets) mais ils n'appuyaient pas sur la grâce de Dieu. Ils ne dépendaient pas de lui. Selon leur connaissance manger de la viande sacrifiée aux idoles dans les temples de ces idoles était une chose neutre. Ils avaient tort et à cause de leur présomption ils risquaient de tomber - c'est à dire échouer, rater le prix et connaître le châtiment de Dieu.

Il me semble que nous ne nous trouvons pas vraiment devant ce problème d'idolâtrie de nos jours. Il est peu probable que demain je serais tenté d'aller manger un bout dans le temple païen local. Quel est mon risque? Quel est notre risque? Notre risque c'est de présumer que ce que nous faisons, par habitude ou par choix est bon, ou au moins pas mal. C'est de présumer que, pour finir, je ne cours aucun risque par mon comportement. C'est de présumer que je sais déjà, grâce à ma connaissance et mes expériences, ce qui est bon et ce que Dieu pense. C'est d'être aveugle moi-même à ce que je fais. C'est d'agir comme il me semble bon sans se rendre compte que je sois en danger. C'est d'être dominé par mes désirs et de m'en ficher. C'est l'idolâtrie, l'immoralité, la provocation et le gémissement. Est-ce que je plait à Dieu ou à moi-même? Je n'en sais pas et cela ne me trouble pas trop.

Les Corinthiens n'avaient pas peur des idoles ou de leur pouvoir. Ils n'avaient pas peur non plus de déplaire à Dieu. Il existe une peur sainte - ce que nous appelons souvent "la crainte de Dieu". Ce n'est pas comme la peur d'un chien battu qui tremble dans le coin. C'est le respect sain du Seigneur de tout l'univers, celui qui juge chacun. Il faut cultiver cette peur par la lecture de la Bible, de l'Ancien Testament même. Lisons ce qu'elle dit de Dieu et ce qu'il a fait de ceux qui ont abandonné leur alliance avec lui - prenons note et prenons garde!

La tentation

Pour finir nous arrivons au verset 13. Peut-être un des versets le mieux connu de tout le Nouveau Testament. Verset sur lequel nous nous appuyons dans les moments difficiles. "Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d'en sortir, afin que vous puissiez la supporter."

Dans le contexte de ce passage Paul parle toujours de l'idolâtrie. La tentation dont il parle c'est la tentation de participer aux repas de viande sacrifiée aux idoles au sein des temples païen. Dans la société grecque de Corinth, éviter de tels repas serait le suicide social. Lors de ces repas les invités feraient des connaissances, concluraient des affaires, entre autres. Dans cette société ce n'était pas ce qu'on savait mais qui on connaissait qui était l'important. Se priver de ces contacts et ces possibilités aurait été pénible pour les Corinthiens. Ils se priveraient de la chance de progresser dans la vie, ils se trouveraient peut-être face à la persécution pour leur rejet des coutumes des autres. Il y aurait peut-être un prix financier à payer par la perte d'un emploi s'ils refusaient de s'associer avec leur patron au temple. Cette tentation était quelque chose d'externe; une pression parfois subtile, parfois ouverte,toujours forte, qui menacé d'accabler son objet.

Paul dit aux Corinthiens que ce qu'ils subissent n'est pas rare. Ils ne sont pas les premiers et ils ne seront pas les derniers. Nous avons tous la tendance de croire que nous sommes le seul qui passe par une certaine tentation, que nous avons la plus difficile de tous et que tous les autres vivent une vie à l'aise, sans soucis ou problèmes, ignorant de ce que nous souffrons. Ce n'est pas vrai. Chaque chrétien se trouve face à la tentation, surtout le genre de tentation dont Paul parle ici. Nous avons tous, quelque part, le désir de suivre la foule, de ne pas ressortir, de ne pas attirer l'attention sur nous, de rester confortable et tranquille. S'identifier comme "chrétien" peut être coûteux - dans la famille, au travail, avec des amis. Nous sommes tous tentés de nous taire et laisser entendu que nous sommes "normal". Mais il y a dans ce verset la promesse que Dieu sera avec nous et qu'il pourvoira une sortie.

Il faut noter que Paul ne dit pas que la tentation sera enlevée. Notre famille non-croyante qui exige tant de choses et qui nous met la pression ne va pas disparaître miraculeusement. Notre collègue qui se moque de nous pour notre foi ne va pas disparaître miraculeusement. Nos amis qui nous incitent à faire des choses douteuses ne vont pas disparaître miraculeusement. Nous allons devoir vivre avec et nous appuyer sur Dieu. Si la tentation est enlevée nous n'aurons pas besoin de l'aide de Dieu pour la supporter. Il nous donnera la force dont nous avons besoin de chercher, trouver et agir pour nous sauvé de la situation. Nous sommes parfois passif face à la tentation. Nous lisons ce verset et nous supposons qu'une sortie de secours va apparaître devant nous qui nous permettrera à quitter la bataille. Ce n'est pas le cas. Nous devons être actifs dans le combat. Au verset 14 Paul donne aux Corinthiens une instruction pour comment se sauver - "C'est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l'idolâtrie." C'est quelque chose qu'ils sauront faire, ce n'est pas au-delà de leurs possibilités bien qu'il y aura un prix à payer. Le prix de la perte du contacte avec la famille et des amis ou le prix de la perte d'un travail n'est pas à minimiser. Mais pour plaire à Dieu il vaut la peine de payer le prix. Qu'est-ce que la chose la plus importante? L'approbation des hommes ou l'approbation de Dieu. Ou, autrement dit - Qui devrait-on craindre? Les hommes ou Dieu?

Conclusions

Paul nous fait réfléchir encore une fois. Il nous encourage à nous examiner - "que celui qui pense être debout prenne garde de tomber." Sommes-nous debout? Est-ce que nous errons un peu trop près du précipice? Notre réponse à ces questions nous est importante. S'examiner n'est pas toujours agréable, je m'en rends bien compte. Travailler sur cette prédication et lutter avec des questions que ce passage soulève n'a pas été super confortable.

Sur qui est-ce que nous nous appuyons? A qui soumettons-nous nos désirs et nos appétits? Si notre réponse à ces questions c'est "Dieu" nous sommes sur la bonne voie. Restons là, près de lui et veillons les uns sur les autres pour la gloire de Dieu et pour l'édification de son église. Vous et moi pour que nous puissions tous remporter le prix.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications