* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

1 Corinthiens 10:15 à 11:1

La pratique de la Liberté (4)

Ce matin nous continuons notre série de réflexions sur la liberté chrétienne dans 1 Corinthiens. Paul, dans les versets que nous allons regarder, va terminer ce qu'il veut dire à propos du peuple d'Israël et l'exemple qu'ils montrent aux Corinthiens. Puis il va donner des conseils pratiques sur comment vivre la liberté chrétienne. Comme les autres chapitres sur le thème de la liberté chrétienne, la fin du chapitre 10 pourrait nous sembler difficile à saisir et appliquer à notre vie. Il nous est un peu obscur puisque nous ne vivons pas dans une culture où les gens vont dans les temples païens manager de la viande sacrifiée aux idoles. Mais, il y a des choses pratiques dans ce que Paul dit et je vais essayer de les souligner au fur et à mesure.

Lisons le chapitre 10 ensemble.

Du verset 1 au 14 Paul a montré aux Corinthiens comment les Israélites ont été punis par Dieu parce qu'ils ont tourné le dos à Dieu, se tournant vers les Idoles. Malgré ce que ce peuple a vu et ce qu'ils ont vécu ils ont abandonné leur alliance avec Dieu pour poursuivre d'autres dieux. De toute la génération qui est sortie d'Egypte il n'y avait que deux hommes - Josué et Caleb qui sont entrés dans le pays promis. Le reste est mort dans le désert à cause de leurs péchés et leur rejet de la miséricorde de Dieu. Paul a appliqué l'exemple du peuple d'Israël aux Corinthiens. Par leur comportement ils courent un risque. La décision, prise par certains dans l'église, de manager de la viande sacrifiée aux idoles, dans les temples des idoles les mets en danger. Ils sont en train de tomber dans l'idolâtrie, comme le peuple d'Israël a fait, et ils doivent se sauver. Au verset 14 Paul les a donné un conseil simple et pratique "C'est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l'idolâtrie." Dieu donne à chacun qui se trouve face à la tentation la possibilité de s'en sortir, de se sauver. Pour les Corinthiens fuir l'idolâtrie aurait été coûteux dans une société où les repas aux temples étaient importants pour progresser dans la vie. Mais, ils doivent choisir à qui ils veulent plaire: à Dieu ou aux hommes. Du verset 15 au verset 22 Paul conclut son argument tiré de l'histoire du peuple d'Israël. Pour les Corinthiens il y a un choix à faire. A partir du verset 23 Paul va les montrer comment ils doivent vivre, quelles sont les conséquences de ce qu'il les a enseigné.

Un choix à faire

Si vous avez un enfant et vous êtes déjà allé dans un magasin de jouets vous savez qu'il y a deux sortes d'enfants. Pour le premier, vous entrez dans le magasin et 2 minutes plus tard l'enfant est prêt. Il a fait son choix et il veut maintenant aller jouer.
Pour le deuxième, vous entrez dans le magasin et après une bonne demi-heure vous regardez votre montre et vous vous demandez si vous allez rentrer à la maison avant la fin de la journée, la semaine... ou parfois le siècle. Pour certains choisir est facile. Pour d'autres, choisir est pénible.

Avec ce qu'il va les présenter est-ce que les Corinthiens auront difficile à faire un choix ou sauront-ils faire rapidement le bon choix? Paul espère bien qu'ils fassent le bon choix parce qu'il se rend bien compte qu'il doit les persuader à faire ce choix. Il n'est pas possible de les contraindre. C'est pourquoi il dit "Je parle comme à des hommes intelligents; jugez vous-mêmes de ce que je dis." Faire un changement dans leur comportement, ne plus aller dans les temples païens, forfaire des possibilités y associé n'est pas facile. Si les Corinthiens vont faire le bon choix cela doit venir de leur propre compréhension de la situation et de leur propre désir de changer de comportement. Ils doivent être convaincus que ce qu'ils font pour le moment n'est pas ce que Dieu veut qu'ils fassent. Paul va essayer des les convaincre.

Voici quelque chose de pratique: Il me semble que nous nous trouvons parfois avec le même problème que Paul avait. Nous ne pouvons pas contraindre quelqu'un à suivre un certain chemin. Nous pouvons lui avertir qu'il cour un risque devant Dieu. Nous pouvons essayer de lui convaincre qu'il est en danger. Nous pouvons lui montrer les conséquences d'un certain choix. Mais, pour finir, nous ne pouvons pas faire son choix. Il doit le faire pour lui-même.

Pour convaincre les Corinthiens la première chose que Paul fait c'est de les montrer qu'en Christ ils sont unis. Il fait référence aux éléments de la Sainte Cène - le pain et le vin. Quand ils participent à la Cène ils déclarent qu'ils sont un et qu'ils participent ensemble en Christ. Paul parle aussi du corps pour, encore une fois, démontrer que les Corinthiens font un ensemble et qu'ils s'identifient avec Christ. Etre un ensemble veut dire qu'ils ne considèrent plus leurs propres besoins et désirs mais les besoins et les désirs de l'ensemble, les autres dans l'église.

Certains, peut-être beaucoup, des Corinthiens ont oublié la nature de l'église. Elle est formée des individus, oui, mais elle ne fonctionne correctement que quand chacun s'intéresse aux besoins et aux désirs des autres avant lui-même. C'est quand même plus qu'être un simple membre. Il y a quelque chose de plus profond dans l'unité qui doit se trouver dans une église. La communion que nous avons les uns avec les autres est un symbole de la communion que nous avons avec Jésus-Christ.

A Corinthe il est probable qu'il y avait pas mal de membres mais ils ne vivaient pas dans l'unité, il y avait parmi eux trop d'individualistes. S'ils font un et s'ils font un en Christ il y a des conséquences. Ils ne peuvent pas appartenir à quelqu'un d'autre. Dans ces versets Paul parle de deux choses: l'unité et la loyauté. L'unité se voir dans ce que les Corinthiens font ensemble - le partage du pain et du vin. La loyauté se voir dans le fait que ce qu'ils font ensemble ils le font en Christ. Christ est leur seul Maître.

Au verset 18 Paul utilise encore une image qui vient de l'Ancien Testament. "Voyez les Israélites selon la chair: ceux qui mangent les victimes ne sont-ils pas en communion avec l'autel?" Israël selon la chair c'est simplement le peuple tel que nous le trouvons dans les histoires de l'Ancien Testament. Histoires dont Paul s'est servi pour montrer l'exemple aux Corinthiens. Paul utilise cet exemple pour indiquer qu'il y a un rapport entre ce que font les Corinthiens et ce que faisaient les Israélites quand ils ont sacrifié à l'autel du Temple.

Il faut dire ici, je le souligne, que partager la Cène n'est pas un sacrifice refait, ce que nous faisons, nous le faisons simplement "en mémoire de Jésus."

Mais l'élément de participation en quelque chose reste, c'est encore un lien entre les Corinthiens et le peuple de Dieu ancien. Paul introduit aussi l'idée d'un sacrifice sur un autel, par ceci il crée le lien entre le repas du Seigneur et les repas idolâtres des païens. Mais est-ce qu'il existe une correspondance un à un entre la Cène et les fêtes dans les temples païens? Selon Paul, non. Un sacrifice dans un temple païen comprend une certaine réalité spirituelle. Mais ce n'est pas ce que les gens puissent penser. Paul demande si "la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose" ou si "une idole est quelque chose". Il donne lui-même la réponse: "Nullement. Je dis que ce qu'on sacrifie, on le sacrifie à des démons, et non à Dieu."

Quand nous avons regardé le chapitre 8 je vous ai dit qu'il existe un monde spirituel que nous ne voyons pas. Ce monde est peuplé par des êtres spirituels. Dieu, Satan, des anges et des démons. Mais ce qui est dans ce monde spirituel ne s'accord pas avec ce que les gens puissent croire existe dans ce monde-là. Les gens peuvent appeler des êtres spirituels qu'ils adorent ici-bas "des dieux" et "des seigneurs" mais cela ne veut pas dire que ses êtres sont des vrais dieux. Il n'y a pas d'autres dieux réellement. Il n'y a qu'un seul Dieu."

Je vous ai dit aussi que Paul nous dévoilera plus précisément la nature réelle de ce qui est derrière une idole au chapitre 10. Nous voici au chapitre 10. Qu'est-ce qu'il nous dévoile? Derrière chaque idole, associé avec l'idole, existe une puissance spirituelle réelle. Mais ce n'est pas un dieu, c'est un démon - un ange déchu. L'idole en soit n'est rien, comme Paul l'a dit au chapitre 8, ce n'est qu'un objet fait de pierre, de métal et de bois, mais il représente un démon. Et un chrétien ne peut pas avoir communion avec des démons. Il est donc impossible de participer à la fois aux repas dans les temples et à la cène, le repas spirituel de l'église. Il semble que les Corinthiens sont, quelque part, ignorants de la nature de ce qu'ils font quand ils mangent de la viande sacrifiée aux idoles dans les temples. C'est pourquoi Paul dit "je ne veux pas que vous soyez en communion avec les démons." Les Corinthiens, bien qu'ils aient une certaine connaissance ne connaissent pas tout.

Par la suite, au verset 22 Paul pose deux questions pour voir si les Corinthiens comprennent le danger dans lequel ils se trouvent ou les conséquences potentielles de leurs actions. Des hommes intelligents, comme ceux auxquels il parle, devraient répondre à chacune de ses questions avec un "non". "Non, nous ne voulons pas provoquer la jalousie de Dieu." "Non, nous ne sommes pas plus forts que lui." L'Ancien Testament dit à plusieurs reprises que Dieu est un Dieu jaloux. En Exode 20:3-5 il est écrit dans les deux premiers commandements que "Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d'image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point; car moi, l'Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux."

Dieu est jaloux pour sa gloire. Il ne la partagera avec aucun concurrent. Il est aussi jaloux pour son peuple, qu'ils n'adorent que lui seul. Les Corinthiens ne devraient pas provoquer sa jalousie. Ils ont donc un choix à faire: participer à la table des démons ou participer à la table du Seigneur. Le choix est entre la viande sacrifiée aux idoles et le pain rompu de la Cène. Arrêter d'aller manager dans les temples païens sera coûteux, il y aura un prix social et matériel à payer pour les Corinthiens. Mais ne pas arrêter et, par conséquent, provoquer la jalousie de Dieu sera encore plus coûteux, il y aura un prix spirituel à payer.

Une façon de vivre

A partir du verset 22 Paul parle de comment mettre tous ses conseils en pratique. Qu'est-ce que l'on doit faire face aux réalités de la vie quotidienne? Au verset 22 Paul dit: "Tout est permis, mais tout n'est pas utile; tout est permis, mais tout n'édifie pas". Ceci nous rappelle ce qu'il a dit au chapitre 6 quand il a parlé de l'immoralité sexuelle. Ici, encore une fois Paul prend un des slogans des chrétiens de Corinthe et il ajoute sa propre réponse pour corriger ce que les Corinthiens ont dit. En Christ tout m'est permis mais je dois me poser des questions avant de faire ce que, moi, je veux faire. Comme nous avons vu quand nous avons regardé le chapitre 6 'utile' veut dire ce qui est bon pour moi, ce qui me fait du bien, ce qui est profitable pour ma vie. Il y a des choses qui sont neutres par rapport à la moralité. Mais sont-elles utiles? Vont-elles me faire du bien aussi bien sur le plan physique que spirituel? Et puis, ces choses, sont-elles bonnes pour les autres? Est-ce qu'elles édifient, construisent, mon prochain, mon frère ou ma sœur en Christ?

Par la suite Paul nous donne le principe qui doit informer toutes nos décisions en tant que chrétiens: "Que personne ne cherche son propre intérêt, mais que chacun cherche celui d'autrui." Un conseil tellement facile... facile à entendre, facile même d'être d'accord. Le vivre... ça c'est autre chose. Cherche l'intérêt des autres était contre la "moi le premier" attitude de certains des Corinthiens. C'est aussi contre notre nature aujourd'hui. Nous nous y soumettons avec difficulté parce que notre culture nous dit tout le temps que nous devions chercher à nous plaire et être le gagnant dans tout.

Paul va montrer aux Corinthiens comment ses conseils peuvent 'fonctionner' dans la situation dans laquelle ils se trouvent, prenons-les en deux morceaux: "Mangez de tout ce qui se vend au marché, sans vous enquérir de rien par motif de conscience; car la terre est au Seigneur, et tout ce qu'elle renferme. Si un non-croyant vous invite et que vous vouliez y aller, mangez de tout ce qu'on vous présentera, sans vous enquérir de rien par motif de conscience. Mais si quelqu'un vous dit: Ceci a été offert en sacrifice! n'en mangez pas, à cause de celui qui a donné l'avertissement, et à cause de la conscience. Je parle ici, non de votre conscience, mais de celle de l'autre. Pourquoi, en effet, ma liberté serait-elle jugée par une conscience étrangère?"

L'ignorance c'est le bonheur - au moins en ce qui concerne la viande sacrifiée aux idoles. Paul ne veut pas que les Corinthiens se tracassent inutilement de la source de la viande qu'ils puissent acheter dans le marché. Dieu ne les a pas appelé à être des inspecteurs de viande! Ce qu'ils ne savent pas ne peut pas les faire tort. Dès que la viande sacrifiée à une idole sort du temple païen elle est normale. Les Corinthiens puissent la manger sans problème. Le monde appartient au Seigneur et la viande, selon Paul, rentre dans son domaine. Elle est libérée de l'emprise de l'idole devant laquelle elle a été sacrifiée. Elle ne peut rien faire au croyant. Ceci est libérateur pour les Corinthiens! Bien qu'un chrétien ne soit pas engagé dans les choses qui sont ouvertement "païen" il peut manager ce qu'il veut. Un chrétien puisse même aller chez des amis païens manger avec eux! Quelle nouveauté! Au verset 27 Paul pense plutôt à un repas dans la maison d'un ami non-croyant et non pas un repas dans un temple. Le temple païen est interdit aux chrétiens à cause de son association avec les démons.

Mais il y a un "mais". Si quelqu'un, lors d'un tel repas dit "Ceci a été offert en sacrifice!" le chrétien ne doit pas le manger. Cependant, la raison n'est pas ce qu'on pourrait croire. Ce n'est pas pour le chrétien que Paul donne un tel conseil. C'est pour le non-croyant. Et ceci va nous donner un principe important pour comment nous, nous comportions.

Si le chrétien Corinthien mange de cette viande il donne raison à son ami non-croyant. Il dit, en effet, "Peu importe si t'es un païen". S'il mange il approuve tacitement le sacrifice qui a été fait et il affirme la "religion" de son ami, qu'elle est raisonnable, signifiante. En plus, cette approbation implicite peut être une entrave à son ami. Comment est-ce qu'il va se tourner vers le Seigneur s'il croit que ce qu'il fait déjà est bon et ne pose pas de problème pour les chrétiens dans son entourage?

Pour nous aujourd'hui ce que Paul dit est assez important quand nous pensons à notre témoignage devant le monde. Faisons-nous des choses qui donnent une approbation implicite au comportement du monde, au comportement de nos amis? Est-ce que nous nous unissons à ce qu'ils font? Est-ce qu'il y a, quand même, une différence discernable entre eux et nous?
Je ne veux pas dire que nous devons nous tenir à l'écart, montre le doigt et tout juger. Comme Paul a expliqué au chapitre 5, pour ne pas avoir du contact avec des non-croyants il faudra sortir du monde, c'est-à-dire, déménager sur une autre planète.

Non, encore une fois Paul est très pratique. Nous pouvons passer du temps avec les non-croyants, si non ils ne connaîtront jamais le Seigneur. En fait, si vous ne connaissez pas des non-croyants il y a un problème! Mais notre comportement ne doit pas être le leur. Il faut avoir de discernement. Par ce que nous faisons et disons nous approuvons, ou nous désapprouvons, ce que font nos proches. Approuvons donc ce qui est juste, équitable, honnête, ce qui va aider nos amis à trouver le Seigneur. Mais avec notre désapprobation, ne soyons pas supérieur. Nous ne sommes pas mieux qu'eux, nous connaissons simplement la grâce imméritée de Dieu dans notre vie.

Il est tellement difficile de vous donner un exemple concret de ce principe - nous nous trouvons chacun dans des situations différentes, nous avons des amis et des connaissances différents. Il faut que chacun y réfléchisse. Nous devons, pour finir, revenir au principe que par ce que nous faisons et ce que nous disons soit nous aidons à nos amis de se remettre en question et se tourner vers Christ soit nous les donnons raison de croire qu'ils sont déjà "OK" dans ce qu'ils font.

Le deuxième morceau: "Soit donc que vous mangiez, soit que vous buviez, soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu. Ne soyez en scandale ni aux Grecs, ni aux Juifs, ni à l'Eglise de Dieu, de la même manière que moi aussi je m'efforce en toutes choses de complaire à tous, cherchant, non mon avantage, mais celui du plus grand nombre, afin qu'ils soient sauvés."

Dans ces derniers versets Paul résume tout ce qu'il a dit à propos de la liberté chrétienne. Si vous ne voulez retenir qu'une chose ce matin, ce sont ces versets à retenir. Avant toute autre chose, faisons tout pour la gloire de Dieu. Comment? Il y a deux applications des principes que Paul nous a donnés. Une application dans le monde et une application dans l'église.

Dans le monde: Ne faisons rien qui empêche aux non-croyants de connaître Christ. Notre comportement dans le monde doit être sans reproche. Comment nos amis non-croyants et notre famille non-croyante nous perçoivent va avoir un effet - positif ou négatif - sur s'ils vont se tourner vers Christ ou non. Je dis "un effet" parce que nous ne sommes pas les seuls responsables pour si quelqu'un devient chrétien ou non. Nous avons notre rôle à jouer, bien sûr, je ne veux en aucun cas minimiser l'importance de tout ce que je viens de vous dire, mais, à la fin des comptes, c'est l'Esprit Saint qui va convaincre du péché et de la justice. Cependant agissons pour que le plus grand nombre soit sauvé.

Il est vrai que les gens nous regardent, ils voient si ce que nous faisons et disons accordent avec ce que nous déclarons croire. La barre est haute, je ne dis pas le contraire, et nous n'allons pas toujours arriver à la hauteur même de nos propres attentes. Nous serons jugés et parfois mal jugés par les hommes, mais pour finir Dieu seul est notre juge, il voit ce qui est dans notre cœur et il est miséricordieux - envers nous, envers notre famille, envers nos amis et envers ce monde.

Dans l'église: Ne faisons rien qui empêche à nos frères et sœurs en Christ d'avancer et grandir dans leur foi. Pratiquons le principe que l'amour pour l'autre est plus important que mes droits et ma liberté à moi. Voici une citation que j'ai trouvée assez poignante: "Est-ce que vous pouvez imaginer ce qui se passera dans toutes les situations de conflit dans l'église si nous pouvions s'accorder depuis le début à un arbitrage bâtit sur le principe 'ce qui donne à Dieu la gloire'. A cause de la négligence de ce principe tant de bien est laissé non fait, et tant de conflit se produit." Cherchons l'avantage des autres dans l'église, comme Paul l'a fait. Si nous pratiquons ces choses nous agissons pour la gloire de Dieu.

Pour finir les paroles de Paul dans le chapitre 11 le verset 1: "Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ". Nous pouvons trouver entre nous de bonnes choses à imiter. En Paul nous trouvons aussi beaucoup à imiter. Surtout, nous trouvons en Jésus-Christ le meilleur modèle pour notre comportement les uns envers les autres. Jésus-Christ qui a dit "Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres".


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications