* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

1 Corinthiens 11:17-34

La Sainte Cène

Ce matin j'avais prévu de vous présenter le dernier message dans notre minisérie "Hommes et femmes dans l'église". Après une semaine pas trop joyeuse pour la santé et avec quelques imprévus je ne suis pas arrivé à terminé mon travail comme j'ai voulu. Cela va devoir attendre la semaine prochaine. A sa place nous allons reprendre nos études dans 1 Corinthiens. Nous sommes maintenant au verset 17 du chapitre 11. C'est une prédication que j'ai déjà fait en mai 2006. Je vous la présente avec, quand même quelques changements. Si vous vous en souvenez vous avez la permission de vous endormir pour les parties que vous connaissez déjà.

Nous lisons souvent les paroles de l'Apôtre Paul qui se trouve dans 1 Corinthiens 11 avant de partager le pain et le vin lors de la Sainte Cène. Nous connaissons bien, au moins, le début de ce que Paul enseigne à propos du repas du Seigneur: "Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné…"

Ce matin j'aimerais me concentrer sur les paroles qui tournent autour de ces paroles qui nous sont si familières. Lisons le passage entier: 1 Corinthiens 11:17-34.

Pour comprendre ce que dit Paul en ce qui concerne la situation à Corinthe il faudrait peut-être comprendre comment l'église se réunissait le dimanche à cette époque là. L'église fondée par Paul à Corinthe était multiculturelle - il y avait un peu de tout là dedans. Riche, pauvre, Romain, Juif, Grec, libre, esclave. C'était un vrai mélange.

A Corinthe, comme nous avons déjà vu, il y avait des problèmes. Paul dit au verset 18 que: "j'apprends que, lorsque vous vous réunissez en assemblée, il y a parmi vous des divisions, - et je le crois en partie,"Au début de 1 Corinthiens nous avons appris que Paul a reçu un rapport de la situation à Corinth. Il semble que le rapport de ce qui se passait dans l'église a été, peut-être un peu exagéré mais au fond il y avait un problème, il y avait une réalité très désagréable à Corinthe. Il y avait des divisions dans l'église. Nous entendons parler de ces divisions au chapitre 1 où Paul écrit: "mes frères, j'ai appris à votre sujet, par les gens de Chloé, qu'il y a des disputes au milieu de vous. Je veux dire que chacun de vous parle ainsi: Moi, je suis de Paul! et moi, d'Apollos! et moi, de Céphas! et moi, de Christ! Christ est-il divisé? Paul a-t-il été crucifié pour vous, ou est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés?" Il y avait des divisions dans l'église à cause des préférences pour un prédicateur ou un autre.

Dans le chapitre 11 le problème est beaucoup plus pratique. Les divisions suivent la ligne entre riche et pauvre, libre et esclave. "Lors donc que vous vous réunissez, ce n'est pas pour manger le repas du Seigneur; car, quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l'un a faim, tandis que l'autre est ivre."

Partager un repas en commun, comme nous le faisons de temps en temps ici à Libramont, faisait partie de la vie de l'église. C'était pendant ce repas, à un moment précis, que la mort du Seigneur était commémorée. Mais à cause des problèmes dans l'église, ce repas, la Sainte Cène était devenue une parodie. "L'un a faim, tandis que l'autre est ivre."

L'église se réunissait dans la maison d'un de ses membres. La maison aurait été assez grande pour accueillir pas mal de personnes. Dès que la plus grande pièce de la maison aurait été remplie ceux qui arrivaient après auraient resté dans le cours de la maison. De là ils auraient su écouter ce qui se passait mais ce n'était pas le lieu le plus commode.

Imaginez donc un dimanche typique à Corinthe au moment du repas en commun.
Les riches sont déjà là, bien installés aux places les plus confortables de la maison. Ils ne sont pas retenus par le travail comme les pauvres et les esclaves. En plus, c'est eux qui apportent la nourriture pour le repas. Ils ont les moyens de le faire et ils en profitent. Ils prennent ce qui est le meilleur du repas, ils boivent le meilleur vin et mangent la meilleure viande. Quand les pauvres et les esclaves arrivent il ne reste presque plus rien à manger. En plus ce qui reste n'est pas de qualité. Les riches qui ont déjà terminé leur repas ont détaché leurs ceintures et sont bien bourrés dans le coin.

Le repas du Seigneur - un moment de partage, de souvenir, d'amour est devenu une honte pour l'église. Et l'Apôtre Paul n'est pas du tout content. "En donnant cet avertissement, ce que je ne loue point, c'est que vous vous assemblez, non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires." Ce sont des paroles tranchantes.

Paul explique donc la nature du repas du Seigneur. Ce qu'il devrait être.
Il explique aux Corinthiens que la Sainte Cène est à la fois un mémorial et une proclamation.

Un mémorial

En prenant le pain et le vin nous nous souvenons de ce que le Seigneur à fait pour nous, pour nous racheter et pour nous réconcilier avec Dieu. Dans Ephésiens 2:11-13 nous trouvons un résumé magnifique de tout ce que Dieu a fait pour nous. "C'est pourquoi, vous autrefois païens dans la chair, appelés incirconcis par ceux qu'on appelle circoncis et qui le sont en la chair par la main de l'homme, souvenez-vous que vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Mais maintenant, en Jésus Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ."

A la Sainte Cène nous nous souvenons de ces faits. Ce que nous étions, ce que nous sommes maintenant. Ce que Jésus a fait il a fait pour tous, mais chacun qui est venu à lui a expérimenté la miséricorde de Dieu pour lui-même. Chaque chrétien peut témoigner de comment il ou elle est devenu enfant de Dieu, adopté dans sa famille, frère ou sœur de Christ. La Sainte Cène nous rappelle ce que cela a couté à notre sauveur, ce qu'il a payé pour nous racheter. C'est peut-être à ce point-ci qu'il faut souligner que la Sainte Cène c'est pour ceux qui sont sauvés, ceux qui aiment et suivent Jésus. Point.

Une proclamation

Quand nous mangeons le pain et buvons le vin, les symboles de la mort de Jésus, nous nous identifions avec Christ. C'est quelque chose qui se fait en publique, ensemble. Nous proclamons certaines choses quand nous participons à la Sainte Cène. Nous proclamons "Moi j'appartiens à Jésus, j'accepte sa mort à ma place et j'accepte qu'il m'aime. J'accepte son salut". Nous proclamons "J'affirme ma foi en Jésus-Christ. J'ai besoin du Seigneur parce que je reconnais qu'à cause de mon péché il est mort à la croix". Nous proclamons "Je fais partie du corps de Christ".

Si nous pouvons dire que le baptême marque le début de la vie chrétienne, l'entrée dans l'église; la Sainte Cène marque sa continuation. Paul a dit: "La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ? Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps; car nous participons tous à un même pain." En tant qu'individus nous avons été sauvés, mais nous avons été mis dans une famille - la famille de l'église. Avec toutes ses points forts et faibles.

Nous proclamons aussi une espérance. Paul dit "Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne." Il va revenir pour nous et nous le rejoignons au festin des noces de l'agneau. C'est à ce moment que l'église purifiée s'assiéra avec le Seigneur au ciel. Comme Jésus a dit quand il a institué la Cène: "Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père."

Un avertissement & une instruction

Suite à cette explication sur la nature de la Sainte Cène Paul continue avec un avertissement et une instruction: "C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur. Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe; car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même."

La première question à poser suite aux paroles de Paul c'est "Que veut dire 'indignement' ici?" Dans un certain sens nous sommes tous indignes quand nous prenons le pain et le vin. Nous sommes pécheurs sauvés par la grâce, les rachetés de l'Eternel. Notre salut ne vient pas de nos propres œuvres ou de notre propre mérite.

Mais ce n'est pas cela qui nous empêche à venir. Il y a certains chrétiens qui se disent quand même "indignes". Ils n'osent pas prendre la Sainte Cène parce qu'ils ont peur de ne pas être au niveau d'y participer - comme s'ils étaient citoyens de deuxième rang dans le royaume de Dieu. Et cela pour une multitude de raisons - impossible de les énumérer toutes!

Paul parle de la manière dont nous venons. Quand il dit "indignement" il parle de ce que nous faisons et non pas de ce que nous sommes. Pour le voir de l'autre coté: Nous venons dignement quand nous venons à cette table par la foi que le Seigneur nous a donnée et quand nous faisons ce que nous devons faire par rapport à cette célébration - ce que Paul va expliquer par la suite.

Les chrétiens de Corinthe venaient "indignement" parce qu'ils ignoraient et niaient la signification de la Cène avec leur comportement l'un envers l'autre. L'aspect "unité" ou "communion fraternelle" n'existait pas dans l'église à cause de toutes les divisions. Ce manque d'unité se voyait dans la façon que les cultes et les repas en commun se déroulaient. Ils avaient donc tort de prétendre proclamer l'unité par le repas du Seigneur. C'était une insulte. Ils ne discernaient pas le corps du Seigneur - c'est à dire la nature des relations qui devaient exister dans l'église.

Paul ne parle pas de l'église universelle ici - le corps de Christ dans le sens le plus grand que l'on trouve ailleurs dans ses écrits. Il parle de Corinthe. Le corps de Christ local, l'église locale. "Corinthe, comment est-ce dans l'église? Comment sont vos relations les uns avec les autres?"

Osons-nous poser la même question aujourd'hui? "Libramont, comment est-ce dans l'église? Comment sont nos relations les uns avec les autres?" Est-ce qu'il y a des choses à résoudre à propos simplement de nos relations dans l'église? Des péchés contre un autre à confesser? Des fautes et des méfaits d'un autre à pardonner?

Avant que nous ne prenions la Sainte Cène aujourd'hui nous allons avoir un moment pour considérer ces choses. Que chacun qui aie le désir de participer aujourd'hui s'éprouve lui-même comme Paul l'a dit. Que quelqu'un "s'éprouve lui-même" rejoint ce que Jésus dit dans Matthieu 5:23-24: "Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande."

Agissons-nous d'une façon qui proclame la réalité et la grandeur du sacrifice de Jésus? Réflétissons-nous le caractère de Christ dans nos relations dans l'église?
Discernons-nous le corps du Seigneur - nos frères et sœurs en Christ? C'est à ce point-là que les choses deviennent plus sérieuses. Paul nous explique qu'il y a des conséquences à notre manière de prendre le pain et le vin. Il se sert des mots comme "coupable" et "jugement". Se sont des mots peu confortables mais ils soulignent l'importance de ce que Paul enseigne. Le repas du Seigneur ne consiste pas simplement à boire une petite goutte de vin et manger un petit morceau de pain. Ce que nous mangeons et ce que nous buvons ne sont que des symboles proprement dits. Mais notre participation montre où nous en sommes par rapport à l'église. Si nous prenons la Sainte Cène et au même moment nous avons des relations dans l'église qui ne sont pas comme il faut nous risquons d'être jugés par Dieu et de recevoir sa désapprobation.

A propos de ceux qui ne s'éprouvent pas Paul dit ceci: "C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup d'infirmes et de malades, et qu'un grand nombre sont morts."
Il semble qu'il y a un lien entre les problèmes à Corinthe et ce qui est arrivé à certains membres de l'église. Paul ne dit pas que chaque problème physique trouve sa source dans les problèmes relationnels au sein de l'église - mais il nous donne des conseils pour éviter même la possibilité que des choses en soient ainsi. Paul nous enjoint à mettre des choses en ordre avant de venir prendre la Cène. Parce que si nous le faisons avant, nous n'aurons pas peur d'être jugés après. C'est déjà fait - nous l'avons fait nous-mêmes pour nous-mêmes.

En pratique

Qu'est ce que cela veut-il dire pour nous ce matin?
Premièrement, je ne veux pas nous inciter à la panique ou à une introspection craintive. Je ne veux pas que nous creusons dans les recoins de notre vie pour chercher un péché caché ou oublié. Je ne veux pas non plus que les gens s'abstiennent "au cas où".
Deuxièmement, il ne faut pas que nous soyons naïfs non plus. Nous avons la tendance à ne pas se rendre compte de ce que nous faisons ou de ce que disons, nous ignorons parfois l'effet que cela peut avoir pour des autres.

Je crois, et j'espère, que nous croyons tous que notre Dieu est miséricordieux. C'est lui qui nous illumine par son Esprit Saint. C'est lui qui va nous montrer notre péché si nous sommes à son écoute. Il veut que le péché soit confessé et pardonné.

Dans quelques instants nous aurons un moment de silence. Utilisons ces moments pour nous éprouver. Si vous avez quelque chose à confesser faites-le dans votre cœur, pas à haute voix, et demandez pardon. Si par la suite vous avez besoin de parler avec quelqu'un prenez la décision de le faire et agissez quand il y a un moment convenable. Il y a quelques principes de base à noter:

Je ne cherche pas à ce que tout le monde court ici et là ce matin. La plupart des problèmes relationnels sont à résoudre en privé et non pas en premier lieu devant toute l'église. Matthieu 18:15-17 nous aide beaucoup à cet égard. Cependant, il suffit de prendre la décision de résoudre le problème maintenant avant la Sainte Cène et puis agir par la suite.

Un mot pour finir: Si vous savez qu'il y a des choses à résoudre et pour une raison ou une autre vous ne voulez pas le faire, je demande simplement que vous vous absteniez de la Sainte Cène. C'est une question de vouloir et non pas de pouvoir. Résoudre les problèmes n'est pas toujours facile et il nous faut parfois du temps même si nous sommes de bonne volonté. Non, je parle ici seulement de ceux qui ne veulent pas résoudre des problèmes. Et je dis cela non pas pour vous juger - à vous de le faire vous-même - mais pour que vous ne soyez pas jugé. Personne ne vous regardera. Paul a dit que quelqu'un doit "s'éprouver lui-même" et non pas "éprouver les autres."


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications