* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

1 Corinthiens 1:1-9

Qu'est-ce qu'un chrétien?

Ce matin nous commençons notre étude de la lettre de l'apôtre Paul à l'église de Corinthe. C'était une lettre importante pour l'église de Corinthe et c'est une lettre qui est aussi importante pour nous dans l'église de Libramont.

Cette lettre de Paul nous est utile parce qu'elle est une lettre vivante. Là-dedans nous trouvons la théologie mise en pratique. Trop souvent dans nos églises nous allons vers un des deux extrêmes. Nous lisons et nous étudions la bible, nous nous consacrons à la parole, nous faisons des études profondes, nous connaissons la théologie - mais nous ne faisons rien avec. Notre théologie se contente de rester de belles idées dans nos têtes. Ce n'est qu'une connaissance détachée de la vie. Ou, nous vivons dans la pratique chrétienne - nous avons une idée vague de ce qui est bon et s'il nous semble bon, nous le faisons... sans beaucoup de référence à ce que dit la bible parce que la théologie nous semble sèche et ennuyeuse.

L'apôtre Paul dans sa lettre aux Corinthiens vit dans un juste milieu - la théologie appliquée aux situations réelles et parfois compliquées d'une église. Une théologie pratique et vivante.

Est-ce que vous vous-êtes déjà posé des questions telles que:

Ce sont des questions qui ont besoin d'une réponse biblique et pratique. Questions auxquelles nous allons trouver des réponses dans la lettre envoyée à l'église de Corinthe. Les Corinthiens posaient ces mêmes questions, ou Paul croyait qu'ils avaient besoin d'un enseignement à propos de ces sujets.

Pendant cette série et surtout ce matin je n'ai pas l'intention de donner cours à propos de l'histoire ou de la géographie de la ville de Corinth. Je vais parler de ces choses seulement quand il le faut pour comprendre la situation de l'église à laquelle Paul écrit sa lettre. Il ne faut jamais oublier que la situation de l'église de Corinthe n'est pas la nôtre. Nous avons parfois besoin de comprendre les coutumes et les traditions de cette époque-là pour pouvoir bien traduire et appliquer à notre situation ce que Paul a dit il y a 2000 ans.

Je vous encourage aussi à étudier ce livre pour vous-mêmes, peut-être avec l'aide d'un bon commentaire. Ce que Paul dit est profond au point qu'il est presque possible de faire une prédication entière sur chaque verset. Mais de la sorte nous serons dans cette épître à peu près pendant 10 ans.

Dans mes prédications je vais essayer de souligner les choses les plus importantes parmi beaucoup de choses importantes. Décider ce qu'il ne faut pas dire, ce qu'il faut laisser de côté est parfois difficile! Dans mon commentaire préféré pour étudier ce livre je suis déjà à la page 84 et je suis toujours au verset 3 du premier chapitre...

Lisons 1 Corinthiens 1:1-9 ensemble.

Personnellement je n'aime pas trop écrire des lettres. Je préfère l'e-mail. En plus, j'ai une très mauvaise écriture... on m'a dit quand j'étais plus jeune que c'est comme si une araignée ivre s'était trempée dans de l'encre et qu'elle s'était baladée sur ma feuille de papier... soit... Quand nous écrivons une lettre nous commençons, d'habitude, par "Monsieur", ou nous mettons le nom de celui à qui nous écrivons. Nous terminons avec une phrase comme "Je vous prie de croire, Monsieur, à l'assurance de mes salutations distinguées" ou "Bisous" selon le type de lettre.

Dans une lettre grecque de l'époque du Nouveau Testament, comme l'écrit l'apôtre Paul, on commence par le nom de l'écrivain, suivi tout de suite par le nom du destinataire et, après cela, une salutation de la part de celui qui écrit. Et c'est ce que nous trouvons dans les trois premiers versets de 1 Corinthiens 1. Mais Paul donne à la salutation normale un caractère chrétien. Cette idée de changer quelque chose d'habituel en chose chrétienne revient plusieurs fois dans 1 Corinthiens - c'est l'idée que le chrétien n'est pas appelé à bouleverser son monde, tout jeter, sauf le péché, mais de le transformer pour la gloire de Dieu. A partir du verset 4 il y a un paragraphe d'actions de grâce - Paul remercie Dieu pour les Corinthiens et pour ce que Dieu a fait pour eux.

L'apôtre Paul est bien connu de l'église de Corinth. C'est lui qui a implanté l'église lors de son premier voyage missionnaire, récit qui se trouve dans Actes 18. Il y a un laps de temps de quelques années entre l'implantation de l'église et cette lettre que nous appelons 1 Corinthiens. Elle a été écrite quand Paul était à Ephèse pendant son troisième voyage missionnaire. En fait, c'est la deuxième lettre que Paul a envoyée aux Corinthiens - il parle dans 1 Corinthiens 5:9 d'une autre lettre précédente, une lettre qui n'existe plus. Nous savons aussi que 1 Corinthiens contient une réponse à une lettre envoyée par les Corinthiens à Paul. Il dit au chapitre 7 : "Pour ce qui concerne ce que vous avez écrit...". Selon le verset 11 du premier chapitre Paul a aussi parlé avec "les gens de Chloé", Chloé étant un membre de l'église. Paul est bien au courant de ce qui se passe à Corinth, les problèmes qu'ils ont. Et il écrit à son église pour l'avertir et pour l'encourager. Il montre par ses paroles "appelé à être apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu" qu'il a l'autorité de parler ainsi à l'église - surtout parce que, comme nous allons le découvrir par la suite, certains dans l'église veulent discréditer Paul et nier sa place dans l'église. Son autorité vient de Dieu tout simplement et qu'il soit nommé Apôtre montre que ce qu'il dit doit être pris au sérieux.

Le verset 1 introduit l'idée d'être appelé - thème qui revient à plusieurs reprises dans ces versets. Paul dit de lui-même qu'il est appelé et il dit aussi des Corinthiens qu'ils sont appelés. Cette idée fait partie d'un groupe de quatre idées qui se trouvent dans notre passage. Ce sont des choses que Paul dit au sujet des Corinthiens. Ils sont appelés, sanctifiés, enrichis et affermis. Paul parle de ce qu'ils étaient, de ce qu'ils sont et de ce qu'ils seront.

Appelés

Quand nous parlons de l'évangile, de l'évangélisation et du salut nous utilisons souvent des termes tels que "invitation, choix, offre". Ce ne sont pas de mauvais termes, mais nous oublions souvent un quatrième terme: "appel". L'apôtre Paul parle beaucoup plus de l'appel de Christ que d'autres choses quand il parle du salut. C'est un terme qui revient plusieurs fois dans ses écrits et il me semble que c'est un terme important. Il est bien vrai que nous tendons l'évangile vers les gens en l'expliquant, en le proclamant, en l'offrant. Mais le choix que nous donnons n'est pas comme le choix que nous avons chez McDonalds - est-ce que je vais manger un Big Mac ou non..., si oui tant pis pour le régime, si non ce n'est pas trop grave.

Non, le choix c'est obéir ou désobéir à l'appel. Dieu nous appelle à la repentance parce que nous sommes rebelles sous sa condamnation. Nous avons besoin d'être sauvés - que nous le reconnaissons ou non. "Repentez-vous, et croyez à la bonne nouvelle" est un commandement. Oui, il faut une réponse de la part de celui qui est appelé mais l'appel de Dieu demande l'obéissance.

Dans notre évangélisation, nous oublions souvent l'appel. Nous arrivons tout près de l'appel, nous expliquons les conséquences d'un refus de suivre Jésus, mais nous n'appelons pas souvent les gens à obéir. Nous les laissons en suspens, incertains de quoi faire avec la bonne nouvelle. En plus, pour ceux qui décident de suivre Jésus après notre présentation de l'évangile, ce manque d'appel peut les laisser un peu sans but... à quoi est-ce qu'ils sont appelés? Devenir un chrétien pardonné et puis... quoi? L'appel dont Paul parle sous-entend une suite.

Paul, selon ses propres paroles, a été appelé pour être apôtre - porte-parole de Dieu. Les membres de l'église de Corinthe sont appelés à être saints, avec tous les autres qui sont appelés à être saints. Mais, que veut dire "être saint"? "Saint", avec un S majuscule, est un mot qui a une signification particulière au sien des églises Catholique et Orthodoxe. Dans l'église protestante, nous ne parlons pas de ces Saints. Mais Paul nous dit que nous sommes appelés à être saints. Le mot "saint" est fortement lié au mot "sanctifié" qui est notre deuxième idée parmi les quatre.

Sanctifiés

J'ai déjà mentionné l'importance de la théologie, c'est à dire l'étude de Dieu et des choses de Dieu. Mais, un des problèmes avec la théologie et surtout avec les théologiens, ceux qui étudient Dieu, ce sont les longs mots. Justification, sanctification, rédemption, expiation, propitiation - pour ce mot là il faut même s'entraîner avant de le dire !!

Ce sont des mots qui ont tendance à voler au-dessus des têtes de ceux qui ne les connaissent pas très bien. Ce sont des termes qui sont malheureusement considérés "techniques", trop difficiles à comprendre. Malheureusement des longs mots cachent parfois des idées qui ne sont pas très difficiles à comprendre mais des idées qui demandent que nous nous appliquions un peu pour les saisir. Si nous avons déjà entendu parler de la sanctification il est presque certain qu'il a été dit que c'est un processus - : vous êtes justifié quand vous êtes devenu chrétien et puis, de là jusqu'à votre mort vous êtes en train d'être sanctifié. Dans ce sens-là, la sanctification veut dire devenir de plus en plus comme Jésus, conforme à son image. Cela prendra toute la vie et sera accompli seulement quand nous serons finalement en présence de notre Seigneur.

Mais Paul se sert du mot dans un autre sens. Il dit que nous sommes sanctifiés en Christ-Jésus. Un événement et non pas un processus parce qu'il parle du passé - mais les effets durent longtemps! Qu'est-ce qu'il veut dire par là ? Au plus simple avoir été sanctifié c'est avoir été consacré à Dieu. Mis à part pour lui. Sa possession. Il parle aussi de comment Dieu nous voit maintenant. Quand les chrétiens parlent de ce qu'ils sont il y a souvent deux idées qui sortent:

1. Je suis un pécheur pardonné par la grâce.
2. Je suis un saint qui pèche de temps en temps.

La différence est peut-être subtile, une autre façon de voir les choses, mais il me semble que la deuxième idée est plus près de ce que Paul veut nous communiquer. Pourquoi? Parce qu'il continue en disant "appelés à être saints". Vous avez été sanctifié, maintenant vivez comme le saint que vous êtes. Il ne dit pas vous êtes un gros pécheur, maintenant essayer un peu de faire du bien, remontez vos chaussettes les gars!

L'église de Corinthe avait beaucoup de problèmes - problèmes de relations, problèmes de divisions, problèmes de moralité, problèmes de théologie. Mais ils sont quand même saints. Parce qu'ils sont en Jésus-Christ et Dieu les voit saints en Jésus-Christ. C'est à dire, quand Dieu regarde un chrétien il voit en lui la sainteté de Jésus. Il nous regarde à travers Jésus.

La différence subtile dont j'ai parlé c'est comme la différence que nous voyons quand nous parlons à un enfant. Si nous lui disons tout le temps "tu es bête" nous pouvons nous attendre à ce qu'il ait un comportement "bête". Mais si nous disons "tu peux faire du bien" - son comportement va être différent. Il n'y a pas de mensonge en l'encourageant ainsi comme il n'y a pas de mensonge en disant "vous êtes saints".

Oui, peut-être que nous ne le sentons pas, et c'est certain que nous ne le vivons pas toujours mais, selon Dieu, en Christ nous sommes saints. Nous lui appartenons, nous sommes à lui et il n'y a rien qui peut changer cet état. Un saint peut vivre sans peur en présence de Dieu conscient que ses péchés seront pardonnés (ce qui n'excuse pas d'ailleurs le péché habituel dont nous ne nous repentons pas...), mais un pécheur doit vivre avec la crainte... à quel moment sera-t-il repris pour ses fautes? Et cela va avoir un effet sur notre comportement. Il semble que Paul espérait la même chose pour les Corinthiens, que son rappel de leur état soit un encouragement à une vie sainte.

Enrichis

Quand Paul rend des actions de grâce à Dieu pour les Corinthiens ce n'est pas parce qu'ils sont tous des chouettes types. Comme je vous ai déjà dit, il y avait beaucoup de problèmes à Corinthe et le comportement des membres de cette église de Dieu était parfois loin d'être acceptable. Paul remercie Dieu parce que les Corinthiens ont reçu la grâce de Dieu en Jésus-Christ. Ils ont reçu la faveur imméritée de Dieu. Ils ont "été comblés de toutes les richesses qui concernent la parole et la connaissance... de sorte qu'il ne vous manque aucun don."

Paul parle des trésors spirituels que les chrétiens de Corinthe connaissent en Christ. Ils ont tout ce dont ils ont besoin. Et il faut mettre l'accent sur "toutes les richesses" et "manque aucun don". Notre Dieu n'est pas radin! Il donne à l'ensemble de son église tout ce dont elle a besoin pour vivre, pour faire sa volonté et pour être son église! Je dis "l'ensemble de son église" pour souligner le fait qu'ici Paul parle d'une communauté. Ce n'est pas juste un certain nombre limité d'individus qui manifestent tous les dons de Dieu. Les dons sont partagés - pour l'ensemble de l'église, pour l'édification de toute l'église. Cela doit nous encourager ! Dans cette église nous avons tout ce dont nous avons besoin pour accomplir les plans de Dieu. Certains dons doivent être mis en évidence qui ne sont pas encore connu. Il y a des rôles qui doivent être remplis, il est aussi possible que nous ignorions l'appel à servir... mais Dieu pourvoit à tout pour son église.

Paul parle des dons de la parole et de la connaissance. Les chrétiens à Corinthe comprenaient des choses de Dieu - l'évangile, le salut, la nature de l'église etc... et ils savaient exprimer leur connaissance par les paroles. Mais cela ne les empêchait pas de vivre des vies désordonnées. Il est certain que les Corinthiens étaient trop fiers des dons de l'Esprit qu'ils possédaient et ils se vantaient de leurs "dons". Cela les a amené à l'abus des dons spirituels de Dieu. Paul connaît ceci et il les corrige doucement au début de cette lettre en parlant de la grâce de Dieu. Les Corinthiens sont riches - mais c'est Dieu qui les a comblés de richesses. Et ils ne doivent pas oublier ce fait.

Il me semble que nous tombons dans l'abus des dons quand nous commençons à parler de "notre don" comme si un don était une possession ou un droit, donné pour notre bien, pour montrer notre spiritualité. C'est une attitude qui est égoïste à la base. Dans ce qu'il dit Paul ne critique pas les dons en eux-mêmes, mais plutôt l'attitude de ceux qui en abusent. Il va devenir clair que les problèmes à Corinthe n'ont pas été provoqués par un manque de dons - ils avaient tout ce dont ils ont besoin. Le problème était surtout un manque d'amour entre chrétiens.

Chacun cherchait son propre don et sa propre position pour son propre bien et pour montrer sa propre spiritualité. Cependant au début de sa lettre Paul met l'accent sur ce qui est bon et non pas sur toutes les fautes de l'église. Il nous donne un bon modèle pour comment critiquer ou reprendre un frère ou une sœur - il faut commencer par ce que nous voyons qui va bien avant de parler de ce qui ne va pas!

Affermis

Quelqu'un a dit que les chrétiens de Corinthe ont souffert d'une eschatologie sur-réalisée. Cette phrase nous donne l'impression que les Corinthiens avaient une maladie sérieuse. Mais, il y avait un vrai problème dans l'église. Il semble que les Corinthiens ont bien expérimenté les dons de l'esprit dans l'église - pour cela Paul a déjà remercié Dieu, mais ils se sont tellement impliqués là-dedans qu'ils ont commencé à oublier le fait que ce que nous vivons ici-bas n'est pas le tout de ce qui existe. Nous ne voyons qu'une partie de ce que Dieu fait. Aussi bien que la vie chrétienne soit, elle n'est qu'un avant-goût de ce qui est à venir. Nous ne devons pas vivre juste pour aujourd'hui et pour les expériences d'aujourd'hui - même les expériences spirituelles. Elles ne sont pas en elles-mêmes la raison d'être de l'église.

L'eschatologie est l'étude des choses à venir, les derniers jours, le retour de Jésus, la résurrection des morts, le grand jugement et le ciel. En tant que Chrétiens, nous vivons avec ce que nous pouvons appeler "maintenant et pas encore". Il y a certaines choses que nous recevons de la main de Dieu maintenant, aujourd'hui. Il y a certaines choses pour lesquelles nous devons attendre le retour de Jésus et le ciel.

Et Paul nous rappelle ce fait quand il dit aux Corinthiens qu'ils sont "dans l'attente... de la manifestation de notre Seigneur Jésus-Christ. Il vous affermira aussi jusqu'à la fin, pour que vous soyez irréprochables au jour de notre Seigneur Jésus-Christ." L'attente dont il parle c'est de regarder vers l'avenir avec impatience. Nous attendons avec impatience le retour de Jésus, parce que le bien et la joie que nous connaissons déjà au sein de l'église seront multipliés en présence de notre Seigneur. Comme un chant des années 70 a dit "You ain't seen nothin' yet" - "Tu n'as rien vu encore".

Mais entre-temps nous ne sommes pas inactifs. Celui qui a dit "Fais semblant d'être occupé, Jésus revient" a passé à côté du but de l'église. Paul veut bien que l'église de Corinthe soit réformée - qu'ils se repentent de leurs péchés et leurs abus mais il ne veut pas qu'ils ne fassent rien de tout. Celui qui nous a appelés est actif dans son église et il s'attend à ce que nous soyons actifs aussi. La communion dont Paul parle dans le verset 9 comprend la participation dans la communauté de l'église.

Et Paul nous dit que nous serons affermis, préparés pour le jour de l'avènement de Jésus pour qu'à la fin nous soyons irréprochables - prêts à faire la connaissance de notre Seigneur face-à-face. Paul ne dit pas que les Corinthiens sont déjà irréprochables - loin de là. A partir du verset 10 il commence à parler des fautes qu'il voit dans l'église. Mais il a confiance qu'au moment où Jésus reviendra l'œuvre qui a été commencée à Corinthe sera accomplie. C'est pareil pour nous.

Nous ne sommes pas encore une oeuvre achevée - nous sommes un peuple "en route" avec l'assurance que Dieu va accomplir ses plans selon sa parole. Cela nous donne de l'espérance quand nous retombons dans un péché, soit-disant, habituel et nous que désespérons de la possibilité que nous puissions changer.

Conclusions

Paul termine avec les paroles du verset 9 : "Dieu est fidèle, lui qui vous a appelés à la communion de son Fils, Jésus-Christ notre Seigneur."

C'est la fidélité de Dieu qui nous donne l'assurance pour notre avenir. Ce ne sont pas nos oeuvres, ce ne sont même pas nos dons spirituels qui nous assurent un bel avenir. C'est Dieu qui nous a appelés à la communion de son Fils. Et c'est au sujet de la communion dans l'église, de la vie à laquelle nous participons en Jésus Christ, dont Paul parle dans les versets suivants du premier chapitre de 1 Corinthiens. Point auquel nous allons nous arrêter ce matin.

En tant que Chrétiens, nous sommes ceux qui sont appelés, sanctifiés, enrichis et affermis. Dieu s'est occupé de notre passé. Il nous équipe aujourd'hui et il nous promet un avenir sûr et certain.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications