* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

1 Corinthiens 7:1-16

Mariage, sexe et divorce

Ce matin nous continuons nos études dans 1 Corinthiens. Les sujets que Paul aborde dans sa lettre sont toujours d'une grande importance pour nous, même dans notre société d'aujourd'hui, presque 2000 ans après le temps des Apôtres. Ce matin le titre du message c'est "Mariage, sexe et divorce".

Qu'est-ce que nous allons dire à ces sujets? Le mariage et le sexe est un thème que nous hésitons à aborder. L'église pendant des longues années à donnée l'impression que les relations sexuelles, même pour les couples mariés, sont tabous. Peut-être il faut admettre que les couples font l'amour mais il ne faut pas en parler trop. Et si les couples doivent le faire il faut que cela soit fait avec la lumière éteinte, sans chichis et surtout sans rigoler ou s'amuser. C'est pour créer des enfants et non pas pour le plaisir... Et pour parler du divorce... ça c'est autre chose. Nous avons entendu tant de choses à propos du divorce, ce qu'on peut faire, ce qu'on ne peut pas faire, ce qui est permis, ce qui n'est pas permis. Et la confusion règne dans nos églises.

Mais que dit l'apôtre Paul et par les lettres de Paul, que dit le Seigneur? Beaucoup de gens croient que Paul à une attitude très négative envers le mariage et le sexe, qu'il est même misogyne et qu'il est très sévère avec ceux qui se divorcent. Nous allons voir qu'ils ont tort. Paul est très franc et réaliste dans ce qu'il dit et ce qu'il dit est très pratique. Lisons 1 Corinthiens 7:1-16 ensemble.

Au chapitre 7 de 1 Corinthiens Paul commence à donner des réponses à des questions posées par des membres de l'église de Corinth. Ses réponses continuent jusqu'au chapitre 11. Paul porte vraiment son chapeau "Pasteur" dans ses réponses à des questions difficiles, réponses qui reconnaissent l'ambiguïté de certaines situations dans la vie chrétienne, que tout n'est pas toujours noir et blanc. Au verset 1 il dit "Pour ce qui concerne les choses dont vous m'avez écrit." Il faut noter, marquer et retenir une chose en particulier. Paul répond à des questions formulées par un groupe précis dans une église précise dans une situation précise. C'est à dire que Paul ne donne pas un traité complet sur le mariage, le sexe et le divorce qui répond à toutes les questions que nous puissions poser à propos de ce sujet aujourd'hui. Par exemple, Paul ne parle pas de l'abus - mental ou physique dans un mariage.

Il ne parle pas de ceux qui se sont divorcés avant de devenir chrétien. Il ne pas parle non plus de certaines raisons acceptables pour se divorcer. Pour finir il peut paraître que Paul est très noir et blanc dans ses propos. Il faut donc lire et interpréter avec prudence ce qu'il dit pour arriver à des bonnes conclusions. Quand on parle de ce sujet il ne faut jamais oublier que nous parlons des êtres humain et non pas des objets. Il y a des principes à retirer de ce que Paul dit, ils sont même des principes qui peuvent être difficile à avaler, et il faut les appliquer avec douceur et amour mais sans les vider de leur importance et leur force.

Les questions que les Corinthiens ont posées ne sont pas reprises dans ce que Paul écrit et nous ne saurons pas les reconstituer non plus. Mais de ce que nous savons déjà de l'église à Corinthe il y a certaines choses que nous pouvons dire à propos de l'arrière-plan des questions. La phrase "il est bon pour l'homme de ne point toucher de femme" est une citation de ce que disaient les Corinthiens. Ce n'est pas quelque chose que Paul croit lui-même. Il n'y a pas de mot dans le Grec d'origine qui peut être traduit "je pense" comme cette phrase se trouve dans certaines versions de notre bible, pourtant, un tel mot existe au verset 26.
"Toucher de femme" est un euphémisme pour "avoir des relations sexuelles".

Pourquoi les Corinthien disaient-il s cela?
Certains membres de l'église réagissaient contre le comportement licencieux dont Paul parle au chapitre 6. Comme nous avons vu il y a une semaine il y avait certains qui croyaient qu'ils pouvaient faire n'importe quoi sur le plan sexuel parce qu'ils disaient que le péché ne touchait pas l'esprit de celui qui était vraiment spirituel. La réaction de ces membres c'est de dire... "Non, il faut garder, à tout prix, le corps de toute impureté pour être spirituel". Cette attitude les a amené à considérer les relations sexuelles, même dans un couple marié, comme quelque chose de salissant. Nous voyons certaines conséquences de ceci dans ce que Paul dit à partir du verset 10. Il parait que certains chrétiens de l'église se sont séparés de leurs époux ou leurs épouses pour chercher et poursuivre des expériences spirituelles.

Dans ce qu'il dit au verset 2 et suivant Paul montre pourquoi les Corinthiens ont, à la fois, tort et raison dans ce qu'ils disent. La ville de Corinthe était une ville immorale. A l'époque de Paul il y avait même un verbe pour "agir comme un Corinthien" qui était synonyme pour l'immoralité sexuelle et la débauche générale. Beaucoup de ceux qui étaient chrétiens dans la ville se sont sortis de cette culture immorale et il y avait toujours la tentation d'y retourner. Que certains Corinthiens ont dit "il est bon pour l'homme de ne point toucher de femme" montre peut-être qu'ils prenaient au sérieux la culture dans laquelle ils vivaient et qu'ils étaient conscients des risques y associés.

Mais ils sont allés trop loin parce qu'ils essayaient d'être trop spirituel et ils ont imposé leurs idées anormales sur les relations normales entre un homme et sa femme. Ce que Paul interdit au verset 2 c'est l'immoralité sexuelle et non pas les relations sexuelles pour un couple marié. Le mariage, un homme et une femme, c'est le seul contexte dans lequel les relations sexuelles sont permises. Point, pas d'exception. Pour éviter l'immoralité sexuelle il est mieux donc que quelqu'un se marie qu'il reste seul et essaye de se battre sans succès contre la tentation. Est-ce que Paul veut dire par cela que le mariage n'est pas aussi bien que le célibat? Non, pas de tout et Paul s'adresse à cette question au verset 7, auquel nous arriverons bientôt.

Il est possible que les versets 3 et 4 auraient été un peu choquant pour les membres de l'église de Corinth. Premièrement, Paul est assez franc dans ce qu'il dit - "Que le mari rende à sa femme ce qu'il lui doit, et que la femme agisse de même envers son mari. La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari; et pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est la femme." Deuxièmement, ce qu'il dit va contre courant dans la culture dans laquelle les Corinthiens vivent. Dans la mentalité grecque il y avait deux attentes par rapport à des relations sexuelles. Les hommes pouvaient faire ce qu'ils voulaient quand ils voulaient. Les femmes faisaient ce que les hommes disaient. Les besoins des hommes étaient plus importants que les besoins des femmes.

Mais pour Paul les deux membres du couple ont les droits égaux et les responsabilités égaux. Avoir les relations sexuelles est une responsabilité et une joie dans un mariage. La responsabilité c'est de s'intéresser aux besoins sexuels de son conjoint. La joie vous pouvez deviner vous-mêmes. Notre époux ou épouse a le droit de s'attendre à ce que nous nous occupons de lui ou d'elle. Le mari appartient à sa femme et la femme appartient à son marie. Ils sont soumis l'un à l'autre. Si nous avons cette attitude nous allons à contre courant dans notre société où la chose considérée la plus importante dans les relations sexuelles c'est ce que moi, j'en retire pour mon bien, pour ma satisfaction.

Tout cela ne va pas dire qu'un membre du couple a le droit de dire à n'importe quel moment : "OK, maintenant je veux faire l'amour... arrête ce que tu fais et viens coucher avec moi..." Non, puisque l'homme et la femme ont les mêmes droits et responsabilités dans la relation sexuelle ils doivent, et ils vont, penser à l'autre plus qu'ils pensent à eux-mêmes.

Paul parle, sans rougir, des relations sexuelles pour les couples mariés, et il s'attend à ce qu'elles en lieu! Au verset 5 qu'un couple puisse s'abstenir des relations sexuelles est une concession et non pas un ordre. "Ne vous privez point l'un de l'autre, si ce n'est d'un commun accord pour un temps, afin de vaquer à la prière; puis retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence." Il y a trois choses à noter dans ce qu'il dit:

Mais comme celui qui jeûne pour la prière doit manger avant qu'il ne meurt de faim, celui qui s'abstient des relations sexuelles doit reprendre des activités normales avant qu'il ne tombe dans un des pièges du diable.

Dans les 6 premiers versets du chapitre Paul a donné ses conseils à propos de la relation entre homme et femme dans un mariage. A partir du verset 7 il va s'adresser à trois situations concrètes dans l'église. Il donne des instructions à ceux qui ne sont pas mariés. Il donne des instructions à des couples mariés et chrétiens. Et il donne des instructions à des couples où l'un des membres du couple est chrétien et l'autre ne l'est pas, ce qu'on puisse appeler un mariage 'mixte'. Chaque fois ses instructions coulent du principe que celui qui devient chrétien ne doit pas chercher à tout changer, tout de suite dans sa vie. Au verset 20 il le dit comme ceci : "Que chacun demeure dans l'état où il était lorsqu'il a été appelé."

Le nouveau chrétien est toujours tenté de vouloir tout changer, et il y a des choses qui doivent changer - son comportement et son attitude vis-à-vis le péché par exemple. Mais il n'est pas obligé de bouleverser son monde. Et cela surtout dans le domaine des relations familiales.

Ceux qui ne sont pas mariés

Dans notre société, et peut-être encore plus dans le milieu chrétien, ce qui ne sont pas mariés sont souvent dédaignés. Il existe la tendance de croire qu'il faut avoir pitié de ceux qui n'ont pas eu la chance de trouver une âme sœur. Il y a une pression intense sur nos jeunes de trouver "quelqu'un" ou "quelqu'une". Si quelqu'un arrive à un certain age et il se trouve toujours seul nous sommes tentés de demander s'il a des problèmes, les défauts fondamentales dans son caractère. Le célibat est pour les prêtres et les curieux.

Mais écoutons Paul: "Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l'un d'une manière, l'autre d'une autre. A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu'il leur est bon de rester comme moi. Mais s'ils manquent de continence, qu'ils se marient; car il vaut mieux se marier que de brûler."

Au moment où il a écrit sa lettre aux Corinthiens Paul n'était pas marié. Il semble que selon la loi juive un rabbin devait se marier. Paul était rabbin avant sa conversion. Etait-il marié? C'est probable, mais nous n'avons pas de mot conclusif. Paul ne nous le dit pas. Mais s'il était marié qu'est-ce qui s'est passe après sa conversion? Encore, Paul ne nous le dit pas. Il est possible qu'il a été abandonné par son épouse quand il est devenu chrétien, ou qu'il était veuf. Nous n'en savons pas. Cependant, au moment où il a écrit la lettre que nous appelons 1 Corinthiens Paul était célibataire. Et nous voyons par ce qu'il dit que rester célibataire est une façon de vivre à laquelle certains sont appelés par Dieu.

Celui qui se marie n'est ni plus spirituel, ni moins spirituel que celui qui reste seul. Celui qui reste seul n'est ni plus spirituel, ni moins spirituel que celui qui se marie. Mais le célibataire a certains avantages - il a beaucoup plus de liberté pour servir le Seigneur que quelqu'un qui est marié. Pour Paul être célibataire n'est pas quelque chose sur lequel il faut se lamenter. C'est un don de Dieu pour ceux qui peuvent le recevoir.

Et c'est là peut-être la chose que nous trouvons difficile. Certains veulent se marier mais ils n'ont pas la possibilité. Ceci est un problème aigu dans le milieu protestant en Belgique. Ceci est un problème dans notre monde saturé par des images sexuelles et par l'idée que pour être content il faut avoir être dans une relation.

Nous disons aux chrétiens qu'ils doivent se marier avec un autre chrétien. Et s'ils ne trouvent personne ils doivent rester purs. Nous croyons que la bible le dit. Mais il n'y a pas assez de chrétiens et de chrétiennes qui sont disponibles. C'est encore plus difficile quand nous considérons le fait que dans la plupart des églises il y a plus de femmes que d'hommes dans l'église. L'église n'arrive pas à toucher les hommes parce que la religion c'est pour les femmes et les faibles - au moins c'est ce que beaucoup de gens pensent.

Que disons-nous à ceux qui veulent se marier mais qui ne peuvent pas? Est-ce qu'ils doivent "brûler avec passion"? Est-ce qu'ils vont trouver quelqu'un? Est-ce que Dieu est toujours souverain? A cette dernière question il est facile pour moi de dire "oui" - je suis marié. Mais je peux le dire. Nous devons le dire. Dieu est souverain. Il sait ce qu'il fait dans votre vie si vous êtes seul. Il connaît vos désirs et vos luttes. Et il va vous donner ce qu'il vous faudra pour vivre votre célibat. Il faut peut-être un changement d'optique - au lieu de ne voir que ce qui vous manque, voyez quelles sont vos possibilités.

Mais aux mariés je dis ceci. Le célibat est un don de Dieu, ce n'est pas à dédaigner, mais celui qui vit seul a toujours besoin des autres. Nous qui sommes mariés, qui ont des enfants, qui ont toute une vie qui tourne autour de la vie familiale. N'oublions pas ceux qui sont seul. Ne les excluons pas de notre vie parce que nous sommes indépendants. Ne nous-servons pas d'eux juste pour faire du baby-sitting parce qu'ils ont le temps. Incluons les dans nos familles, tant qu'ils veulent s'y impliquer.

Couples chrétien

Puis Paul d'adresse aux couples chrétien. De toutes les choses que Paul dit à propos du divorce les versets 10 et 11 du chapitre 7 sont peut-être les plus mal compris. "A ceux qui sont mariés, j'ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari (si elle est séparée, qu'elle demeure sans se marier ou qu'elle se réconcilie avec son mari), et que le mari ne répudie point sa femme."

Comme je vous ai dit tout à l'heure Paul parle à des chrétiens dans une certaine église à un certain moment. Il semble qu'un des problèmes auquel Paul a du faire face était le problème des conjoints qui se sont séparés pour des raisons religieuses. C'est à dire, qu'il y avait certains couples chrétiens dans l'église qui se sont divorcés parce qu'ils croyaient que cela les aiderait dans leur but d'améliorer leur relation avec le Seigneur, pour mieux le suivre.

Nous avons difficile de croire que cela sera possible. C'est comme si un couple de l'église de Libramont se divorçait parce un des membres du couple croyait que l'autre n'était pas assez spirituel. Cela nous semble ridicule. Mais il parait que c'est ce qui se passait à Corinth. Il faut noter que se séparer et répudier arrivent à la même chose dans ce contexte - le divorce, la fin de la relation. Pour finir, donc, les Corinthiens n'avaient pas de bonnes raisons pour se séparer. Il existe des bonnes raisons, mais ceux qui se divorçaient à Corinthe n'en avaient pas.Certains se servent de ses versets pour dire qu'un couple chrétien ne peut jamais se divorcer. Ils vont au-delà de ce que Paul veut dire.

Nous voyons dans Matthieu 5 que Jésus permet le divorce pour l'infidélité. Paul contredit-il Jésus dans ce qu'il dit? Non, si nous comprenons bien que Paul s'adresse à un problème précis et non pas à toutes les circonstances possibles. Il dit même "non pas moi, mais le Seigneur." Il suit ce que Jésus a dit mais il l'applique dans une certaine situation. L'infidélité n'était pas le problème auquel il a du faire face à Corinth. C'était plutôt l'orgueil spirituel. Mais, il y a quand même des principes pour nous aujourd'hui. Pour les couples chrétiens j'en trouve deux dans ce que Paul dit:

Quelque part le divorce est devenu trop facile. C'est vu comme une sortie de secours dans un mariage. Si le mariage est trop difficile. Divorce. Si le mariage n'est pas ce que j'attendais. Divorce. Si mon épouse ne fait pas ce que je veux. Divorce. Il semble qu'aujourd'hui il y a autant de divorces chez les chrétiens que chez les non-croyants. Il nous manque le désir de lutter pour le mariage. Le premier principe c'est donc le principe de se battre pour un mariage. A la lumière de ce qu'il dit ici et ailleurs le mariage est important pour Paul et encore plus pour Dieu puisque c'est lui qui l'a institué. Paul veut bien que ceux qui sont mariés reste dans cette condition. Qu'ils ne se divorcent pas mais qu'ils travaillaient pour faire fonctionner le mariage. Ceci revient à ce qu'il a dit tout au début à propos de la soumission réciproque, le fait que dans un couple nous devions veiller l'un sur l'autre - pour son bien.

Le deuxième principe c'est le principe de la réconciliation. Le désir de pardonner, réparer et recommencer. Que Paul dit "si elle est séparée, qu'elle demeure sans se marier ou qu'elle se réconcilie avec son mari" ne veut pas dire qu'il veut casser la vie de quelqu'une qui s'est divorcée légitimement. Non, c'est pour donner du temps pour réfléchir à ceux qui se séparent sans raison ou pour la commodité. Si la femme se remarie trop vite il n'y aura pas de possibilité pour la réconciliation. Et Paul n'exclut pas le marie. L'homme est soumis aux même conditions.

Couples mixtes

Au verset 12 Paul commence à parler "aux autres". Il leur dit "ce n'est pas le Seigneur, c'est moi qui dis: Si un frère a une femme non-croyante, et qu'elle consente à habiter avec lui, qu'il ne la répudie point; et si une femme a un mari non-croyant, et qu'il consente à habiter avec elle, qu'elle ne répudie point son mari."

Beaucoup ont difficile avec le fait que Paul dit "ce n'est pas le Seigneur, c'est moi qui dis" si comme Paul avait une idée non-biblique qu'il impose sur les églises. Non, c'est simplement que Jésus ne s'est jamais adressé à la question de quoi faire si on est marié avec un non croyant. Jésus, quand il était sur terre, avait son ministère parmi les juifs, son propre peuple. Ce problème n'existait presque pas! Les juifs se mariaient entre eux pour la plupart - le même peuple, la même religion. Pas de problème. Dans ce qu'il dit Paul parle par l'inspiration du Saint Esprit. Il n'a pas des paroles directes de Jésus à citer, mais il a son esprit et son autorité.

Nous avons donc la situation où, dans un couple déjà établi, un des membres du couple est devenu chrétien ou chrétienne. Il est important de noter que nous parlons d'un couple qui existe déjà. Paul n'encourage jamais les chrétiens de se marier avec un non-croyant - un autre sujet pour un autre moment! Quelle est donc l'instruction? Si le non-croyant veut continuer dans le mariage le chrétien ne doit pas se divorcer. Je crois que ceci suppose que le non-croyant veut un mariage sain, qu'il ne cherche pas à garder l'autre pour le dominer ou pour l'abuser. Mais cela ne veut pas dire que le non-croyant sera parfait.

Il semble que certains chrétiens à Corinthe sont allés trop loin avec ce que Paul a dit dans sa lettre précédente, une partie de laquelle il cite au chapitre 5 quand il dit : "Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques... (et puis) Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique." A cause de cela ils ont proposé de se séparer de leur conjoint non-croyant. Et Paul dit "Non".

Puis il donne la raison au verset 14: "Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints." Que veut dire Paul? Certains chrétiens de Corinthe croyaient que rester dans un mariage avec un non-croyant les rendait impurs, sales. Et Paul dit "Au contraire, votre présence, en tant que chrétien, dans le mariage fait du bien au non-croyant et même à vos enfants. A cause de vous ils sont bénis, ils reçoivent du bien de la main de Dieu." Paul ne dit pas que cela fait d'eux des chrétiens. Chacun doit décider pour lui-même s'il va suivre Jésus ou non. Mais vivre dans une famille où il y a un chrétien est déjà un plus, l'évangile est tout près, il est vécu dans leur présence, un exemple donné par chaque action, chaque parole.

Mais que faire si le non-croyant veut partir et se divorcer? Que faire s'il ne supporte pas la nouvelle foi de l'autre? La réponse de Paul est simple, même si les implications sont énormes. Laissez-le partir. Le croyant est appelé à la paix et il n'est pas lié à l'ancienne relation. Cela ne veut pas dire que le croyant ne peut pas se battre pour le mariage. Mais il, ou elle, doit être réaliste et savoir quand c'est fini. Avant que la relation explose en critiques, reproches et amertume. Etre appelé à la paix veut dire qu'il cherche sa propre paix et la paix dans la relation - au tant que cela soit possible. Cela n'empêche pas le croyant de chercher la réconciliation mais pour finir si le non-croyant veut partir il ne faut pas l'obliger à rester. Ce que nous devons noter ici c'est que ce n'est pas un sujet facile, comme je vous ai dit tout à l'heure Paul, portons son chapeau de "pasteur" s'occupe des questions difficiles de la vie chrétienne, les réalités parfois désordonnés, de la vie. Il nous faut de la sagesse et de l'humilité quand nous abordons ces sujets.

Les questions que Paul pose par la suite nous laissent avec un problème. Paul est-il optimiste ou pessimiste dans ce qu'il dit? Il me semble qui malgré le désir de croire que l'issue sera positive, les réponses sont plutôt négatives: "Car que sais-tu, femme, si tu sauveras ton mari? Ou que sais-tu, mari, si tu sauveras ta femme?" Non, vous n'en savez pas et il n'y a jamais de garantie. Oui, nous sommes appelés à la paix, mais cela ne peut pas nous faire croire que c'est la paix d'une relation rétablie et la paix qui vient de la conversion du conjoint ou conjointe. Je dis ces choses avec le cœur lourd parce qu'une telle situation est terriblement douloureuse.

A propos de ces versets le pasteur américain John MacArthur dit ceci: "permettez-moi d'ajouter un avertissement. Si votre conjoint veut partir il ne faut pas que la source de son désir soit vos présentations poussées et impérieuses de l'évangile. Vous ne pouvez pas forcer quelqu'un d'entrer dans le royaume. Vivez d'une telle manière qu'il soit attiré vers Christ et non pas repoussé." Et si le non-croyant part il me semble que celui qui a été abandonné est libre de se remarier. Avec le seul contraint que cela soit avec un chrétien.

Conclusions

Il y a toujours plus à dire au sujet du Mariage, sexe et divorce. Nous ne avons pas épuisé ce sujet ce matin. Je veux terminer avec deux pensées qui s'adressent au fait que parfois, même souvent, nous n'arrivons pas à la hauteur de ce qui nous dit la bible. A propos des sujets que nous avons abordé ce matin il est possible de vivre longtemps avec le poids de la culpabilité qui vient des échecs dans nos relations - que cela soit avant ou après que nous sommes devenus chrétiens. Un mariage qui ne va pas très bien à cause de nous et ce que nous faisons. Une chute à cause de la tentation sexuelle. Un divorce.

Si vous vivez toujours avec les souvenirs, et la culpabilité, de ce que vous avez fait et ce que vous avez vécu avant d'accepter Jésus comme votre Seigneur et Sauveur il y a un verset dans 2 Corinthiens qui est pour vous ce matin: "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles." Il se peut que nous vivions toujours avec les conséquences de notre péché, mais le péché est pardonné, Dieu ne nous en veut pas et nous ne sommes pas définit par ce que nous avons fait dans le passé. Nous sommes de nouvelles créatures et il n'y a plus de condamnation pour ce qui sont en Christ.

Si, en tant que chrétien nous sommes tombés dans le péché sexuel ou nous avons vécu des gros (ou des petits) problèmes dans notre couple à cause de ce que nous avons fait Dieu ne nous abandonne pas, il n'est pas dégoûté par nous même si notre comportement l'attriste. Il ne justifie jamais notre péché, mais il peut, il veut, nous le pardonner - avec une seule condition - que nous confessons notre péché, c'est-a-dire que nous nous mettons d'accord avec lui quand il dit que ce que nous avons fait est un péché, une offense à ses yeux. Selon 1 Jean 1:9 "Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité." Pardonné et purifié. Encore il y aura peut-être des conséquences de notre péché, mais le péché lui-même est pardonné. Nous partons avec les paroles de Jésus dans nos oreilles: "Je ne te condamne pas: va, et ne pèche plus."


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications