* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

1 Jean 2:3-6

Comment sais-je si je suis chrétien?

Ce matin nous continuons nos études dans la première épitre de 1 Jean. Cette semaine nous arrivons à 1 Jean 2 où nous allons regarder les versets 3 à 6. Bien que j'ai fait le planning pour cette série il y a quelques mois, le message d'aujourd'hui concourt bien avec ce que nous avons déjà vécu ensemble dans notre culte. Nous avons connus la joie du baptême de Louise qui a déclaré devant nous qu'elle veut suivre Jésus-Christ comme son Seigneur et son Sauveur. Quelle joie de pouvoir partager ce moment avec elle. Je n'ai pas l'intention ce matin de faire une prédication sur le baptême - j'ai fait cela il y a quelques semaines au dernier baptême que nous avons eu. Aujourd'hui je veux bien examiner avec vous la question suivante : Comment sais-je si je suis chrétien? C'est, je crois, une question pertinente puisque nous avons fait un baptême. Avant de baptiser qui que ça soit ceux qui font le baptême veulent s'assurer, tant que cela soit possible, que la personne qui veut se faire baptiser connaît le Seigneur. Il y a des questions que nous posons sur la compréhension du salut et du baptême qui nous aident dans toutes les décisions qu'il y a à prendre. Et puis c'est avec joie que nous baptisons quelqu'une ou quelqu'un qui peut témoigner de sa nouvelle vie en Jésus-Christ.

Avec ces paroles je me lance dans la prédication. A l'école j'étais nul pour les langues, mais j'aimais bien les sciences. Malgré cela mon dossier d'expériences n'était pas très encourageant:
En chimie j'ai brûlé mes cheveux avec un bec Bunsen.
En électronique j'ai construit une radio qui ne recevait jamais un signal.
En physique je ne suis jamais arrivé à monter une prise de courant.

Cependant, une chose qui m'a captivé en chimie, c'était le papier de tournesol. Il y avait quelque chose de magique en regardant ce petit bout de papier qui change de couleur suivant que l'on a affaire à un acide ou à une base. Je ne sais pas pourquoi cela m'intéressait tant. Je suis trop simple peut-être. L'expérience avec le papier de tournesol est assez facile à faire - le résultat est toujours très clair.

Je crois que nous sommes tous plus ou moins familiers avec l'idée de faire réagir un papier de tournesol. Quand nous parlons d'une telle réaction nous voulons dire qu'il y a là un test décisif. L'idée est bien sortie du laboratoire et est entrée dans le vocabulaire commun. Le passage que nous allons regarder aujourd'hui dans 1 Jean nous donne une réaction comme le papier de tournesol pour répondre à la question "Comment sais-je si je suis chrétien?".

Pourquoi même se poser la question?

  1. Parce que nous avons parfois des doutes - quand nous tombons encore dans le péché nous nous posons parfois la question: "suis-je vraiment sauvé?" Il me semble que rien n'est changé!!!
  2. Parce qu'il nous faut une mesure objective pour la vie que nous vivons. Nous nous comparons si souvent avec des chrétiens autour de nous - ce qu'ils font, ce que nous croyons qu'ils font et ce qu'ils font pour du vrai. S'il nous semble que nous vivons mieux qu'eux ça va bien..., mais nous devenons peut-être orgueilleux? S'il nous semble que nous vivons moins bien qu'eux, nous nous désespérons... ver de terre misérable que je sois!
  3. Nous vivons dans un pays, soit disant, chrétien. La Belgique a un héritage chrétien. Même si beaucoup ont abandonné la foi des anciens, ils se disent encore "chrétiens". Ils vivent parfois une vie très correcte, très morale. Mais sont-ils chrétiens selon la bible? Si oui nous devons les laisser tranquilles. Si non, nous avons la responsabilité de leur partager l'évangile. Nous ne sommes pas là pour les juger mais pour leur montrer la vraie vie chrétienne.

Dans 1 Jean nous trouvons une série de réactions du papier de tournesol pour la vie chrétienne. Chacune d'entre elles est nécessaire pour identifier un chrétien mais chacune, toute seule, n'est pas suffisante pour dire "oui, elle est chrétienne" ou "non, il n'est pas chrétien."

Lisons 1 Jean 2:3-6

Ce petit passage nous encourage à nous regarder nous-mêmes et à poser la question "Comment va ma vie chrétienne" et puis il nous encourage à regarder Jésus "le chef et le consommateur de la foi."

Je me regarde

La connaissance

Qu'est que la connaissance? Peut-être est-ce une question trop philosophique pour un dimanche matin... Nous pouvons acquérir la connaissance par l'observation, par la lecture, par l'audition, par l'enseignement.
Je sais que la terre est sphérique - j'ai vu des images prises par des astronautes.
Je sais que je suis en Belgique - j'ai passé la frontière et il y avait une plaque qui disait " Belgique ".
Je sais qu'aujourd'hui c'est dimanche parce que je suis ici à l'église devant vous. Ce sont des faits objectifs.
Mais je peux dire aussi que je vous connais. Certains plus que d'autres bien sûr.
Je sais des choses à votre sujet - nom, adresse, âge. Mais je vous connais aussi et vous me connaissez. C'est plus subjectif mais ce n'est pas moins vrai par rapport aux faits qui sont écrits. Savoir et connaître - deux types de connaissance. La connaissance d'un fait. La connaissance d'une personne.

Nous pouvons donc connaître des faits. Nous pouvons connaître des choses à propos de Dieu, de Jésus et du Saint-Esprit. Nous pouvons connaître des faits bibliques. Mais connaissons-nous Dieu? Jean nous dit que nous pouvons savoir, en fait, si nous connaissons Dieu, que nous avons une expérience réelle et personnelle de lui. Nous pouvons savoir si nous sommes un vrai chrétien.

Dans le premier cas la connaissance de Dieu nous donne une expérience. Dans le deuxième cas l'expérience personnelle nous donne la connaissance de Dieu. Comment savons-nous alors? La première réaction du papier de tournesol.
Un test simple et objectif: Suis-je obéissant aux commandements de Dieu? Est-ce que je fais ce qu'il veut que je fasse dans ma vie?

L'exemple

Jean nous donne un exemple pratique: "Celui qui dit: Je l'ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n'est point en lui."

La réaction du papier de tournesol de Jean est un test moral et pratique. Elle nous montre que si nous disons que nous avons été sauvés, que nous sommes chrétiens, nous devons vivre par la suite comme si c'était la vérité. C'est là la question "comment va ma vie chrétienne?" Mais il faut dire qu'il y a un danger pour chaque chrétien. Nous sommes tentés de vivre dans le passé. Nous sommes tentés de vivre à la lumière de la gloire passée et des expériences de Dieu passées. Nous sommes tentés de nous servir de notre passé pour compenser notre "aujourd'hui".

Quand j'étais à l'université il y a 18 ans j'étais chef d'une équipe d'évangélisation. Nous étions responsables pour des événements évangéliques auxquels assistaient des centaines de personnes. C'était un succès! Mais à quoi bon si je ne parle jamais de Jésus dans ma vie d'aujourd'hui? J'ai été obéissant à l'appel de Dieu. Suis-je obéissant maintenant, aujourd'hui?

Il est possible d'avoir un témoignage assez impressionnant. "Je l'ai connu, j'ai même fait des prodiges pour lui." Mais où sommes-nous maintenant? Je suis menteur si j'essaye de vous convaincre que tout va bien maintenant parce que tout allait bien auparavant.

La vérité

La dernière phrase du verset 4 "la vérité n'est point en lui" nous rappelle le fait que même dans le domaine d'une relation avec Dieu nous sommes dans le royaume de l'objectif en ce qui concerne quelque chose qui est souvent subjectif - une relation.

Notre relation avec Dieu n'est pas seulement une question de ce que nous percevons ou ce que d'autres perçoivent. "Vous savez, je suis bien heureux que vous sentez que vous connaissez Dieu. Si cela marche pour vous tant mieux..." Non, notre relation avec Dieu est objective - une question de fait et de vérité et non pas de sentiment. Cela nous encourage parce que nous sommes si souvent pris par nos sentiments. S'il me semble que tout va bien et que je suis plus ou moins certain que Dieu m'aime, je me sens bien. Mais quand cela tourne mal... je ne sais plus. Notre relation avec Dieu ne dépend pas de sentiments. Elle dépend d'obéissance.

La réaction du papier de tournesol que Jean nous propose nous donne une mesure objective de notre vie chrétienne. Elle nous force à nous regarder nous-même en nous posant la question "Comment va ma vie chrétienne. Suis-je obéissant?"

Attention à deux choses:

  1. Nous sommes sauvés par la grâce seule. En tant que pécheurs nous méritons de connaître la force de la pleine colère d'un Dieu saint et pur qui ne tolère pas le mal. Mais nous ne recevons pas toujours ce que nous méritons. La grâce est la faveur, sans mérite, de Dieu envers nous. Nous sommes sauvés par la grâce seule. Mais cela ne veut pas dire que, après avoir été sauvés, nous nous relâchions. Il n'est pas prévu que la vie chrétienne se passe tout autour de nous sans que nous y soyons impliqués. La vie chrétienne est active dans le service de Dieu. L'obéissance motivée par l'amour, reconnaissant de la grâce qui nous est accordée.
  2. Quand nous péchons il y a toujours la promesse du pardon si nous confessons notre péché. Jean ne veut pas nous culpabiliser inutilement. Il y avait dans l'église à Ephèse des gens qui disaient qu'ils avaient une nouvelle révélation de Dieu. Ils disaient qu'ils connaissaient Dieu. Mais ils vivaient dans la désobéissance. Ils provoquaient le dissentiment dans l'église, ils divisaient l'église entre ceux qui avaient "La connaissance" et ceux qui ne l'avaient pas. Ces gens vivaient une vie qui niait invariablement ce qu'ils disaient. Notez le mot "invariablement". Chacun tombe dans le péché de temps en temps. Mais s'il cherche à vivre conforme aux commandements de Dieu il va se repentir et recevoir le pardon. Jean parle a ceux qui, selon les paroles de Calvin "s'efforcent, à la capacité de l'infirmité humaine, de former leur vie en obéissance à Dieu."

Les paroles de Jean sont un réveil pour nous. Regardons-nous nous-mêmes. Examinons notre vie. Posons-nous la question "Suis-je obéissant?". La réponse devrait être "Oui, pour la plupart." Quand la réponse est parfois "Non", faisons les changements qui sont nécessaires pour vivre conformément à la foi que nous professons, à notre déclaration de connaître Dieu.

Devenir chrétien change la vie. Elle n'est plus comme avant. Attendons-nous à être changés. Attendons-nous à ce que notre vie soit conforme à la parole de Dieu. Attendons-nous à vivre dans l'obéissance et à vouloir vivre dans l'obéissance.

La bible nous dit que nous avons un autre témoin dans notre vie, un témoin de notre relation avec Dieu. C'est l'Esprit Saint qui habite en nous par qui nous crions "Abba Père." selon Romains 8:15. L'Apôtre Paul a dit que "Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus-Christ." J'en suis persuadé aussi.

Nous ne serons pas parfaits tant que nous ne serons pas arrivés enfin au ciel mais le processus est déjà entamé. Dieu, par l'Esprit, est en train de nous conformer à l'image de son cher Fils selon Romains 8:29. Nous devenons de plus en plus comme Jésus quand nous laissons l'Esprit travailler dans notre cœur pour nous montrer notre péché, quand nous confessons notre péché et quand nous recevons le pardon de Dieu.

Laissez-moi vous donner un exemple de ma propre vie. Tournez brièvement à Ephésiens 6:1-4. Nous lisons les versets 1 à 3 et nous qui sommes des parents disons "Ouais!! Prêche-le Paul!! Que nos enfants nous honorent!!"

Et puis nous lisons le verset 4. Si je sais faire une chose, c'est que je sais comment irriter mes enfants. Je ne suis pas toujours lent à la colère. Je réagis parfois trop vite avec mes enfants, peut-être ont-ils fait quelque chose... je ne me pose pas toujours la question...

Mes enfants arrivent à l'âge maintenant où ils connaissent le bien et le mal. Ils connaissent aussi "juste" et "injuste". Il sait que je ne suis pas toujours juste. Je sais que je ne suis pas toujours juste. Qu'est-ce que je fais alors? J'essaye de vivre en obéissance à la parole de Dieu - j'essaye de prendre au sérieux la parole qui dit "Pères, n'irritez pas vos enfants." Je me regarde, je me pose la question "Comment est-ce que j'irrite mes enfants?" Qu'est que je devrais faire pour me changer, avec l'aide de Dieu? Je prie et je demande pardon à mes enfants et à Dieu.

Je regarde Jésus

Dans les versets 5 et 6 Jean continue sur le thème déjà commencé. Jean nous dit que nous savons que nous sommes en Christ si nous gardons la parole de Dieu. Etre "en Christ" veut dire que nous le connaissons. Il nous parle encore une fois d'une relation réelle et personnelle. Encore une fois nous avons la réaction du papier de tournesol - "l'obéissance". Mais nous trouvons quelque chose en plus: Jean nous dit que notre relation est caractérisée par l'amour de Dieu. Cet amour est véritablement parfait en celui qui est obéissant à la parole de Dieu.

Que veut-il dire alors? Nous prouvons que nous aimons Dieu si nous lui obéissons. L'amour pour Dieu ne se trouve pas seulement dans les sentiments ou dans les expériences bien qu'on a besoin des deux, mais il se trouve premièrement dans l'obéissance. Le prophète Samuel a dit la même chose dans l'Ancien Testament: "L'Eternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l'obéissance à la voix de l'Eternel? Voici, l'obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l'observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers."

Dieu aime notre obéissance parce qu'elle prouve notre amour pour lui. Il me semble qu'il y a au moins trois motivations pour l'obéissance:

  1. J'obéis parce que je dois obéir - comme un esclave, s'il n'obéit pas il est punit.
  2. J'obéis parce que j'ai besoin d'obéir - comme un employé, il doit faire son travail pour recevoir le salaire dont il a besoin.
  3. J'obéis parce que je veux obéir - comme un chrétien. Il est en relation avec Dieu et c'est une relation d'amour. Jésus l'a dit "Si vous m'aimez, gardez mes commandements.

De plus, la parole que nous gardons n'est pas quelque chose de sec, une simple liste de règles. Elle nous communique le Dieu qui nous aime. Nous trouvons dans la parole des commandements à observer et des promesses, qui dépendent parfois, même souvent, de l'obéissance! Ce sont ces promesses, auxquelles nous pouvons nous accrocher, qui nous amènent à une connaissance plus profonde de l'amour de Dieu pour nous.

Pour finir Jean oriente nos regards sur Jésus. Encore une fois nous trouvons la phrase "Celui qui dit...". "Celui qui dit qu'il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même."

Nous pourrions dire que Jésus est la parole de Dieu en action. Il est la parole vivante. L'exemple vivant. Si nous voulons vraiment comprendre l'obéissance il faut regarder Jésus. Jésus illustre l'obéissance à la parole de Dieu. Philippiens 2:8 nous dit que "il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix." Jésus lui-même à dit "Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son œuvre." Pour Jésus l'obéissance était comme de la nourriture. C'est cette obéissance qui l'a amené à la croix pour le péché de l'humanité.

Si nous voulons dire que nous sommes en Christ. Si nous voulons dire que nous sommes obéissants à la parole de Dieu, cela vaut la peine de regarder Jésus et puis d'agir comme il a agi. Vivre comme il a vécu. Ici se trouve un commandement pour suivre Jésus.

Pour finir, ce matin j'aimerais vous proposer quelque chose. Un défi pratique si vous le voulez bien. Il n'y a pas d'obligation, seulement une invitation. J'aimerais suggérer que chacun d'entre nous essaye de lire l'évangile de Marc cette semaine. Pourquoi? Pour faire la connaissance de Jésus, pour mieux le suivre et lui obéir. Pendant que nous lisons, soyons attentifs à comprendre comment Jésus s'entendait avec les gens. Comment il leur parlait. Qu'est qu'il a fait avec eux et pour eux? Disait-il des choses négatives aussi bien que des choses positives aux gens? Deuxièmement, soyons attentifs aux commandements que donne Jésus. "Faites ceci" ou "Ne faites pas cela." Que devons-nous changer pour être conformes à ses commandements?

Pendant que nous lisions, demandez à l'Esprit de nous éclairer sur la parole et de nous convaincre de la vérité de ce que nous lisons. Entrons peut-être dans ce défi avec l'attente que nous allons apprendre quelque chose - quelque chose qui aura un impact sur notre vie cette semaine. Quand nous nous réunirons la semaine prochaine nous ne serons plus les mêmes que nous étions cette semaine. Permettons à la parole de Dieu de nous toucher. Prenons aussi des notes pour ne pas oublier. Allons jusqu'au bout de l'évangile si possible mais ne nous sentons pas condamnés si nous n'y arrivons pas!

Si vous venez la semaine prochaine, venez avec quelque chose de simple à partager - un verset qui vous a interpellé peut-être. Mais, je ne cherche pas à avoir de longues méditations ou prédications! La semaine prochaine nous nous servirons de l'évangile de Marc comme base pour notre réunion et nous allons voir la deuxième réaction du papier de tournesol.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications