* Imprimer

  Ecouter ce message
ou Télécharger en MP3 (7,69 Mo)

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Juges 6:1-16

Un héros hésitant

Ce matin nous allons regarder l'histoire d'un homme qu'on pourrait appeler un héros hésitant. En fait c'était un héros très hésitant! L'histoire de cet homme se passe dans une période très sombre pour le peuple d'Israël. Moise est mort et enterré. Josué est aussi mort et enterré. Les guerres de conquête du pays sont plus ou moins finies mais le peuple n'a pas de responsable et chacun fait ce qui lui semble bon. De plus, presque tout le monde s'est détourné de Dieu pour suivre d'autres dieux. Ils ont abandonné le Dieu qui les a sortis de la captivité en Egypte.

Au moment dont nous parlons ce matin Israël se trouve dans une position précaire. Ils se trouvent sous l'oppression des nations voisines, spécifiquement, la nation de Madian. Ce n'est pas la première fois non plus. Avant ce moment Dieu a déjà envoyé cinq personnes - Othniel, Ehud, Schamgar, Débora et Barak - des sauveurs, pour délivrer Israël d'entre les mains d'autres oppresseurs. Mais, dés que le sauveur soit mort, la moralité du peuple s'est relâché et ils retombaient dans leurs mauvaises habitudes.

Quelle était la situation en Israël alors? Imaginez un moment que vous avez consacré du temps au printemps pour bien préparer votre propre jardin potager. Vous avez semé, vous vous êtes occupés des jeunes salades, des tomates, des carottes et des pommes de terre. Maintenant, vous vous attendez à faire une bonne soupe quand, tout à coup, votre voisin saute la clôture sur son chameau, il pique vos salades et vos légumes, il prend tout. Vous allez trouver peu après qu'il a aussi pris les cobayes et Milou, le lapin.

Israël vivait dans une situation semble à ce que je viens de vous décrire, mais plus sérieuse encore. A chaque moisson une foule de gens viendrait de l'orient, comme une multitude de sauterelles, et ils voleraient "les productions" d'Israël. A cause de cette invasion annuelle le peuple d'Israël était près de la famine.

Et Dieu? Dieu semblait être nulle part. Israël a renoncé à son Dieu. Il y en avait certains qui commençaient à prendre conscience de la gravité de la situation et qui faisaient appel à Dieu. Mais, il leur semblait que Dieu ne s'intéressait plus à Israël.

Dans cette scène, notre héros hésitant est devenu un leader d'Israël mais il se présente hésitant. Par rapport à ceux qui l'ont précédé cet homme n'était pas très impressionnant. Il n'y avait pas de quoi le crier sur les toits! Le premier sauveur, le premier des juges d'Israël a vaincu un roi. Le deuxième à assassiné un roi assis sur son propre trône. Le troisième à tué 600 hommes avec un aiguillon à bœufs. Et les quatrième et cinquième ont, ensemble, dirigé une campagne de guerre très efficace contre les ennemis d'Israël. Impressionnant. La première fois que nous entendons parler du sujet de notre histoire il se cache dans un pressoir.

Lisons Juges 6:1-16. Ce matin nous allons nous concentrer sur les versets 11 à 16.

J'imagine que nous connaissons tous l'expression "les arbres qui cachent la forêt". Quand l'ange de l'Eternel est venu près de Gédéon c'était le début de quelque chose de nouveau pour le peuple de Dieu. Mais Gédéon avait des difficultés de le voir. Il était préoccupé par lui-même, par sa famille, par son peuple, par les circonstances. Les arbres lui cachaient la forêt.

Il y avait quelques arbres en particulier qui lui cachaient le plan de Dieu pour Israël. L'arbre des circonstances, l'arbre des péchés d'Israël, et son propre arbre à lui-même.

Premièrement, les circonstances. Les circonstances de la vie étaient un blocages pour Gédéon. Israël traversait un moment difficile. Il y avait peu de nourriture, le peu qu'ils avaient était caché par peur de le perdre. Le vaillant héros se cachait dans un pressoir. Les circonstances l'ont forcé à se retirer pour chercher la sécurité. Il ne pensait pas que Dieu puisse se servir de lui pour changer le cours de l'histoire du peuple d'Israël. La vie quotidienne était trop difficile pour y réfléchir sérieusement.

Deuxièmement il y avait l'arbre des péchés d'Israël. Gédéon avait probablement entendu parler du prophète que Dieu avait envoyé au peuple. C'est certain qu'il était au courant de la situation d'Israël. Il est probable que Gédéon était adorateur du vrai Dieu d'Israël, il ne se trouvaient pas parmi ceux qui louaient le Baal des Amoréens. Il est aussi probable, comme nous suggère le verset 13, qu'il avait une connaissance des choses de Dieu. Il connaissait l'histoire de son peuple. Comment Dieu les avait sortis d'Egypte, le triomphe du peuple à la mer rouge, Moïse et les dix commandements, Josué et Jéricho... - toute l'histoire.

En effet Gédéon voyait le passé glorieux d'Israël, mais il était bloqué par les échecs présents du peuple. Comme déjà mentionné, pour la plupart ils se sont détournés de Dieu et Dieu, dans sa colère et à cause de leur péché, a livré son peuple entre les mains des Madianites. Israël vivait les conséquences de son propre péché. Il est donc vrai que le péché du peuple faisait une grande partie du problème, mais Dieu n'avait quand même pas abandonné son peuple.

Gédéon ne comprenait pas Dieu. Aussitôt que le peuple a commencé à faire appel à Dieu il a préparé un libérateur. Même si l'appel était un peu tiède, Dieu était enthousiaste pour les aider. Mais Gédéon, même s'il était peut-être parmi ceux qui ont fait appel, ne voyait pas le jour de sa délivrance et il ne se voyait surtout pas comme libérateur.

Tout cela nous amène à Gédéon lui-même - son propre arbre à lui. Quand l'ange de l'Eternel est venu, il a dit "L'Eternel est avec toi, vaillant héros!" Nous pouvons facilement imaginer que Gédéon a jeté un coup d'œil derrière lui pour essayer d'identifier ce "vaillant héros". Peut-être y avait-il quelqu'un d'autre dans le pressoir? Gédéon n'a pas répondu en disant "Voilà! C'est moi." Il ne faisait pas grand cas de lui-même et il a dit plus tard, dans la conversation, qu'il était le plus petit de la famille, et que sa famille était la plus petite en Manassé, qui était une des plus petites de toutes les tribus. A cause de cela il croyait que Dieu ne pouvait pas se servir de lui.

L'apparition de l'ange marquait le début de l'appel de Gédéon. Gédéon sera le prochain libérateur d'Israël. Si seulement il pouvait lever les yeux pour le voir. Comme je vous l'ai dit Gédéon était, peut-être parmi ceux qui faisait appel à Dieu. Mais, il me semble qu'il était peu disposé à faire partie de la solution. Il ne se voyait pas comme vaillant héros, il n'était personne.

Je crois que parfois nous sommes comme Gédéon. Les arbres nous cachent la forêt. Il nous semble impossible de comprendre le plan de Dieu dans une telle ou telle situation. Comme Gédéon nous avons des arbres qui nous bloquent la vue. Et quand Dieu veut se servir de nous, nous ne voyons que nos arbres en particulier. Notre situation aujourd'hui n'est pas comme celle de Gédéon. Elle est peut-être mieux, peut-être pire. Mais nous nous souvenons du passé glorieux. Nous pensons du moment où nous sommes devenus chrétiens. Il y avait notre baptême peut-être, la première fois que nous avons parlé de Jésus. C'était merveilleux! Dieu était avec nous! Le passé glorieux.

Mais... nous avons échoué, nous avons péché. Nous croyons que nous avons déçu Dieu. De plus, des autres, même dans l'église, nous ont déçus aussi. Ce sont des échecs présents. Notre péché a grandi devant nos yeux et nous ne pouvons pas échapper au sentiment que nous ne sommes pas assez bons pour Dieu. Dieu ne peut pas se servir de moi. Je n'ai pas un arrière plan très convenable, je ne connais pas ma Bible, je suis trop timide, j'ai été trop blessé, je n'ai pas ce qu'il faut... Je ne suis pas un vaillant héros!

Soyons honnête. Nous sommes myopes si nous nous rejetons nous-mêmes! Quand l'ange de l'Eternel est venu il ne disait pas " L'Eternel sera peut-être avec toi, paysan décharné." Le Gédéon que l'ange a vu était, aux yeux de Dieu, un vaillant héros. C'est vrai qu'à ce moment-là il n'était pas grand chose. Il n'y avait rien de lui qui a crié "Allez, venez regarder, comment est fait un vaillant héros!" Mais, si nous voyons Gédéon avec les yeux de Dieu, les yeux de la foi, nous pouvons croire que, ici, se trouve un vaillant héros.

Est-ce que nous nous voyons avec ces mêmes yeux? Est-ce que nous pouvons voir ce que nous sommes, honnêtement, mais en voyant aussi ce que Dieu veut que nous soyons. Le passé c'est le passé. Nous ne pouvons rien rattraper du passé. Bien sûr que nous pouvons nous souvenir de ce que Dieu à fait. Ne méprisons rien, mais ne comptons pas sur le passé pour nous montrer le présent.

Ce qui compte aujourd'hui, c'est notre marche avec le Seigneur d'aujourd'hui. Dieu ne nous a pas abandonné à cause de notre passé non plus. Ne laissons pas notre passé nous empêcher de répondre à Dieu aujourd'hui. Je reviens encore une fois à 1 Jean 1:9 "Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité."

J'aimerais bien dire aussi qui si nous sommes chrétiens nous sommes "en Christ" et la bible à beaucoup à dire à notre sujet: "Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ." - Romains 8:1

D'autres choses, que cinq parmi beaucoup:
Selon Ephésiens 1:5 nous sommes enfants de Dieu.
Selon Ephésiens 1:11 nous sommes héritiers du roi.
Selon Jean 15:15 nous sommes amis de Dieu.
Selon 1 Pierre 2:9 nous sommes saint.
Selon Romains 8:37 nous sommes plus que vainqueurs.

Vous êtes un vaillant héros - en Christ.

Vivons-nous à la lumière de ces vérités? Nous avons donc un défi devant nous. Le défi c'est de voir notre situation comme Dieu le voit. C'est de nous voir aussi comme Dieu nous voit. Pour finir Gédéon a accepté l'appellation "vaillant héros" et il a agi pour son Dieu.
Pourtant, même si nous arrivons à faire ces choses, notre situation peut encore nous sembler intimidante. Dans ce passage il y a deux choses qui ont donné l'espoir et le réconfort à Gédéon et qui feront de même pour nous ce matin.

Le pouvoir de Dieu

Quelqu'un a dit que "quand Dieu appelle, il équipe." Je peux vous révéler, en exclusivité ce matin, que c'est vrai. Quand Dieu a donné l'ordre à Gédéon: "Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian" il finit avec ces paroles: "n'est-ce pas moi qui t'envoie?" Derrière cette question se trouve toute l'autorité de Dieu, la puissance de Dieu pour faire le travail. Quand Dieu nous dit "fais ceci" nous pouvons le faire en toute confiance, avec toute l'autorité et la puissance dont nous avons besoin pour faire face à la situation.

Jésus, dans le nouveau testament a donné une mission à ses disciples. Nous connaissons ses paroles: "Tout pouvoir m'a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples."

L'autorité des disciples, de Gédéon et la notre aussi ne vient pas de nous. Notre autorité et notre pouvoir viennent de celui qui nous envoie. Si nous suivons la volonté de Dieu, si nous lui sommes obéissants, nous pouvons être certains que nous avons le poids de son pouvoir avec nous pour accomplir sa volonté. Cela nous rassure, mais, il y a mieux! Nous avons non seulement la promesse de son pouvoir nous avons aussi la promesse de sa présence.

La présence de Dieu

Quand nous étions à l'école biblique, nous habitions au bord de la mer. C'était fantastique. De temps en temps nous y avions des journées de prières et j'allais me promener sur la plage. Comme tout le monde je laissais les empreintes de mes pieds dans le sable. Cela m'a fait réfléchir à un poème que j'avais lu. Vous le connaissez déjà peut-être:

//Une nuit un homme eut un rêve.
Il rêva qu'il marchait le long de la plage avec le Seigneur
A travers le ciel apparurent des scènes de sa vie.

Pour chaque scène, il remarqua deux paires d'empreintes de pas dans le sable
L'une lui appartenant et l'autre étant celle du Seigneur.
Il remarqua qu'à plusieurs reprises, le long de sa vie,
Il n'y avait qu'une paire de trace de pas. Il s'aperçut également que cela arrivait dans les moments les plus bas et les plus tristes de sa vie.
Cela le préoccupa beaucoup.

Il interrogea le Seigneur à ce propos "Seigneur, tu as dit qu'une fois que j'avais décidé de te suivre Tu marcherais avec moi tout le long du chemin.
Mais j'ai remarqué que durant les moments les plus troublés de ma vie Il n'y avait qu'une seule paire de traces. Je ne comprends pas pourquoi quand j'avais le plus besoin de toi Tu m'as abandonné".

Le Seigneur répondit, "Mon précieux, précieux enfant, Je t'aime et je ne t'abandonnerai jamais. Durant les périodes d'épreuves et de souffrances, Lorsque tu ne voyais qu'une seule trace de pas dans le sable C'était à ces moments là que je te portais".

Dans le verset 16, après que Gédéon eut fini avec toutes ses objections, l'ange de l'Eternel lui répond : "Je serai avec toi et tu battras Madian comme un seul homme." Gédéon n'a pas eu de bons résultats tout de suite. En fait, les choses se sont empirées. Si vous lisez toute l'histoire de Gédéon vous verrez qu'il a eu des moments difficiles et des moments gênants. Mais Dieu lui a promis sa présence toute la long de la route.

Change-t-il notre Dieu?

Encore une fois, il y a les paroles de Jésus à ses disciples : "Je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde". La promesse n'a pas changé.

Conclusions

Nous avons le défi d'être un peuple qui voit les circonstances et les situations comme Dieu les voit. Nous sommes aussi appelés à nous voir nous-mêmes comme Dieu nous voit. Quand nous voyons ainsi, ou même quand nous commençons à voir ainsi nous pouvons agir en obéissance à la volonté de Dieu confiant de son pouvoir et sa présence.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications