* Imprimer

  Ecouter ce message
ou Télécharger en MP3 (7,86 Mo)

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Juges 6:25-40

La puissance et la faiblesse

Ce matin nous allons continuer dans notre étude de la vie de Gédéon. Il est un caractère qui est souvent mal jugé et critiqué pour ses faiblesses et ses échecs. Il est facile de le juger mais l'exemple qui suit nous montre comment Dieu prend les gens faibles, comme nous, pour se servir d'eux, pour sa gloire.

Dans le livre des Juges, Gédéon, avec Samson, sont les juges les plus connus. Gédéon a un caractère très humain, il est comme nous. Il a les mêmes blocages que nous, les mêmes faiblesses quand Dieu lui demande de faire quelque chose de difficile ou de désagréable. C'est un des personnages de l'Ancien Testament que j'aime le plus!

Nous allons voir à travers ce deuxième épisode de l'histoire de Gédéon que bien que l'obéissance est obligatoire l'héroïsme est facultatif. Nous voyons aussi qu'une foi faible n'indique pas nécessairement un manque totale de foi.

Avant de lire notre passage dans Juges 6, j'aimerais bien vous donner un petit résumé de l'histoire de Gédéon. Depuis sept ans le peuple d'Israël a été opprimé par Madian. Madian était situé au sud-est d'Israël, plus ou moins l'Arabie Saoudite d'aujourd'hui.

Dieu se sert de Madian pour punir son peuple. Ils se sont détournés de Dieu et de ses commandements pour suivre leur propre chemin. Le péché d'Israël a entraîné des conséquences sévères. Au moment de l'histoire Israël est fort désespéré. Chaque année le pays était ravagé, les productions et les animaux étaient soit volés, soit détruits. Le peuple a crié vers Dieu et il leur a envoyé un prophète. Le prophète leur a expliqué pourquoi ils étaient dans une situation si grave. Quelqu'un a dit que "envoyer un prophète à Israël était semblable à envoyer un philosophe au conducteur d'une voiture en panne au lieu d'envoyer le Touring Secours."

Israël voulait que quelqu'un prenne des mesures pour les aider, il ne voulait pas des paroles. Mais Dieu agit. Il est venu près d'un jeune homme - Gédéon. Dieu veut bien que Gédéon soit le prochain libérateur d'Israël. Gédéon ne le veut pas. Il proteste. "Non merci, vraiment, très gentil de me demander cela, mais je suis le plus petit de la famille la plus petite de la tribus la plus petite…" Il se sentait incapable, il n'était pas l'homme de ce projet. Mais Dieu lui répond - "C'est mon projet et moi, je serai avec toi..."

Gédéon a finalement saisi que Dieu l'avait choisi, mais il ne savait pas avec certitude qui était ce "Dieu". Il offre un sacrifice et il est tout étonné quand l'offrande brûle devant ses yeux - Juges 6:21. Mais ses craintes ne sont pas apaisées pour autant, elles augmentent! Il semble que Dieu existe vraiment... il en a la confirmation.

Lisons ensemble Juges 6:25-40.

l'Obéissance est obligatoire

L'obéissance, nous n'aimons pas entendre ce mot. Il se trouve parmi les mots " discipline", "punition" et "enfer" comme un mot tabou. Nous vivons dans un monde où chacun a ses droits - le droit à la vie, le droit à la liberté, le droit d'être heureux, le droit de conduire, le droit de s'amuser tant qu'on veut.

Voici une petite histoire qui illustre peut-être nos droits. C'est la transcription d'une conversation entre un navire de guerre américain et les autorités canadiennes, en octobre 1995

Américains: Déviez votre route de 15 degrés au nord pour éviter une collision s'il vous plaît.
Canadiens: Nous recommandons que vous déviiez votre route de 15 degrés au sud pour éviter une collision.
Américains: Ici le capitaine d'un navire de guerre américain. Je le redis, déviez votre route.
Canadiens: Non. Je le redis. Déviez votre route.
Américains: Ici le porte-avions USS Lincoln, le deuxième plus grand des navires de la flotte atlantique américaine. Nous sommes accompagnés par trois contre-torpilleurs, trois croiseurs et des vaisseaux de soutien en nombre. J'exige que vous déviiez votre route de 15 degrés au nord. Si non, nous allons prendre des mesures pour assurer la sécurité de ce vaisseau.
Canadiens: Ici un phare. A vous de décider...

Le problème de l'obéissance, c'est que pour obéir à quelqu'un nous devons laisser tomber nos droits. Israël, à l'époque des juges, a affirmé son droit de suivre d'autres dieux. Chacun faisait ce qui lui semblait bon. Dans cette situation Dieu a donné un ordre à Gédéon. "Prends le jeune taureau de ton père, et un second taureau de sept ans. Renverse l'autel de Baal qui est à ton père, et abats le pieu sacré qui est dessus." C'est une épreuve d'obéissance qui est difficile dans n'importe quelle langue!

Le Baalisme était tolérant, tant que personne ne s'opposait à ses croyances fondamentales. Pour les pays autour de Israël le Dieu d'Israël était considéré comme un des Baals et il était toléré. Pourtant Dieu était, et il est, un Dieu jaloux qui n'accepte aucun concurrent. Il n'y a pas de place pour l'autel de Baal à coté de l'autel de Dieu. Il fallait détruire l'autel de Baal. Gédéon devait se mettre debout pour agir contre Baal. Il ne pouvait pas hésiter entre deux opinions.

Nous vivons dans une culture tolérante - tant que nous ne nous opposons pas aux à ses croyances fondamentales. Mais, il arrive un moment dans notre vie chrétienne où il faut prendre position pour la vérité. Il est possible que nous avons été un chrétien silencieux. Il est possible que nous avons caché notre engagement au Seigneur mais il nous arrive une situation dans laquelle nous devons faire face et dans laquelle nous devons prendre position pour ce que nous croyons.

Peut-être y-a-t-il quelque chose qui ne va pas au boulot? Il y a quelque chose de malhonnête dans laquelle quelqu'un veut vous impliquer. Qu'est-ce qu'il faut faire?
Peut-être y-a-t-il une relation qui ne va pas? Vous cachez le fait que vous êtes un chrétien pour avoir une vie tranquille. Qu'est-ce qu'il faut faire?

Prendre position et dire "Je suis chrétien, je ne le ferai pas" ou "Je suis chrétien, cette situation doit changer parce qu'elle ne glorifie pas Dieu" peut être coûteux. Coûteux pour la relation, coûteux au boulot, coûteux dans la famille même.

Pour Gédéon, détruire l'autel de son père sera peut-être coûteux. Comment son père réagira-t-il? Gédéon, sera-t-il rejeté et mis dehors par sa famille? Perdra-t-il la vie pour ce qu'il fera?

Il est possible que vous soyez déjà dans une telle situation. Je ne sais pas ce que vous allez devoir faire pour prendre position. Mais cela sera coûteux, j'en suis certain. Mais si nous ne prenons pas position, notre relation avec Dieu en souffrira. Pourquoi? Parce que prendre position est souvent un acte d'obéissance. Nous nous trouvons parfois dans une situation qui ne correspond pas à la volonté de Dieu, même si nous sommes tout à fait à l'aise dedans.

Si nous savons que Dieu nous parle d'une situation qui n'est pas correcte, l'obéissance est obligatoire, mais l'héroïsme est facultatif.

L'héroïsme est facultatif

Gédéon était obligé de faire ce que Dieu lui a demandé - détruire l'autel de Baal de son père. Mais il y a deux choses à souligner: Premièrement, Dieu n'a pas dit qu'il fallait faire cet acte pendant la journée et, deuxièmement, il n'a pas dit que Gédéon devait le faire sans crainte!

Nous supposons que Gédéon était lâche - qu'il préférait prendre position la nuit quand il n'y avait personne pour le regarder.
Devait-il y aller pendant le culte le matin! Devait-il assommer quelques prêtres de Baal, renverser l'autel et puis se mettre debout sur les débris en criant "J'ai gagné". Non.

Il a fait ce qu'il fallait. C'est tout et c'est ce qui compte. Quand Dieu nous demande de faire quelque chose il ne dit pas que nous devons le faire sans sentiments. Nous pouvons avoir de la peur. Mais il faut obéir. Dieu s'attend à notre obéissance malgré notre peur. Cela ne veut pas dire que nous devons nier la peur. Mais il ne faut pas se laisser bouleverser par le peur. Il n'est pas besoin d'être un héros quand nous prenons position. Il n'y a que le besoin de faire ce qui a été demandé.

Nous trouvons de l'encouragement dans l'issue de ce que Gédéon a fait. L'obéissance, l'obéissance même un peu craintive, mène à la protection de Dieu et à la gloire de Dieu. Gédéon a d'abord ressenti malgré tout la protection de son père! Son père, Joas, a pris position pour lui contre la population du village et contre Baal. Lisons le verset 31 encore une fois: "Joas répondit à tous ceux qui se présentèrent à lui: Est-ce à vous de prendre parti pour Baal? Est-ce à vous de venir à son secours? Quiconque prendra parti pour Baal mourra avant que le matin vienne. Si Baal est un dieu, qu'il plaide lui-même sa cause, puisqu'on a renversé son autel."

A partir de ce moment-là Gédéon a vu le début d'une réforme dans son village, parmi son peuple. Cette réforme a commencé chez son père qui a douté de la puissance de Baal. Pour finir, un peu plus tard, quand Gédéon a lancé son appel pour lever une armée pour se battre contre Madian, une foule l'a rejoint. Dieu agissait.

Nous pouvons penser qu'après avoir reçu l'assurance de la présence de Dieu, après avoir détruit l'autel de Baal sans problème, après avoir rassemblé une multitude pour attaquer Madian, que Gédéon serait certain du plan de Dieu. Mais il avait encore des doutes.

Il est peut-être comme nous, non?

Nous arrivons maintenant à l'histoire bien connue de la toison de mouton. J'aimerais lire un extrait d'un de mes livres préférés qui montre la perception commune de "poser une toison". Je le lirai sans commentaire. Cette une histoire écrite dans la forme d'un journal intime, et personnel:

Dimanche le 15 décembre
Je me suis inscrit pour aller chanter les chants de Noël samedi prochain.

Lundi le 16 décembre
Mon fils Gérald m'a dit qu'un film de "James Bond" va passer à la télé samedi soir. Triste que ça tombe en même temps que les chants de Noël. De toute façon, chanter est un travail du Seigneur.

Mardi le 17 décembre
J'ai eu un rêve pendant la nuit - j'étais James Bond.

Mercredi le 18 décembre
Chanter des chants de Noël. Trouve-t-on cette idée dans la bible? J'ai téléphoné à Richard pour le lui demander. Il pense que les arbres de Noël sont mauvais. Pas de chance. Ca va apparemment.

Jeudi le 19 décembre
Est-il possible que Dieu veuille que je regarde James Bond à la télé? J'ai ouvert ma bible au hasard et j'ai lu "les chiens léchèrent le sang d'Achab"
Je suis allé au lit. Je ne comprends pas Dieu.

Vendredi le 20 décembre
J'ai posé une toison. Si un nain, portant le costume d'un amiral japonais, entre dans la pièce à 9h04 pile, je saurai que Dieu veut que j'aille chanter.
9h05. Un miracle. Personne n'est venu!

Il y a beaucoup d'interprétations au sujet de la toison dans la vie de Gédéon. Certains disent qu'il faisait de la divination et qu'il a péchait contre Dieu en le mettant à l'épreuve. D'autres disent que ce qu'il a fait faisait partie de comment nous pouvons, normalement, trouver la volonté de Dieu. Pour finir d'autres disent que c'était une question de foi faible, que Gédéon avais besoin d'un peu de soutien.

Je favorise cette dernière interprétation. Gédéon avait une foi faible. Quelques raisonnements:
Premièrement, demander un signe à Dieu n'est pas toujours quelque chose de mauvais. Dans Esaïe 7:10-17 quelqu'un est réprimandé parce qu'il n'a pas demandé un signe.
Deuxièmement, Dieu ne réprimande pas Gédéon pour sa demande. Dieu ne répond pas pour faire plaisir à Gédéon non plus.
Troisièmement, Gédéon nous montre aussi qu'il avait peur de déplaire à Dieu. Le verset 39: "Que ta colère ne s'enflamme point contre moi..." Il n'a pas posé cette toison de mouton pour rien et pour n'importe quoi.
Quatrièmement, je crois que nous trouvons dans ce passage un principe à comprendre plutôt qu'une pratique à copier. Je ne crois pas que l'exemple de Gédéon ici nous donne un précédent.

C'est qui le principe? C'est simple: Une foi faible n'est pas un manque total de la foi. Gédéon avait une foi faible. Une foi qui voulait dire "je me confie à toi" mais il était hésitant, nerveux, il avait besoin d'encouragement et de l'assurance. Reconnaissons-nous les sentiments?

Dieu usait de patience avec Gédéon. Nous nous attendons à ce que Dieu prenne Gédéon, le secoue et lui dit "va t'en! Arrête de perdre ton temps avec ces toisons..." Mais Dieu rencontre Gédéon là ou il a besoin d'aide. Dieu était prêt à faire ce truc de la toison. Il l'a fait deux fois même. Tout cela, pour rassurer Gédéon. Dieu a pris un homme faible, il l'a levé, il l'a guidé et il l'a formé - pour sa gloire.

Dieu est toujours prêt à se mettre à notre niveau pour calmer nos craintes et nos soucis par rapport a ce qu'il demande de nous. Il est possible d'être honnête avec Dieu. Il ne nous appellera pas "poule mouillée" si nous nous confions en lui avec la petite foi qui est à nous. Son ordre qui oblige l'obéissance, héroïsme facultatif, a pour but notre formation et notre croissance. Dieu veut que nous soyons les personnes qu'il veut que nous soyons - pour sa gloire. Mais il veut aussi que nous nous confions à lui sans devoir avoir recours aux toisons. Nous avons sa parole qui nous rassure, ses promesses auxquelles nous pouvons nous accrocher.

Nous arrivons ainsi à la fin de l'histoire. Il est facile de critiquer Gédéon, jusqu'à ce que nous nous arrêtions un instant et que nous nous rendons compte qu'il est fait comme nous. Ou, que nous sommes faits comme lui. Nous servons un Dieu qui demande l'obéissance mais qui fait de l'héroïsme quelque chose de facultatif. Il est avec nous, il nous guide, il nous rassure quand notre situation et les circonstances nous semble trop lourdes et affreuses.

Le Seigneur a dit à l'Apôtre Paul dans 2 Corinthiens 12:9 que "ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse." Quand nous arrivons au bout de nous-mêmes et de nos ressources, nous trouvons encore les mains puissantes de notre Dieu. Le verset suivant dans 2 Corinthiens 12 dit ceci: "Quand je suis faible, c'est alors que je suis fort."

Les faiblesses de Gédéon, la peur d'agir pour son Dieu et une foi faible, sont souvent aussi nos propres faiblesses. Mais quand que nous marchons avec le Seigneur nous allons trouver que sa puissance surmonte notre faiblesse. Et cela toujours pour sa gloire.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications