* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Matthieu 21:28-32

Ce n'est pas ce que tu sais... c'est ce que tu fais!

La parabole que les jeunes nous ont apportée ce matin va au fond de la différence entre être religieux et être chrétien. Et ce n'est pas une petite différence. C'est pourquoi j'ai donné le titre "Ce n'est pas ce que tu sais, c'est ce que tu fais" à cette petite méditation.

Mais pour bien comprendre ce qui se passe dans la parabole des deux fils il faut que nous nous reculions un petit peu pour voir pourquoi Jésus a raconté cette parabole. Pour faire cela il faut retourner au début du chapitre 21 de l'évangile de Matthieu.

Jésus entre à Jérusalem

Jésus est allé à Jérusalem pour mourir sur la croix. C'est la raison pour laquelle il est venu sur terre - mourir. Mais à ce point là c'est lui le seul qui connaît et comprend vraiment sa mission et son destin. Même ses disciples sont ignorants - bien qu'il leurs a expliqué pourquoi il devait mourir.
Au moment oùil arrive à Jérusalem tout le monde l'acclame.

Une grande foule de gens étendirent leurs manteaux sur le chemin; d'autres coupaient des branches aux arbres et les mettaient sur le chemin. Les gens qui marchaient devant Jésus et ceux qui le suivaient criaient: "Gloire au Fils de David! Que Dieu bénisse celui qui vient au nom du Seigneur! Gloire à Dieu dans les cieux!" Quand Jésus entra dans Jérusalem, toute la population se mit à s'agiter. "Qui est cet homme?" demandait-on. "C'est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée", répondaient les gens.

Une foule heureuse de le voir et l'accueillir. Mais selon le récit du même événement dans l'évangile de Luc certains étaient peu content que Jésus sera entré à Jérusalem.

Quelques Pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus: "Maître, ordonne à tes disciples de se taire." Jésus répondit: "Je vous le déclare, s'ils se taisent, les pierres crieront!"
Les Pharisiens étaient les chefs religieux d'Israël. Ils étaient responsables pour la vie spirituelle du peuple. Ils étaient responsables pour l'enseignement de la loi de Dieu. A laquelle ils ont ajouté pas mal de leurs propres lois. Ils n'aimaient pas trop Jésus. Il était trop radical, trop différent et pas de tout religieux.

Jésus dans le temple

Après son arrivée à Jérusalem Jésus est allé au temple - la maison de Dieu au centre de la ville.
Et il n'est pas content avec ce qu'il y voit:

Jésus entra dans le temple et chassa tous ceux qui vendaient et qui achetaient à cet endroit; il renversa les tables des changeurs d'argent et les chaises des vendeurs de pigeons. Puis il leur dit: "Les Ecritures déclarent: 'Ma maison sera appelée une maison de prière.' Mais vous, ajouta-t-il, vous en faites une caverne de voleurs!"

Jésus s'est fâché contre ceux qui faisaient de la maison de son père un lieu de commerce.
Après avoir nettoyé le temple Jésus s'est trouvé entouré par des malades. Et il les guérissait.
Mais encore une fois nous voyons des pharisiens qui regardaient et critiquaient. Ils critiquaient parce que Jésus faisait des choses qui n'étaient pas correctes à leurs yeux. Il parlait avec ceux qui étaient impur - les aveugles, les boiteux - les rejets de la société. Ceux que les Pharisiens évitaient à tout prix.

Jésus et le figuier

Après tout ce qui s'est passé à Jérusalem nous avons une petite histoire assez drôle. Cette une histoire que nous évitons souvent parce qu'elle nous semble un peu bizarre. Nous sommes un peu troublés par ce que Jésus fait au figuier innocent.

Le lendemain matin, tandis qu'il revenait en ville, Jésus eut faim. Il vit un figuier au bord du chemin et s'en approcha, mais il n'y trouva que des feuilles. Il dit alors au figuier: "Tu ne porteras plus jamais de fruit!" Aussitôt, le figuier devint tout sec. Les disciples virent cela et furent remplis d'étonnement. Ils demandèrent à Jésus: "Comment ce figuier est-il devenu tout sec en un instant?" Jésus leur répondit: "Je vous le déclare, c'est la vérité: si vous avez de la foi et si vous ne doutez pas, non seulement vous pourrez faire ce que j'ai fait à ce figuier, mais vous pourrez même dire à cette colline: 'Ôte-toi de là et jette-toi dans la mer', et cela arrivera. Si vous croyez, vous recevrez tout ce que vous demanderez dans la prière."

Que veut dire Jésus? Nous n'avons pas le temps ce matin pour tout déballer mais nous pouvons dire ceci: Ce que Jésus a fait avec le figuier est un signe. C'est à dire un phénomène considéré comme un présage. C'est à dire que c'est quelque chose de symbolique qui montre une vérité à propos d'une autre chose.

Dans la bible un figuier représente la paix et la prospérité. Il donnait de l'ombre et de la nourriture. Un figuier qui ne produit pas de figues ne fait pas son bulot. Le problème se montre quand nous apprenons que chez le figuier le fruit pousse avant les feuilles. Ceci est tout au contraire de ce qui se passe chez tout autre fruitier.
Si donc on voit des feuilles sur un figuier, comme Jésus l'a fait, on peut supposer qu'il y aura du fruit.
Qu'il n'y avait pas de fruit était une déception, mais plus profondément c'était un signe de l'état d'Israël - et surtout de ses chefs religieux. Ils avaient beaucoup de feuilles - des actes et les observances religieuses, ils avaient même le temple - le grand centre de la louange de Dieu! Mais par rapport à une relation avec Dieu, par rapport à l'amour les uns pour les autres ils étaient loin de ce qu'il fallait. Et ils risquaient le même sort que le figuier dans l'histoire - être rejeté par Dieu. Et ceci nous donne la mise en scène pour la suite à Jérusalem - où Jésus parle avec les Pharisiens au temple.

D'où vient l'autorité de Jésus?

Jésus entra dans le temple et se mit à enseigner; les chefs des prêtres et les anciens du peuple juif s'approchèrent alors et lui demandèrent: "De quel droit fais-tu ces choses? Qui t'a donné ce droit?" Jésus leur répondit: "Je vais vous poser à mon tour une question, une seule; si vous me donnez une réponse, alors je vous dirai de quel droit je fais ces choses. Qui a envoyé Jean baptiser, Dieu ou les hommes?" Mais ils se mirent à discuter entre eux et se dirent: "Si nous répondons: 'C'est Dieu qui l'a envoyé', il nous demandera: 'Pourquoi donc n'avez-vous pas cru Jean?' Mais si nous disons: 'Ce sont les hommes qui l'ont envoyé', nous avons à craindre la foule, car tous pensent que Jean était un prophète." Alors ils répondirent à Jésus: "Nous ne savons pas." - "Eh bien! répliqua-t-il, moi non plus, je ne vous dirai pas de quel droit je fais ces choses."

Les chefs religieux d'Israël n'aimaient pas Jésus et ils ne voulaient pas reconnaître son autorité. Admettre que Jésus était envoyé de Dieu c'était admettre qu'ils ne faisaient pas bien la tache qui leur a était confiée en tant que responsables de la vie spirituelle d'Israël.
Un problème alors. Et c'est pourquoi Jésus raconte, par la suite trois paraboles:
La parabole des deux fils - celle qui nous intéresse ce matin.
La parabole des vignerons et puis la parabole du grand repas de mariage.
Ces trois paraboles parlent plus ou moins du même thème, mais chaque parabole avance un peu ce que Jésus veut dire.

La parabole des deux fils

Nous arrivons donc à notre parabole. La parabole des deux fils. Lisons la ensemble. Je la lis de la version Français Courant.

"Que pensez-vous de ceci? ajouta Jésus. Un homme avait deux fils. Il s'adressa au premier et lui dit: 'Mon fils, va travailler aujourd'hui dans la vigne.' - 'Je ne veux pas', répondit-il; mais, plus tard, il changea d'idée et se rendit à la vigne. Puis le père s'adressa à l'autre fils et lui dit la même chose. Celui-ci lui répondit: 'Oui, père', mais il n'y alla pas. Lequel des deux a fait ce que voulait son père?" - "Le premier", répondirent-ils.
Jésus leur dit alors: "Je vous le déclare, c'est la vérité: les collecteurs d'impôts et les prostituées arriveront avant vous dans le Royaume de Dieu. Car Jean-Baptiste est venu à vous en vous montrant le juste chemin et vous ne l'avez pas cru; mais les collecteurs d'impôts et les prostituées ont cru en lui. Et même après avoir vu cela, vous n'avez pas changé intérieurement pour croire en lui."

Ce n'est jamais qui vous pensez...
Qu'est-ce que la chose importante à retenir de cette parabole? Je crois que c'est ceci - "Ce n'est pas ce que tu sais... c'est ce que tu fais qui a de l'importance dans la vie chrétienne."
Chapitre 21 de Mathieu nous montre que l'hostilité envers Jésus vient d'une source étonnante. Elle vient de ceux qui se prennent pour "porte-parole" de Dieu. Ceux qui réclamaient l'autorité de Dieu pour ce qu'ils faisaient.

Les Pharisiens, les chefs prêtres, les chefs religieux d'Israël connaissaient beaucoup à propos de Dieu et de sa loi. Mais ils n'aimaient pas Jésus, celui qui a été envoyé par Dieu parce qu'il ne faisait pas des choses qu'ils attendaient d'un religieux. Il parlait avec des rejets de la social, il mangeait même avec eux, il les accueillait. Il n'était pas pour la religion et l'observance des choses soit disant "acceptables".
Jésus était pour aimer Dieu avec tout ton cœur. Il était pour l'obéissance. Il était pour aimer les gens, pour aimer ceux que d'autres ont rejeté, pour les faire face à leur état de pécheur et pour les pardonner s'ils se repentissent.

C'est pourquoi Jésus était quelqu'un étonnant. Il attirait ceux qui étaient considéré très très "indésirable" - les prostituées et les collecteurs d'impôts. Des gens immoraux, horrible, peu aimable - aux yeux des hommes. Et nous sommes tous comme cela aux yeux de Dieu - avant qu'il ne nous sauve. Ces gens-là aimaient Jésus, ils le suivaient et ils l'obéissaient. Ils n'étaient pas des gens religieux mais ils ont trouvé une relation avec Jésus

Les chefs religieux connaissaient Dieu, au moins c'est çà qu'ils croyaient, mais ils ne faisaient rien avec leur connaissance. Ils étaient comme le deuxième fils de notre parabole. "Oui, père!" Ils étaient enthousiastes pour la loi et pour la religion. Ils ont même ajouté des nouvelles lois à la loi de Dieu pour qu'il semble, de l'extérieur qu'ils plaisent à Dieu. Mais au fond d'eux ils étaient loin de Dieu, ils n'obéissaient pas la loi - oui ils gardaient la lettre de la loi mais ils ont bien raté l'esprit. Mais de l'autre côté, les prostituées et les collecteurs d'impôts - ceux qui ont rejeté la loi de Dieu auparavant en choisissant une façon de vivre tout à fait opposé à Dieu - étaient comme le premier fils. Quand Jean-Baptiste est venu il a parlé de la repentance et le pardon des péchés. Quand Jésus est venu il a parlé de la repentance et le pardon des péchés. Et les prostituées et les collecteurs d'impôts ont répondu à son appel. Ils ont changé d'avis, ils se sont repentis et ils ont été pardonnés. Ils sont entrés dans le royaume de Dieu, laissant l'ancienne vie derrière.
De plus, Dieu était à l'œuvre dans ceux qui étaient peu considéré. Et les chefs religieux ne l'ont pas remarqué.

Quelqu'un a dit que "Aller à l'église ne fait pas de toi un chrétien comme aller à McDonalds ne fait pas de toi un hamburger.
Aller à l'église et faire des choses religieuses n'est pas la même chose qu'être chrétien. Tu peux paraître très bien le dimanche matin. Tu peux chanter de beaux cantiques et prier des belles prières qui impressionne tout le monde (ou personne...)
Mais si tu ne suis pas Jésus, si tu n'obéis pas Dieu et si tu n'aime pas des autres ce que tu fais "le show" ne vaut pas grandes choses.

Avant de dire mon dernier mot il y a deux choses à préciser:

  1. Nous ne sommes pas sauvés par ce que nous faisons. Mais ce que nous faisons montre alors que nous sommes sauvés.
  2. La bible ne méprise jamais la connaissance. C'est d'elle que coule la sagesse. Mais la connaissance ne tient pas toute seule dans un vide. Elle est fortement liée à ce que nous faisons

La parabole que Jésus a racontée aurait été choquante pour les Pharisiens parce que Jésus dis qu'ils ont bien raté le message de la loi et de Jésus lui-même. De plus, ceux qu'ils méprisaient l'ont compris et sont devenus vrais amis de Dieu.
Cette parabole peut aussi être choquante pour nous si nous nous croyons "bon chrétien" et cela surtout si nous sommes en train de regarder et critiquer l'œuvre de Dieu chez les autres. Cette parabole est un avertissement plutôt qu'un encouragement. Et nous la laissons comme ça. Une telle parabole, un tel avertissement peut nous faire agir si nous voyons notre visage reflété dans ses paroles. Et je crois que cela était l'intention de Jésus quand il l'a raconté - faire réfléchir et puis faire agir.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications