* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Matthieu 25:14 à 30

Nos capacités, Sa grâce

Souvenez-vous de ce que vous avez mangé à midi le 30 mai 2004?
Moi je ne me souviens même pas de ce que j'ai mangé il y a une semaine. Mais le fait que j'ai un peu de chair surs les os me convainc du fait que je mange quand même de temps en temps. Il me semble que c'est pareil avec des prédications. Souvent nous nous sentons un peu gênés parce que nous ne nous souvenons pas de la dernière prédication que nous avons entendue, même si c'était une bonne. Je sais bien que je suis comme cela. Mais je sais aussi que si je n'avais pas écouté ces prédications je serai plus pauvre aujourd'hui, j'aurais moins de connaissance de la bible, moins de choses qui sont logé dans les coins de la mémoire qui sort aux moments propices.

Ce matin je vais profiter du fait que nous oublions des prédications pour vous présenter une prédication que j'ai prêché en 2004. Pour certains elle sera quand même toute nouvelle. Pour ceux qui la reconnaissent j'espère que cette ancienne recette vous donnera quand même une bonne petite collation ce matin. Elle a quand même était un peu retravaillé.

Lisons ensemble Matthieu 25:14 à 30. La parabole des talents.

Mise en scène et présentation des caractères

Tout au début faisons une mise en scène de notre parabole, identifions les différents caractères et éléments que nous trouvons dans ce passage.

Premièrement nous avons le maître. Il représente Jésus. Cette parabole fait partie d'une série de paraboles qui parlent du retour de Jésus à la fin des temps. Il y a trois paraboles, avant celle-ci, qui montrent que Jésus reviendra sans aucun doute. Son retour sera inattendu; personne ne connaît la date. Quand il reviendra, il ne veut pas surprendre ses disciples à l'improviste. Nous apprenons de cette parabole que nous venons de lire que nous devons être actifs à son service. Notre service pour notre maître montre la mesure de notre relation avec lui et la compréhension de son caractère.

Ensuite le maître part en voyage. Ce voyage représente le temps qui s'écoule entre l'Ascension de Jésus et son retour. Nous ne savons pas combien de temps ce voyage prendra mais il ne sera pas illimité! Il reviendra. Il ne faut pas oublier ce point en examinant ce parabole - c'est important!

Pour finir, nous avons les serviteurs. Il y en a trois. Ils représentent les membres de l'église. Nous verrons plus tard, à l'issue de cette parabole, que ce n'est pas qu'en se disant chrétien on est, en fait, un chrétien - même au sein de l'église.

A chacun de ses serviteurs le maître donne des talents. Un talent est égal au salaire qu'un homme pouvait gagner en entre un et vingt ans de travail. Même si nous prenons le plus petits des chiffres c'est une grande somme. Mais, comment interpréter ces talents dans la parabole? Etant donné que cette parabole finit par une note assez forte, une note de jugement, je crois que nous pouvons dire qu'un talent est plus qu'une certaine somme d'argent seulement. Nous pouvons ajouter ici que les talents distribués ne parlent pas de l'évangile - sinon chaque serviteur auraient reçu la même chose.
Non, je crois qu'un talent inclut nos possibilités de service, nos responsabilités et nos capacités. Ce sont des choses que Dieu nous donne dans la vie chrétienne.

Les biens du maître

Heureusement pour nos jeunes, et pour leurs parents nous ne sommes pas encore dans la période des examens. Vous-avez encore combien de temps? Peut-être êtes-vous trop vieux pour vous rappeler l'époque des examens... il faut évoquer votre jeunesse... si vous le pouvez... Imaginez un instant votre examen de maths. Vous arrivez à l'heure. Vous vous asseyez. Vous arrangez vos bics, vos crayons, votre gomme, votre rapporteur, vos bonbons. Vous êtes prêts.
"Voilà, retournez votre papier, vous pouvez commencer."
Vous lisez la première question: "Décrivez les effets du réchauffement de la planète sur les pingouins de Nouvelle-Guinée."
Deuxième Question: "Expliquez pourquoi le déboisement au Brésil est directement lié au nombre de Big Macs que vous avez mangés pendant les trois derniers mois."
Troisième Question: "Quelle est la capitale de l'Islande?"
Panique!! Relaxez-vous. Vous ne vous attendiez pas à recevoir de telles questions dans un examen de maths. Bien sûr, on ne pose pas des questions de géographie dans un examen de maths.

Quel rapport est-il avec nos possibilités de service, nos responsabilités et nos capacités.
Dieu ne vous demandera pas pourquoi vous n'êtes pas allés en Chine s'il ne vous a jamais dit "Allez en Chine." Dieu ne vous demande pas pourquoi vous n'avez pas fait telle chose s'il ne vous l'a pas demandé de le faire. Mais, Il s'attend à ce que vous faites ce qu'il vous demande.

Le maître donne des talents à ses serviteurs pour qu'ils puissent les faire valoir. La parabole nous montre que deux des trois serviteurs ont travaillé pour gagner plus pour leur maître. Dieu s'attend à ce que nous, ses disciples, ses serviteurs, nous soyons engagés à son service pour faire valoir nos talents - nos possibilités de service, nos responsabilités et nos capacités. Il faut faire de notre mieux avec nos dons pour le Seigneur, pour l'édification de l'église.

Un point de départ pour réfléchir sur notre service, nos dons et comment les utiliser est la question: "Qu'est-ce que j'aime faire? Quelles sont les choses pour lesquelles je suis bon?" Si nous commençons ainsi, sans y mettre de limites, nous pouvons avoir une idée claire de la façon dont nous nous accordons dans l'église et comment nous pouvons la servir.

Conformément à notre capacité

Le maître à donné un total de huit talents à ses serviteurs. Si c'était moi, j'en aurai donné neuf - trois à chacun pour simplifier le problème. Heureusement le maître l'a fait selon ses propres idées. Cinq talents à l'un, deux à l'autre et un au troisième. Il a agi comme cela pour une raison bien simple. Il connaissait ses serviteurs. Il connaissait les capacités de chacun de ses serviteurs.

Parfois, nous nous accrochons à une image d'un Dieu qui est distant, peu engagé dans notre vie. Mais c'est une image floue et déformée. Dieu connaît chacun de nous. Il sait ce que vous aimez et ce que vous n'aimez pas. Il sait ce que vous avez au fond de vous. Il sait comment vous allez réagir aux choses qu'il va vous donner de faire.
Dieu donne à chacun différentes possibilités de service, différentes responsabilités, différentes capacités et dons parce qu'il nous connaît. Cela veut dire que nous n'avons pas besoin de nous comparer entre nous. Je suis qui je suis, avec mes possibilités de service, mes responsabilités et mes capacités parce que Dieu me les a données. Vous n'êtes pas moi et je ne suis pas vous. Vous n'êtes pas mieux que moi et je ne suis pas mieux que vous. Dieu s'attend à quelque chose d'autre de votre part en fonction de vos possibilités de service, vos responsabilités et vos capacités. Personne ne peut tout faire, mais chacun peut faire ce que le Seigneur lui donne à faire.

Le retour du Roi

Un jour le maître revient. Son arrivée est une surprise. A l'époque de Jésus quelqu'un qui est parti pour un long voyage ne connaissait pas la date de son retour. Il n'avait pas les avantages du chemin de fer belge avec ses horaires réguliers. C'était possible d'être en retard, ou en avance, même de quelques mois et personne ne se souciera de vous pourvu qu'enfin, vous arriviez.

Examinons ce qui se passe quand le maître revient. Nous avons d'un côté les serviteurs volontaires ou fidèles et de l'autre le serviteur peureux ou infidèle.

Les Serviteurs fidèles - recommandation et récompense

Les serviteurs à qui il a donné 5 et 2 talents sont venus auprès de lui.
Tous les deux ont fait valoir leurs talents et ils ont même doublé la somme originale.
Examinons la réaction du maître :

Il loue ses serviteurs fidèles

"C'est bien!" Si nous réfléchissons bien, nous nous rendons compte que Dieu n'a pas besoin de nous. Il est capable de tout faire par lui-même. Mais, il a choisi de nous impliquer dans son plan pour ce monde. Il veut bien que nous travaillions à ses côtés pour sa gloire. Un jour il va nous louer pour ce que nous avons fait à son service. Il se réjouira de notre fidélité

Il récompense ses serviteurs fidèles

"Je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître."
Autant il loue ses serviteurs fidèles, autant il les récompense aussi. Il y a la joie du maître et la promesse d'une plus grande responsabilité à son service. Cela se voit dans la vie - nous faisons un travail, nous le faisons bien et il nous est donné plus à faire. C'est pareil au boulot, à l'école ou à l'église! Mais cette promesse aura son achèvement au ciel quand nous aurons combattu le bon combat; quand nous aurons achevé la course, quand nous aurons gardé la foi, nous serons alors avec notre maître, notre Roi et nous serons dans la joie avec lui. Et, souvenons-nous, c'est plutôt ceci dont la parabole parle - ce que va se passer à la fin des temps au dernier jugement quand nous rendons comptes de ce que nous avons fit pendant l'absence du maitre.

Il tient compte de la qualité et non de la quantité

Il nous semble que le serviteur qui a commencé avec 5 talents a fait mieux que celui qui a commencé avec 2 talents. Mais nous remarquons que tous les deux ont reçu les mêmes félicitations de la part du maître. "C'est bien, bon et fidèle serviteur."
Dieu ne nous compare pas les uns avec les autres. Il demande seulement que nous fassions de notre mieux avec ce qu'il nous a donné. Les deux serviteurs fidèles représentent ceux qui, dans l'église, sont de vrais chrétiens. Ce sont ceux qui sont venus à Christ pour être sauvés. Ce sont ceux qui suivent Jésus et qui lui obéissent. Ils sont motivés par l'amour et une bonne compréhension de leurs responsabilités envers le maître.

Le Serviteur infidèle - condamnation et punition

Finalement le troisième serviteur entre en scène pour rendre compte à son maître.
Dès le début, il se défend. "Seigneur, je savais que..." Il lui rend le talent qui lui avait été donné avec ces mots "voici, prends ce qui est à toi." Il sait bien qu'il a déplu à son maître. Il reçoit la condamnation du maître et pour finir il est puni pour ce qu'il a fait, ou ce qu'il n'a pas fait. Ou se trouve le problème alors?

Le serviteur infidèle croyait bien connaître son maître et cela lui à fait peur. Il n'a donc pris aucun risque. Il a fait un trou dans la terre et il y a caché le talent que le maître lui avait confié. Il croyait son maître dur et impitoyable. Plutôt que de prendre des risques, même d'échouer, il n'a rien essayé. A l'époque de Jésus, cacher son argent dans la terre était la chose la plus sécurisante qu'on pouvait faire. Il y avait peu de chance qu'il soit volé ou perdu, mais il y avait aussi peu de chance de pouvoir l'utiliser à bon escient.

Le serviteur infidèle était motivé par la peur. Il n'aimait pas son maître, il le craignait même. Il avait une très mauvaise opinion de son maître - "je savais que tu es un homme dur, qui moissonnes où tu n'as pas semé." Il accuse même son maître d'être quelqu'un qui profite du travail des autres! S'il avait vraiment connu son maître il aurait su qu'il était un homme bienveillant et digne de confiance. Les deux autres serviteurs le connaissaient comme tel.

J'ai dit tout à l'heure que les serviteurs représentaient ceux qui sont dans l'église. Nous voyons aussi maintenant qu'il y a une distinction entre tous ceux qui sont dans l'église. Il y a les serviteurs fidèles, les vrais chrétiens. Il y a le serviteur infidèle qui représente ceux dans l'église qui se disent chrétiens mais qui, en dernière analyse, n'ont jamais été de vrais chrétiens. Ce serviteur représente ceux qui veulent un chemin facile vers le salut, ceux qui veulent le salut sans l'obéissance aux exigences du maître et sans faire valoir leurs talents. Ils croient que tout va bien parce qu'ils viennent à l'église. Leur problème est qu'ils ont une fausse assurance, un faux espoir parce que la promesse du ciel est pour ceux qui croient et qui persévèrent. Selon Mathieu 24:12 à 13 "parce que l'iniquité se sera accrue, la charité du plus grand nombre se refroidira. Mais celui qui persévérera jusqu'à la fin sera sauvé."

Cette parabole est très forte, même dure. C'est un sérieux avertissement. Notre foi doit être mise en pratique. L'Apôtre Jacques nous le dit dans sa lettre, en 2:17 que "Il en est ainsi de la foi; si elle n'a pas les œuvres, elle est morte en elle-même." Un chrétien passif, inactif qui vient à l'église pour "chauffer une chaise" n'est pas un chrétien. Venir simplement à l'église ne suffit pas car ce qui compte, c'est une relation intime avec Dieu, avec le maître. Les œuvres seront la conséquence de notre relation avec Dieu.
Nous vivons dans un pays catholique et nous voyons certains qui se croient OK avec Dieu. Ils ont fait ce que demande l'église - ils se sont fait baptiser, ils ont fait leur première communion, ils sont allés à confesse et ils ont assisté régulièrement à la messe - mais toutes ces choses ne valent rien s'il n'y a pas de relation intime avec Dieu. Vous pouvez aussi assister aux cultes protestants en n'étant que quelqu'un qui fait "chauffer une chaise". Si vous n'êtes jamais venus à Jésus pour demander son pardon. Si vous n'avez jamais confessé votre péché et votre besoin d'un sauveur. Si vous n'avez jamais accepté la nouvelle vie qu'il donne vous n'êtes pas chrétien.

Nous ne cherchons pas une activité insensée, nous ne faisons pas tout et n'importe quoi pour que nous puissions avoir l'air bien occupés. Nous désirons que chacun prenne ses possibilités à servir, ses responsabilités et ses capacités au sérieux, motivés par l'amour et dans la mesure de sa foi.

Et c'est ici que je veux bien ajouter quelques choses que je n'avais pas dit la première fois que j'ai fait cette prédication. Premièrement : nous sommes sauvés par la grâce par moyen de la foi. Je le répète et je le souligne : nous sommes sauvés par la grâce par moyen de la foi. Si nous oublions cette vérité nous allons tomber dans le travail sans espoir d'essayer de plaire à Dieu par ce que nous faisons quand nous sommes déjà acceptés et aimés à cause de ce que Jésus a *déjà* fait. Nous ne sommes pas sauvés par nos œuvres. Comme j'ai déjà dit "Les œuvres seront la conséquence de notre relation avec Dieu." L'auteur américain John MacArthur l'a dit comme ceci : "La foi qui sauve c'est la foi qui sert."

Deuxièmement : nous ne parlons pas de l'activité dans l'église en exclusivité. Dans notre culture la foi égale la religion égale l'église le dimanche matin. Il y a une déconnexion entre le dimanche et le six autres jours de la semaine. Vous êtes chrétien le dimanche et qu'êtes-vous du lundi au samedi?
En fait vous êtes toujours un chrétien - il ne faut pas donc limiter les œuvres à ce qui se passe au sein de l'église. Nos possibilités de service, nos responsabilités et nos capacités sont d'application toute la semaine. Je ne veux pas que vous croyiez que votre vie chrétienne soit définie par ce que vous faites pendant 2 heures une fois par semaine!

Les paroles de Jésus dans cette parabole sont sévères. Nous avons une image désolée du jugement et de la condamnation de ceux qui ne sont pas des serviteurs fidèles. Le serviteur infidèle est jeté dans les ténèbres extérieures. C'est une très belle image de l'enfer. Exclus de la présence de Dieu pour toute l'éternité. C'est peut-être la partie de la parabole la plus difficile à avaler.

Questions...

Encore une fois, cette parabole nous fait poser certaines questions.
Premièrement. "Comment puis-je être certain d'être sauvé? Suis-je un serviteur infidèle, quelqu'un qui "chauffe une chaise"? Après tout, je ne fais pas de mon mieux chaque jour, je gâche le travail de temps en temps. Parfois j'agis par peur de déplaire à Dieu plutôt que parce que je l'aime...."
Le fait que vous vous posez cette question est encourageant. Si vous ne cherchez qu'un chemin facile vers le ciel vous vous ne poserez pas cette question.

La bible nous dit que les vrais enfants de Dieu, les vrais croyants ont été scellés par l'Esprit Saint pour le jour de la rédemption. Aussi, la bible nous laisse la place pour gâcher la besogne, pour l'échec. Mais, ce n'est pas là notre condition habituelle. Nous sommes des gens en processus. Nous devenons de plus en plus saint. Selon 2 Corinthiens 3:18 "nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l'Esprit." C'est pourquoi nous pouvons revenir aux paroles de Jean dans 1 Jean 1:9 "Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité."

Mais nous crions avec David, dans ce qu'il dit dans le Psaume 139 "Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur! Eprouve-moi, et connais mes pensées!" Bien que la bible nous enseigne que Dieu gardera les siens et qu'ils gagneront le ciel, il est clair aussi, que la preuve que nous sommes un des siens, est notre persévérance dans la foi. L'Apôtre Jacques dit encore: "Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite." C'est un encouragement et un avertissement.

Deuxièmement. Comment sortir du fait qu'il y a certains "chrétiens" dans l'église qui ne sont pas de vrais chrétiens?
Dans cette parabole nous ne trouvons pas les serviteurs en train de se juger l'un l'autre. C'est le maître qui juge. Chaque serviteur n'est responsable que pour lui-même. 1 Samuel 16:17 nous dit que "L'Eternel ne considère pas ce que l'homme considère; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Eternel regarde au cœur." Nous voyons les paroles des autres, nous voyons le comportement des autres mais nous ne voyons pas leur cœur, leur motivation.

Il ne faut pas nous juger les uns les autres, il ne faut pas critiquer les possibilités de servir, les responsabilités ou les capacités des autres. Il faut pourtant nous encourager les uns les autres à rester pur, à rester saint, à trouver et faire les bonnes œuvres que Dieu a préparé d'avance pour chacun d'entre nous selon Ephésiens 2:10. Mais laissons le jugement des autres au maître parce qu'il il sait bien ce qui se passe dans leur cœur. Au dernier jour il révélera ceux qui sont les siens.

Conclusion

A la Pentecôte l'Esprit Saint a été donné aux premiers disciples. Il équipe l'église pour sa mission. Il donne des dons aux chrétiens pour que l'église soit édifiée. Chaque chrétien doit prendre sa part de travail tout en étant reconnaissant de ses possibilités de servir, ses responsabilités et ses capacités. C'est là le désir de notre maître qui est parti pour un long voyage mais qui, un jour, reviendra et jugera le travail de ses serviteurs.

Il est possible qu'à la fin nous nous trouvions un peu inconfortables, même mal à l'aise parce que nous nous sommes posé des questions difficiles, des questions qui demandent une réponse de notre cœur. Mais moi, je suis assez content de vous laisser un peu dans cet inconfort.
Pourquoi? Parce que c'est l'Esprit Saint qui vous donnera l'assurance de ce que vous êtes en Christ si vous êtes chrétien. C'est lui aussi qui vous équipe pour faire ce que le Seigneur vous donne à faire. C'est aussi l'Esprit Saint qui vous convaincra de votre besoin d'un sauveur et d'une relation personnelle avec Dieu si vous n'êtes pas encore chrétien.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications