* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Matthieu 26:17-30

Avant de mourir

Un Héritage

Quand nous sommes arrivés en Belgique, à Virton - Saint Mard en février 2001 nous nous sommes sentis un peu perdus. Il fallait apprendre une nouvelle culture qui était incompréhensible... nous ne comprenions pas les choses normales de la vie. Qu'est-ce que le mazout? Où achète-t-on du pain? A quoi sert une carte d'identité? Comment est-ce qu'on parle le français...? et ainsi de suite. Toutes les choses familières étaient de l'autre côté de la Manche. Eloignées de 500km. Quand on est dans une nouvelle culture on se rend comptes que tout le monde, à part soi-même, comprend comment fonctionner. Et parfois les gens ne savent pas expliquer des choses parce qu'ils font partie, simplement, de la vie quotidienne. On pose une question et la réponse c'est "Hmmmm, je n'ai jamais vraiment réfléchit à ça... donne-moi un instant...."

Mais, tout doucement on apprend et aujourd'hui nous sommes un peu mieux habitués à la culture belge. Les choses qui étaient un mystère il y a 8 ans deviennent plus claires.

Ce matin nous allons parler de la Sainte-Cène. Qu'est ce que le lien alors avec ce que je viens de dire? Aujourd'hui nous connaissons la Sainte-Cène comme une cérémonie qui se fait un peu près toutes les deux ou trois semaines. Nous restons assis, nous prions et puis nous faisons passer du pain blanc sur une assiette et des petits gobelets de vin rouge ou jus de raisin. Nous connaissons l'histoire de la Passion de Jésus-Christ qui se trouve dans Matthieu, Marc, Luc et Jean. Pour nous la Sainte-Cène est quelque chose de chrétien avec lequel nous sommes bien familiers et confortables. Mais aujourd'hui je veux bien que nous regardions d'où vient la Sainte-Cène. Qu'est que son histoire? Et qu'est ce que sa signification? Nous allons dans un autre pays et nous avons une nouvelle culture à apprendre. En plus, en la regardant ainsi j'espère surtout que nous serions émerveillés par ce que Dieu a entrepris pour nous, ses enfants.

L'histoire de notre Sainte-Cène est enracinée dans la culture juive. La fête de la Pâque en particulière. C'est la fête qui rappel la sortie du peuple d'Israël de la captivité en Egypte. Le récit de la première Pâque se trouve dans Exode 12:1-14. Lisons le ensemble. Le peuple a été chargé d'observer la fête chaque année au mois de Nisan - le premier mois du calendrier juif - notre mois de mars. Il ne fallait pas oublier ce que Dieu a fait pour libérer Israël des égyptiens. Un agneau était sacrifié chez chaque famille et le sang de l'animal était barbouillé sur les montants de la porte.

Mais nous trouvons par la suite que la fête de Pâque a été oubliée par le peuple pendant plus que 400 ans. C'était au temps du roi Josias que la fête a été restaurée et le Temple à Jérusalem est devenu le lieu de la fête. Je lis à partir de 2 Rois 23:21 : "Le roi donna cet ordre à tout le peuple: Célébrez la Pâque en l'honneur de l'Eternel, votre Dieu, comme il est écrit dans ce livre de l'alliance. Aucune Pâque pareille à celle-ci n'avait été célébrée depuis le temps où les juges jugeaient Israël et pendant tous les jours des rois d'Israël et des rois de Juda. Ce fut la dix-huitième année du roi Josias qu'on célébra cette Pâque en l'honneur de l'Eternel à Jérusalem."
Le peuple ferait un pèlerinage pour fêter la Pâques à Jérusalem. Selon Luc 2 la première fois que Jésus est allé avec sa famille au Temple à Jérusalem à l'âge de douze ans c'était pour la fête de Pâque.

A l'époque de Jésus la célébration de la Pâque comprenait deux éléments - un élément national et un élément familial. Un agneau serait sacrifié au Temple par les prêtres. Tout le monde venait l'après-midi du jour de la préparation pour faire faire son propre sacrifice. Puis, le soir la famille mangeait ensemble - une cérémonie privée pendant laquelle la famille partageait du pain sans levain, des herbes amers, de l'agneau et du vin. Ils racontaient aussi l'histoire de l'Exode. La fête de la Pâque se terminait toujours avant minuit.

Cette fête, telle que je vous l'ai décrit en toute vitesse, est la toile de fond pour le repas du Seigneur qui avait lieu la nuit avant sa mort. Lisons Matthieu 26:17-30 ensemble.

Ce que nous trouvons dans le passage que nous venons de lire c'est que Jésus prend une cérémonie bien connue et il la donne une nouvelle signification. Cette nouvelle signification surpasse l'ancienne mais le lien avec le passé n'est pas brisé.
L'Apôtre Matthieu raconte l'histoire dans trois saynètes:

Un repas est préparé

Si vous allez à Bastogne un lundi matin vous n'y verrez presque personne. Mais si vous allez un dimanche après-midi en juillet ou août quand il fait chaud vous savez bien qu'il est quasiment impossible de bouger. Il y a du monde partout, les trottoirs sont bouchés par la foule qui se promène dans le soleil.

A la fête de Pâques Jérusalem était toujours plein à craquer de gens qui venaient de partout en Israël. La ville qui était normalement assez calme est devenue une masse d'humanité. Quelqu'un a estimé qu'il y avait souvent plus que 250.000 personnes présentes dans la ville pendant la fête. D'habitude la population était entre 30 et 50.000 personnes. Si vous aviez de la place chez vous, vous étiez obligé d'accueillir des pèlerins.

Que Jésus envoie deux de ses disciples chez un certain homme de la ville suggère qu'il a déjà fait son planning pour la fête. Il sait bien ce qu'il fait. Si nous lisons du verset 3 au verset 5 de ce chapitre nous trouvons que les chefs religieux d'Israël voulait éviter une confrontation avec Jésus à la Pâque: "Alors les principaux sacrificateurs et les anciens du peuple se réunirent dans la cour du souverain sacrificateur, appelé Caïphe; et ils délibérèrent sur les moyens d'arrêter Jésus par ruse, et de le faire mourir. Mais ils dirent: Que ce ne soit pas pendant la fête, afin qu'il n'y ait pas de tumulte parmi le peuple."
Mais Jésus dit à ses disciples : "Mon temps est proche". C'est lui le maître de la situation. Les plans de Dieu vont s'accomplir dans les jours à venir et il n'y a personne qui peut les arrêter.

Un traître est révélé

La deuxième scène à lieu dans la grande chambre haute. Jésus et les douze sont autour de la table. J'imagine que vous connaissez tous le tableau du dernier repas du Christ par Leonardo Da Vinci. Dans l'image il y a une longue table et Jésus et ses disciples sont assis comme nous nous asseyons tous chez nous dans la cuisine. Mais se mettre à table à l'époque de Jésus n'est pas comme se mettre à table aujourd'hui. Tous les participants au repas s'allongeaient sur des coussins autour d'une table très basse. Ils restaient sur le coté gauche pour que la main droite soit libre pour prendre de la nourriture.

Le repas est déjà commencé mais nous ne sommes pas encore au moment le plus important. Et Jésus déclare "l'un de vous me livrera".

Choc. Une éternité de silence. Parmi les douze, onze cœurs battent furieusement. Un cœur est froid et dur. Et puis "Est-ce moi, Seigneur?" Chacun qui le demande espère que la réponse du maître soit "non". Qu'il n'y a personne qui se lève tout de suite pour accuser Judas nous montre que les disciples n'avaient aucune idée à ce que l'identité du traître. De l'extérieur Judas était comme les autres. Mais dans son cœur il y avait des ténèbres. Jésus ne répond pas tout de suite.

Il continue : "Celui qui a mis avec moi la main dans le plat, c'est celui qui me livrera".
Pour les disciples cela n'est pas une réponse suffisante! Ils ont tous partagé cette partie du repas avec Jésus. Partager un repas était un signe d'amitié, de confiance. Il est certain qu'ici Jésus fait allusions à deux psaumes:
Le psaume 55:13-15 qui dit "Ce n'est pas un ennemi qui m'outrage, je le supporterais; Ce n'est pas mon adversaire qui s'élève contre moi, Je me cacherais devant lui. C'est toi, que j'estimais mon égal, Toi, mon confident et mon ami! Ensemble nous vivions dans une douce intimité, Nous allions avec la foule à la maison de Dieu!"
Et le psaume 41:10 "Celui-là même avec qui j'étais en paix, Qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, Lève le talon contre moi."
Manger avec quelqu'un que vous allez livrer aux autorités c'est trahir la personne.

Les paroles suivantes sont alarmantes: "Le Fils de l'homme s'en va, selon ce qui est écrit de lui. Mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme est livré! Mieux vaudrait pour cet homme qu'il ne fût pas né." Les psaumes que j'ai lus nous montrent que la traîtrise de Judas était connue d'avance. Que Jésus soit trahi fait partie du plan de Dieu. Et par la trahison de Judas le plan de Dieu pour le monde s'accomplit. Nous pouvons même citer les paroles de Joseph à ses frères de Genèse 50 : "Vous aviez médité de me faire du mal: Dieu l'a changé en bien, pour accomplir ce qui arrive aujourd'hui, pour sauver la vie à un peuple nombreux." Mais, nous voyons que Judas est tenu responsable pour ses actes, il doit en rendre compte - "Mieux vaudrait pour cet homme qu'il ne fût pas né".

Ceci est difficile à avaler. C'était le désir de Dieu que Jésus soit trahi, mais celui qui le fait est puni... Il n'y a pas de réponse facile. En tant que chrétiens nous devons maintenir la tension entre deux vérités: Dieu est souverain, il conduit tout selon ses plans. Il ordonne les événements de notre vie. Mais nous sommes tenus responsables pour nos actes, nous sommes libres d'agir selon nos désirs.

La vie de Judas est un avertissement. Elle nous avertit de la possibilité de vivre avec une connaissance du Seigneur, même se croit tout près de lui mais avoir le cœur endurci par le péché. Un chant par la chanteuse américaine Amy Grant dit que "le même soleil qui fait fondre la cire endurcie l'argile." Bien que Judas soit venu à Jésus il n'a pas laissé Jésus transformer son cœur.
Il a couru après ses propres désirs. Et son cœur est devenu dur et assombrit même en présence de la lumière du monde. La réaction des autres disciples à la déclaration de Jésus montre qu'ils ont un cœur sensible - prêt à se remettre en question, prêt à dire "Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur!"
Et puis Judas pose à Jésus un peu près la même question que les autres ont posée: "Est-ce moi, Rabbi?" Pas Seigneur, pas maître, simplement Rabbi. Et Jésus répond "Tu l'as dit". Oui, Judas, c'est toi et je le sais bien. Et les autres disciples restent tout à fait ignorants. Il semble, selon l'évangile de Jean que Judas a quitté la pièce après cet échange avec Jésus. Il est parti pour le moment. Il va revenir plus tard dans le jardin de Gethsémani avec la foule pour saisir Jésus.

Un sacrement est inauguré

Matthieu nous dit que "pendant qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain..." Ce sont des paroles que nous connaissons bien, avec lesquelles nous commençons souvent notre célébration de la Sainte-Cène. Mais Jésus et les onze disciples étaient déjà au plein milieu du repas. Comment se passait le repas?
Il y avait sept grandes étapes:

  1. Ils buvaient une coupe de vin rouge mélangé avec de l'eau, ceci après une prière de dévouement.
  2. Ils se lavaient les mains - un Symbole de la nécessité d'être purifié par Dieu. Il est probable que c'était à ce point-ci que Jésus a lavé les pieds de ses disciples, y compris les pieds de Judas.
  3. Ils mangeaient des herbes amères qui étaient symbolique de l'esclavage en Egypte.
  4. Ils buvaient la deuxième coupe de vin rouge. A ce moment le chef du repas racontait l'histoire de l'Exode et de la première Pâque.
  5. Ils chantaient! Les Psaumes 113 à 118 sont appelés le Hallel - psaumes de louange, d'où vient notre mot Alléluia - Hallel Ya. Ya c'est "Yahweh, l'Eternel Dieu. Donc, alléluia veut dire "Louez l'Eternel". Ils chantaient les deux premiers psaumes du Hallel. Si vous avez du temps dans les jours à venir je vous encourage à lire ces psaumes (113-118) et de réfléchir au repas du Seigneur.
  6. L'agneau de la Pâque est mangé avec du pain sans levain.
  7. Ils buvaient la troisième coupe de vin rouge, et puis ils chantaient les autres psaumes du Hallel - comme nous l'a dit le verset 30.

C'était au moment où le pain sans levain était partagé que Jésus a parlé.
"Prenez, mangez, ceci est mon corps." Le pain est un simple symbole du corps de Jésus donné comme sacrifice pour son peuple. C'est aussi symbolique de notre unité en Christ-Jésus. L'apôtre Paul a exprimé cette idée dans 1 Corinthiens 10:16 : "La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas la communion au sang de Christ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ?"

Quand nous prenons le pain nous nous identifions avec Christ, notre maître, et le corps de Christ, son église. C'est pourquoi dans 1 Corinthiens 11 Paul parle beaucoup des relations dans la communauté - ceux qui ne discernent pas le corps de Christ sont ceux qui ne sont pas en bonne relation avec d'autres Chrétiens, et cela est sérieux parce que par la Sainte-Cène nous devons proclamer notre unité.

Jésus "prit ensuite une coupe." C'était la troisième coupe du repas, la coupe de la bénédiction. Il y a pas mal de films dans lesquels les gens cherchent le sang réal. Selon la légende, ou la mythologie, le sang réal est le calice dont Christ s'est servi lors de son dernier repas. Ce calice possède maintenant, selon la légende, les pouvoirs miraculeux. Plusieurs églises en Europe prétendent avoir le calice chez eux. Mais la coupe ne nous intéresse pas. Elle n'est qu'un récipient pour un symbole - le vin qui représente le sang de Jésus. Jésus dit "Buvez en tous; car ceci est mon sang, le sang de l'alliance qui est répandu pour beaucoup, pour le pardon des péchés."

Au Mardasson à Bastogne il y a une plaque avec les paroles: "Nulle part ailleurs, jamais il n'y eut autant de sang américain versé au cours d'une seule bataille." Ce sont des paroles de Colonel S. Marshall suite à la bataille des Ardennes. Le sang versé parle toujours de sacrifice. Les alliances de l'Ancien Testament étaient toujours ratifiées avec du sang. Dans Exode 24 l'alliance entre Dieu et le peuple d'Israël est confirmée avec du sang: "Moïse prit le sang, et il le répandit sur le peuple, en disant: Voici le sang de l'alliance que l'Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles."

Cette alliance est l'ancienne alliance entre Dieu et le peuple d'Israël. Jérémie 31:31 à 34 parle d'une nouvelle alliance qui est pour beaucoup plus du monde:
"Voici, les jours viennent, dit l'Eternel, Où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une alliance nouvelle, Non comme l'alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d'Egypte, Alliance qu'ils ont violée, Quoique je fusse leur maître, dit l'Eternel. Mais voici l'alliance que je ferai avec la maison d'Israël, Après ces jours-là, dit l'Eternel: Je mettrai ma loi au-dedans d'eux, Je l'écrirai dans leur cœur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. Celui-ci n'enseignera plus son prochain, Ni celui-là son frère, en disant: Connaissez l'Eternel! Car tous me connaîtront, Depuis le plus petit jusqu'au plus grand, dit l'Eternel; Car je pardonnerai leur iniquité, Et je ne me souviendrai plus de leur péché."

Une alliance parle d'une relation, une promesse et une attente.
Pour nous la nouvelle alliance dans le sang de Christ parle de notre nouvelle relation avec Dieu. La promesse du pardon de notre péché et l'attente du retour de Jésus. Et il fallait un sacrifice pour confirmer cette alliance. C'est ce sacrifice que nous rappelons quand nous buvons du vin lors de la Sainte-Cène. Ce que nous faisons nous rappelle aussi que Jésus va revenir et que nous serons avec lui dans son royaume.

Conclusions

Nous ne célébrons pas la Pâque telle que c'était célébré par les juifs. Nous ne retenons que deux éléments du repas, les deux symboles dont nous avons parlé ce matin. Mais en Christ l'héritage des juifs est devenu le nôtre. Ce que Dieu a commencé avec le peuple d'Israël - qu'il est leur Dieu et qu'ils sont son peuple, continue maintenant dans l'église. La Pâque est la célébration de l'ancienne alliance, l'ancien testament. La Sainte-Cène est la célébration de la nouvelle alliance, le nouveau testament. Et les deux sont liés inextricablement. Et notre compréhension de la Sainte-Cène grandit par notre compréhension de ce que Dieu a fait pour Israël.

Quand nous mangeons le pain et buvons le vin, les symboles de la mort de Jésus, nous nous identifions avec Christ. C'est quelque chose qui se fait en publique, ensemble. Nous proclamons certaines choses quand nous participons à la Sainte-Cène.
Nous proclamons "Moi j'appartiens à Jésus, j'accepte sa mort à ma place et j'accepte qu'il m'aime. J'accepte son salut".
Nous proclamons "J'affirme ma foi en Jésus-Christ. J'ai besoin du Seigneur parce que je reconnais qu'à cause de mon péché il est mort à la croix".
Nous proclamons "Je fais partie du corps de Christ".
Si vous ne pouvez pas proclamer ces chose vous pouvez simplement laisser passer le pain et le vin - personne ne vous regardera ou vous jugera.

Il n'y a que deux sacrements dans l'église protestante - Le baptême et la Saint-Cène. Si le baptême marque le début de la vie chrétienne, la sainte cène marque sa continuation. Nous proclamons aussi notre espérance. Paul dit "Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne." Il va revenir pour nous et nous le rejoignons au festin des noces de l'agneau - au moment ou l'église purifiée s'assiéra avec le Seigneur au ciel. Comme Jésus a dit au verset 29: "Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce fruit de la vigne, jusqu'au jour où j'en boirai du nouveau avec vous dans le royaume de mon Père."

Qu'un sauveur va venir est le fil rouge de l'Ancien Testament. Qu'il est venu et qu'il va revenir est le sujet du Nouveau Testament. Les plans de Dieu s'accomplissent selon sa volonté et nous en sommes bénéficiaires. Nous sommes bénis par sa grâce et son amour. Maintenant tournons les yeux vers celui qui s'est sacrifié pour nous.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications