* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Matthieu 2:1-16

Réactions au Roi

Quand la princesse Eléonore est né le 16 avril de cette année c'était un jour réjouissant pour la Belgique. Un nouveau membre de la famille royale. Une nouvelle fille pour Philippe et Mathilde. Le douzième petit-enfant du roi Albert. Elle prend la cinquième place dans l'ordre de succession au trône du royaume de Belgique. Tout de suite après sa naissance tout le monde a voulu savoir "elle ressemble à qui?" La Belgique a attendu avec impatience les premières images de la nouvelle princesse.
Dès qu'elles furent disponibles elles apparurent sur le petit écran, dans les journaux, même sur internet. Encore mieux, avec la naissance il y a une semaine des deux petits princes - les fils du Prince Laurent et la Princesse Claire - nous attendons beaucoup plus d'images. De tels personnages nous intéressent beaucoup - surtout quand il s'agit de la royauté!

Il y a un autre personnage royal né il y a 2000 ans et sa naissance n'a pas provoqué beaucoup d'intérêt. Ce n'était pas un prince mais un roi. Il est né dans une petite ville appelée Bethlehem en Israël. Sa naissance a intéressé très peu de monde - quelques bergers, un vieux couple à Jérusalem, quelques hommes d'Orient et un roi.

Notre société nous dit, au mieux, que Jésus n'était qu'un homme sage, un modèle à suivre pour vivre une vie bonne et morale. La bible nous dit que Jésus-Christ est beaucoup plus que cela, il est le roi, et même les rois des rois. Le prophète Esaïe nous proclame qu'on l'appellera - Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. (Esaïe 9:5) Ce sont là des titres royaux. On ne les donne pas à n'importe qui! La bible ne nous laisse aucun doute que ce petit bébé, né à Bethlehem est le roi de toute éternité. C'est vrai que le rôle d'un roi a changé au fil des années mais un roi humain peut exiger certaines choses: la loyauté, l'obéissance, même l'adoration.
Le roi Jésus exige certaines choses aussi: la loyauté, l'adoration, l'obéissance, la louange...; enfin, il demande nos vies. La bible nous dit aussi qu'un jour, "Tout genou fléchira" et "toute langue donnera gloire à Dieu." (Romains 14:11) Croyants et non-croyants de même reconnaîtront que Jésus est Roi.
Le roi Jésus exige toujours une réaction.

Lisons ensemble le chapitre 2 de l'évangile selon Matthieu. Nous lisons du verset 1 jusqu'au verset 16. Nous y trouverons les hommes d'Orient et le roi dont j'ai parlé plus avant. L'histoire qui s'y trouve nous montre deux réactions envers le roi Jésus. Une négative et une positive.

Considérons premièrement le roi Hérode

Les mages, les hommes d'Orient sont venus pour trouver le nouveau roi des Juifs pour l'adorer. Au début ils sont venus à Jérusalem, la capitale, parce que, évidemment on trouve les rois dans les grandes villes n'est pas? Ils sont venus à Jérusalem et ils ont posé leur question. "Où est le roi des Juifs qui vient de naître?" C'était si comme quelqu'un avait tapé dans un nid des fourmis!

Mais quand même c'était Hérode le roi des Juifs! Son titre lui a été donné par les romains. Il est déjà né depuis longtemps! Comment est-ce que c'est possible qu'il y ait un autre roi des Juifs, un bébé en plus! La nouvelle des mages a troublé Hérode. Le peuple de Jérusalem était troublé aussi parce que la colère d'Hérode était légendaire. Qu'allait-il faire de cette nouvelle?

Hérode a interrogé les principaux sacrificateurs et les scribes pour essayer de trouver la véracité des déclarations des mages - un nouveau roi, une étoile...?
Mais, pour lui, malgré toute attente... il y a une prophétie. "Et toi, Bethlehem, terre de Juda, tu n'es certes pas la moindre entre les principales villes de Juda, Car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple." Les mages ont raison!

Si Hérode reconnaissait ce nouveau roi - le vrai roi - il perdrait son trône. Tout simplement - on ne peut pas avoir deux rois dans un royaume. Il perdrait tous ses droits, toute sa puissance, tous ses moyens. Il serait coûteux de reconnaître ce nouveau roi.

Et pour nous? Si nous reconnaissions ce roi - le roi Jésus, le vrai roi - qu'est-ce que nous perdrions? Est-ce qu'il y a quelque chose à perdre? Oui, une chose. Je suis mon propre roi. Je suis capitaine du bateau de mon destin. Je contrôle mon avenir. Je ne dois rien à personne. Je suis maître de moi! Jésus me pose un problème. Il ne veut pas me contrôler comme si j'étais une marionnette mais il veut prendre le trône de ma vie. Il veut me conduire dans les sentiers de sa justice - comme le psalmiste le dit dans le verset 3 du psaume 23. Mais quand même cela demande que je renonce à mon égoïsme et à mon désir de diriger ma propre vie pour mon propre bien. Jésus demande que je me retire du trône de ma vie pour l'installer comme roi. Il serait coûteux de reconnaître ce nouveau roi.

Quelle est la réaction d'Hérode? Il rejette ce nouveau roi. Il refuse de perdre sa couronne, son trône, sa puissance et son refus entraîne des actions extrêmes de sa part. Il a menti aux mages. Il a eu une grande colère après la disparition des mages qui ont reçu un avertissement dans un rêve. Il a tué des enfants qui avaient moins de deux ans pour essayer de trouver et tuer Jésus parmi eux. Si quelqu'un rejetait Jésus il pourrait vivre une vie qui semble très bonne, très morale, très heureuse... pas du tout comme Hérode. Mais son rejet du roi l'amènerait à la même destination qu'Hérode. C'est à dire que son rejet du Christ maintenant aura pour résultat son rejet par le Christ après sa mort. La séparation éternelle d'avec Dieu.

Mais, donc, enfin c'est Noël! Où est la paix, la belle crèche, les brebis, les bergers...
Nous tenons une image douce de Noël mais si on imagine pour un instant que nous sommes dans un film. Les lumières se baissent. Les images vacillent sur le grand écran... l'image est mise au point. C'est la crèche. Tout est calme. Joseph est là, Marie aussi. L'enfant est dans ses bras, il est calme. Les brebis sont là, ils sont mignons. Notre scène est parfaite. Le camera commence à reculer. L'image change... les soldats romains, un roi méchant, une ville et un pays qui vivent sous la tension de l'occupation par une nation étrangère, un monde en désordre... il n'est pas calme, il n'est pas tranquille. Il est hostile ce monde là. Cela brise nos perceptions. Mais Jésus est né dans un monde hostile. C'est un monde où chacun vit pour soi-même, c'est un monde où l'homme est un loup pour l'homme. La loi du plus fort est la meilleure.

Quand même il y en a qui cherchent Dieu. Il s'agit ici des mages d'Orient. Avec eux nous allons trouver la deuxième réaction au roi Jésus. Hérode l'a méprisé et rejeté. Les mages sont venus pour l'adorer. Nous ne savons pas grand-chose concernant les mages. Les mages étaient des astronomes et des astrologues des pays orientaux - de Perse ou de plus loin. Il est possible qu'ils étaient rois eux-mêmes mais il est au moins certain qu'ils étaient des hommes d'influence dans leurs pays. Les cadeaux qu'ils ont apportés nous suggèrent qu'ils étaient des riches aussi.

Dieu leur a donné un signe - une étoile aux cieux. Ils se sont rendus compte que c'était un signe et ils l'ont suivi jusqu'à Jérusalem. Dès le départ ils étaient décidés d'y aller pour louer ce nouveau roi. Ils expriment ce fait au roi Hérode - "où est le roi des juifs qui vient de naître?... nous sommes venus pour l'adorer." Ce n'était pas juste un voyage pour aller voir un bébé royal. "Hmmm, un bébé, un bébé royal. Intéressant, allons y, qui veut aller à McDonalds maintenant... on peut aller voir le temple aussi..."

J'imagine qu'ils avaient une vague idée de qui ce bébé était - ils n'ont pas adoré le roi Hérode qui était "le roi" à ce moment-là. Leur adoration était prévue et réservée pour quelqu'un de bien plus important - ce nouveau roi, même s'ils n'ont pas tout compris.
Parfois les gens entendent parler de Jésus. Un morceau ici, quelque chose là et ils commencent à s'intéresser. Ils commencent à être intrigués par ce personnage. Qui est-il? Qui est ce Jésus? Peut-être parlent-ils avec d'autres comme les mages ont parlé avec Hérode. Grâce à ces conversations ils en comprennent plus. Et ils cherchent encore. Enfin, ils ont assez d'infos pour dire "Je veux l'adorer, moi-aussi"

En Angleterre nous avons une tradition pour les enfants à Noël. Je crois que cela a existé ici en Belgique aussi et peut-être certains le font encore. La nuit avant Noël, au réveillon, on pend des chaussettes pour contenir les cadeaux des enfants. Pendant qu'ils dorment les chaussettes sont remplies. Nous avons eu cette tradition quand j'étais jeune et je me souviens de l'attente. Je me suis réveillé très tôt le matin de Noël pour voir ce que j'ai reçu. Le moment où on ouvre les yeux c'est le meilleur. Dans l'obscurité on voit la forme de la chaussette pleine à craquer de cadeaux.

Pour les mages il y avait une étoile qui a, à nouveau, apparu pour les guider. Mathieu 2:10 nous dit qu'ils furent saisis d'une très grande joie. "Les gars, nous sommes presque là. Nous allons voir le roi." Ils sont entrés dans la maison où habitait Jésus. Le verset 11 dit que "ils... se prosternèrent et l'adorèrent" Deux mots qui parlent d'une mission accomplie, une attente satisfaite, une joie consommée, un roi reconnu, une vie rendue. Et ils ont donné des cadeaux à Jésus. Ils ont donné de l'or, de l'encens et de la myrrhe. Peut-être ces cadeaux avaient des significations, peut-être pas - peu importe! Ce sont les cadeaux dignes d'un roi. Simplement avec leurs cadeaux les mages ont affirmé "vous êtes le roi!"

Quand nous nous approchons de Jésus qu'est-ce que nous avons à lui offrir?
Tout à l'heure j'ai parlé du fait qu'un roi peut exiger certaines choses. Le roi Jésus exige nos vies. Quand on reconnaît Jésus comme le roi qu'il est on peut choisir de lui rendre le trône de notre vie. Nous nous prosternons devant lui. Et nous trouvons que les exigences de notre roi ne sont pas si lourdes. Matthieu nous le dit dans le chapitre 11 les versets 29 et 30. "Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez le repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger." Les mages l'ont adoré avec joie.

Donc, deux réactions au roi Jésus. D'un côté l'hostilité du roi Hérode, de l'autre; l'adoration des mages. Nous arrivons à Noël. Il y a quelques jours nous avons fêté la naissance de Jésus-Christ, roi des rois. Lors de ce Noël est-ce que vous allez reconnaître, avec joie, le roi ou rejetterez-vous le roi par crainte qu'il demande plus que vous êtes prêt à lui donner? Comment fêtez-vous son avènement? Comment réagissez-vous aux exigences du roi? Je vous laisse avec ces questions.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications