* Imprimer

Lire la Bible

Cliquez les mots soulignés pour faire ouvrire une fênetre avec le verset ou passage approprié de la Bible Louis Segond.

Ou, cliquez ici pour avoir la table de matières pour la Bible entière dans une nouvelle fênetre.

Commentaires?

Vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Matthieu 3:1-12

L'homme et le message

La semaine passée nous avons regardé la généalogie de Jésus - le récit de toutes les générations qui précédait la venue de Jésus. Dans les premiers versets de son évangile Matthieu a montrait la fidélité de Dieu au fil des temps. Il a établi son alliance avec Abraham été avec David et, malgré la manque de fidélité de son peuple Dieu a été fidèle. Même quand le peuple a perdu son pays, déporté en Babylone à cause de sa rébellion contre Dieu, il ne les a pas oublié.

Avec l'arrivée de Jésus un nouveau chapitre commence dans la vie d'Israël. Le royaume de Dieu commence à arriver et dans les semaines à venir nous allons voir comment Jésus a parlé de, et enseigné sur, ce royaume.

Pendant la période de Noël nous allons certainement parler de la naissance de Jésus et tout ce qui se passait au tour, mais ce matin nous sautons la fin du chapitre 1 et le chapitre 2 pour nous concentrer sur le début de son ministère. Mais même avant de parler de Jésus il y a un autre homme à considérer. Nous allons parler de Jean Baptiste, l'homme et son message. Lisons ensemble Matthieu 3:1-12.

L'homme (versets 1, 3-5)

Dans l'évangile de Matthieu nous n'entendons parler de Jean que lorsqu'il a déjà commencé son ministère en Judée. Pour mieux connaître son histoire et avoir plus de détails sur sa vie, il faut aller voir dans l'évangile de Luc. Mais qu'apprenons-nous de Jean dans ces versets?

Dans notre Bible le dernier prophète de l'Ancien Testament est Malachie. Après Malachie il y a eu un long silence. Dieu ne parlait plus à son peuple. Il n'y avait aucune prophétie pendant 400 ans. Puis, après ces 400 ans Jean est apparu. Il est le premier prophète en Israël depuis Malachie.

C'est en citant Esaïe que Matthieu fait le lien entre Jean et les prophètes de l'Ancien Testament. Il nous montre que, quelque part, ce n'était pas Malachie le dernier prophète de l'Ancien Testament, c'était Jean - son style, sa manière de s'habiller, sa façon de s'exprimer étaient ceux des anciens prophètes. Sa façon de vivre était la démonstration vivante de son message radical. Matthieu nous dit que Jean avait deux rôles, deux choses qui définissaient son ministère. Il annonce et il prépare.

Aujourd'hui, il est possible de découvrir ce que fait la famille royale en allant sur son site Internet. On y trouve pas mal d'infos sur l'horaire royal. Par exemple, lundi, La Princesse Mathilde sera au Collège Saint-Hubert à Watermael-Boitsfort. Elle va parler avec les élèves du secondaire des problèmes d'alphabétisation et une meilleure maîtrise de la lecture et de l'écriture en Europe. Le même jour le Prince Philippe va assister dans l'après-midi à la séance académique organisée par la Fédération des Entreprises de Belgique à l'occasion du Forum FEB 2012. Le mercredi sera encore plus intéressant parce que le Prince Philippe et la Princesse Mathilde seront dans la soirée à Liège à l'occasion de la réouverture officielle du Théâtre Royal de Liège. Si, un jour, ils décident de venir nous rendre visite à Libramont nous le saurons tout de suite.

Comme vous le savez bien il n'y avait pas de télévision, ni de journaux, ni d'Internet, aux temps de la Bible. Les nouvelles du roi étaient transmises par des hérauts. Ceux-ci avaient la tâche d'aller apporter les nouvelles de village en village. Le héraut d'un roi donnait des infos - quand le roi allait arriver, ce qu'il allait faire dans la région - pour que les gens puissent se préparer.

Encore aux temps de la Bible, il n'y avait pratiquement pas de routes comme nous en avons aujourd'hui, jusqu'à ce que les romains aient commencés à les construire en plus grand nombre. Quand quelqu'un d'important, un roi par exemple, voulait voyager, il fallait envoyer des gens devant lui pour préparer le chemin pour faciliter son voyage. Ils dégageraient une route. Ils aideraient à la préparation de la visite royale. Ce sont ces choses que Jean fait. Jean annonce qu'un roi arrive, il prépare le chemin. Mais ce roi n'est pas juste n'importe qui. Jean annonce le Seigneur, le Roi d'Israël. Le roi qu'attendait Israël. Au moment où Jean est apparu, Israël était un pays sous occupation. Les romains étaient un peuple de conquérants et donc constructeurs de bonnes routes pour leurs armées. Et le pays d'Israël avait été conquis, le peuple d'Israël asservi.

Ce n'est pas difficile d'imaginer que le peuple était désespéré. Rome n'était pas un maître agréable et en plus, comme nous le savons déjà, Dieu était silencieux, il ne parle plus. Que Jean apparaisse et qu'il annonce l'arrivée du roi aurait été étonnant, inattendu pour le peuple. Dieu bouge enfin! La citation du prophète Esaïe nous rappelle encore la fidélité de Dieu. Il n'a pas oublié son peuple, même après 400 ans. Ses plans s'accomplissent au moment propice. Selon son dessein.

Le message (versets 2, 5-12)

Le message de Jean Baptiste était simple: "Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche."

Mais les conséquences de ce message ont une grande portée. Dans l'église nous avons la tendance d'avoir notre propre argot. Un langage qui n'est compris que par les membres de l'église. Malheureusement les mots "repentir" et "repentance" sont devenus comme de l'argot pour beaucoup de gens. Le prédicateur dit, de temps en temps "Il faut vous repentir!" Et nous nous disons "OK, d'accord, merci... excusez moi, que veut dire 'repentir'?"

La repentance

Qu'est ce que la repentance? Quand Jean dit "repentez-vous" que veut-il dire aux habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de tout le pays qui borde le Jourdain?

A la base "repentez-vous" veut dire "changez d'avis", "changez votre façon de penser", "détournez-vous de...". La repentance dans la Bible a toujours comme objet le péché, le péché contre Dieu. Ce que Jean dit en effet c'est "détournez-vous de votre péché contre Dieu."

On peu ajouter que, si on doit se détourner de quelque chose, il faut se tourner vers quelque chose d'autre. On tourne le dos au péché et va dans une autre direction. "Repentez-vous" donc c'est "Détournez-vous de votre péché et tournez-vous vers Dieu". Il y a trois aspects à cette repentance: Un aspect intellectuel, un aspect émotionnel et un aspect volition - ce qui parle de notre volonté.

Avant de pouvoir nous détourner de notre péché il faut reconnaître que nous avons péché. Il faut comprendre qu'il y a certaines choses - des actes, des pensées, des paroles - que nous faisons que Dieu appelle "péché". Il faut saisir cette vérité.
Mais simplement comprendre notre péché, cela, ce n'est pas de la repentance. Nous pouvons bien comprendre ce que nous faisons sans croire que cela pose un problème pour au tant.

L'aspect émotionnel joue son rôle quand les faits sont avérés. Il y a une réaction, une horreur de ce que nous avons fait, cela touche à notre cœur. Mais même cela ce n'est pas de la repentance. Nous pouvons bien sentir dans nos tripes que nous avons fait du mal, que nous avons offensé Dieu, mais ce sentiment peut venir simplement de la peur - qu'est ce qui va m'arriver... je suis dévoilé.

Nous pouvons même être tristes à cause de notre péché. La Bible parle de cette tristesse dans 2 Corinthiens 7:10 "En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais, tandis que la tristesse du monde produit la mort." La tristesse du monde dont Paul parle ne reste que de la tristesse. C'est du regret, du chagrin... mais rien n'est résolu. Il nous faut un troisième aspect pour compléter le chemin vers la vraie repentance: l'aspect de notre volonté.

Nous pouvons comprendre notre péché, nous pouvons sentir le poids et l'effet de notre péché... mais si nous restons ainsi, nous ne gagnerons rien.
Il nous faut un acte de la volonté pour rejeter notre péché et pour vouloir changer. Nous devons agir, faire quelque chose - tourner le dos au péché et vivre autrement.

Tout cela est compris en deux mots "repentez-vous". Mais Jean donne aussi une raison pour se repentir: "Le royaume des cieux est proche."

Le royaume est proche

Il y a quelques années il y avait un article qui parlait de quelqu'un en Chine qui avait pris des photos. Rien de remarquable, vous allez dire, sauf qu'il avait pris des photos d'un homme en train de tomber de son vélo à cause d'un grand nid de poule rempli d'eau. L'image est spectaculaire. Mais le commentaire est révélateur. Apparemment le photographe savait qu'il y avait un trou dans la route et il s'était caché avec son appareil pour profiter de la situation. Il attendait quelqu'un en vélo, et il a pris une photo de sa chute. Est-ce qu'il n'aurait pas mieux fait d'avertir le cycliste du danger? Quand la photo est apparue il y avait un grand débat sur la moralité de ce qu'a fait le photographe. Certains croyaient que ce qu'il avait fait était aberrant, d'autres disaient qu'il fallait le faire pour montrer aux autorités locales la gravité du problème. Je vous laisse décider pour vous-mêmes.

Cette petite histoire à quel rapport avec le message de Jean? Jean donne un avertissement, ce que le photographe n'avait pas fait. Le roi va arriver et ce roi a le pouvoir de régler ses comptes. Le péché est une offense contre Dieu, une offense qui ne peut pas être simplement ignorée ou oubliée. Dieu, dans sa justice, ne peut admettre le péché et se doit de régler ce problème. C'est pourquoi il a envoyé Jésus. Mais Jean a aussi le jugement dernier en vue.

Le premier et le deuxième avènement de Jésus se mélangent dans ce qu'il dit. C'est une façon de faire souvent rencontrée chez les prophètes. Un exemple: Les paroles d'Esaïe citées par Matthieu avaient une application au temps d'Esaïe. Elles parlaient premièrement du retour d'Israël de la captivité de Babylone et la rédemption d'un peuple. Mais Matthieu cite les paroles d'Esaïe pour parler d'une nouvelle rédemption - quelque chose qu'Esaïe aurait bien compris lui-même. On donne même un nom à ceci - on parle d'un raccourci prophétique pour dire qu'une prophétie puisse avoir deux applications, deux accomplissements.

Jean offre l'opportunité de nous mettre en règle avec Dieu avant qu'il ne vienne pour juger le monde et pour régler les choses lui-même. Le nom 'Jean' signifie "Dieu est miséricordieux" et le message que Jean apporte montre la miséricorde de Dieu. Encore, le message de Jean est un avertissement. Le jugement va venir mais vous pouvez y échapper si vous vous repentez maintenant. Il n'y aura aucune surprise, personne ne peut dire "je ne le savais pas..." Le message de Jean et la venue de Jésus nous montrent clairement que nous avons du temps, un temps quand même limité, pour nous mettre en ordre avec Dieu. Nous pouvons encore éviter le nid de poule... et Jean nous averti plutôt que de prendre des photos.

Pour un peuple opprimé, qui cherchait un sauveur qui détruira les romains et qui les délivrera de l'oppression, c'était un message étonnant. Jean dit à Israël que le nouveau royaume commence chez eux. Il dit "Vous, vous devez changer". Mais le message étonnant de Jean de changer de vie n'a pas empêché les gens de venir. Ils sont venus confesser leur péché et recevoir le baptême de Jean.

Mais ce n'était pas seulement "l'homme de la rue" qui est allé voir Jean dans le désert. Les chefs religieux sont allés aussi, et Jean réserve pour eux ses paroles les plus féroces : "Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir? Produisez donc du fruit digne de la repentance, et ne prétendez pas dire en vous-mêmes: Nous avons Abraham pour père! Car je vous déclare que de ces pierres-ci Dieu peut susciter des enfants à Abraham."

Jean ne se retient pas! Si le cœur du message de Jean est la repentance, la conséquence de son message doit être un changement de vie. La colère à venir dont Jean parle, c'est le jugement dernier de Dieu. Nous voyons plus loin dans les évangiles que Jésus jugera les chefs religieux dans les mêmes termes. Appeler quelqu'un "vipère" n'était pas un compliment. En fait c'est dire qu'il est le pire de tous les animaux, l'animal maudit par Dieu, synonyme de tout ce qui est mauvais.

Ce que Jean dit est assez fort. Pourquoi être si impoli? C'est parce que les chefs religieux de l'époque étaient hypocrites. Ils prétendaient avoir la piété, ils prétendaient être saints, irréprochables mais ils ne l'étaient pas. Ce n'était qu'un masque fait pour impressionner ceux qui les regardaient. Les paroles de Jean touchent au cœur du problème : "Produisez donc du fruit digne de la repentance".

Les chefs religieux auraient été tout-à fait d'accord avec Jean. Il fallait faire quelque chose! Mais c'était pour les autres, non pas pour eux ... il n'y avait pas de problème chez eux. Et ça c'est le problème. Les chefs religieux croyaient qu'ils n'avaient pas besoin de vivre une vie correcte devant Dieu parce qu'ils étaient déjà enfants d'Abraham. Ils faisaient déjà partie de la famille et, pour eux, leur comportement ne comptait pour rien. Mais Jean voit clair. Il dit "Ce que vous êtes, vos positions, vos liens, votre histoire ne compte pour rien."

Les pharisiens et les sadducéens portaient leur affiliation à la nation d'Israël comme un insigne, comme un passeport, un visa qui disait "Une personne pour le ciel."

Et il y a une leçon ici pour nous, les religieux. Quel est notre insigne, notre passeport, notre visa dans l'église? Cela peut être beaucoup de choses: L'ancienneté - les années dans l'église. Un arrière-plan chrétien de longue date - des parents chrétiens, des grands-parents chrétiens. Une connaissance profonde de la bible. Les connections familiales. La position tenue dans l'église. Le nombre de réunions auxquelles nous avons assistés. Les services rendus. Ces choses ne comptent pour rien si notre cœur est dur et sans remords. Et en plus, ces choses ne nous sauvent pas.

Dieu cherche ceux qui se repentent et puis qui vont vivre une vie de repentance. Cela ne veut pas dire porter des vêtements de deuil, cela ne veut pas dire avoir un air sombre et morne. Cela veut dire ne péchez plus comme avant. Vivre autrement. C'est radical, cela doit être radical parce que le péché est un problème grave qui demande une intervention radicale.

Quand j'étais plus jeune quelqu'un m'avais conseillé de garder un compte 'court' ou petit avec Dieu. L'idée était simple - ne pas laisser accumuler le péché dans ma vie mais demande à l'Esprit Saint de me convaincre de mon péché pour que je puisse m'en débarrasser auprès de mon Père le plus vite que possible. Qu'est-ce que cela fait en effet? Nous ne laissons pas le péché nous endurcir parce que nous essayons de rester conscient de comment nous vivons et nous tourner continuellement vers Dieu. La Bible est claire que nous allons pécher, mais il y a la promesse que quand nous venons à Dieu, quand nous confessons notre péché il nous pardon.

Mais Jean n'a pas encore fini son discours: "Déjà la cognée est mise à la racine des arbres: tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. Moi, je vous baptise d'eau, pour vous amener à la repentance; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses souliers. Lui, il vous baptisera du Saint Esprit et de feu. Il a son van à la main; il nettoiera son aire, et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s'éteint point."

Ici nous apprenons quelque chose à propos du baptême de Jean. Le baptême de Jean était un baptême symbolique. Il n'avait pas d'efficacité, il ne conférait aucun mérite. C'était un signe extérieur d'une réalité intérieure. Pour celui qui se faisait baptiser, ce n'était qu'un acte d'identification. C'était dire devant tout le monde que "Je renonce à mon péché, je me détourne de mon péché et je me tourne vers Dieu." Le baptême que nous pratiquons dans l'église aujourd'hui est comme le baptême de Jean. C'est dire devant tout le monde que je laisse derrière moi mon ancienne vie de péché et que je me tourne vers Dieu par Jésus-Christ.

C'est un symbole qui est quand même important parce qu'il reflète la décision de la personne de se repentir et de suivre un nouveau chemin. C'est un des fruits de la repentance dont Jean parle. Un acte qui n'est pas facile mais qui montre une résolution de ne plus vivre comme avant.

Jean fait remarquer qu'il y a une différence entre le baptême qu'il pratique et le baptême de Jésus. Jean baptise d'eau. Jésus baptisera du Saint Esprit et de feu. Le baptême de Jésus change radicalement la vie, ce que le baptême de Jean ne fait pas. Le baptême du Saint-Esprit nous donne le pouvoir de vivre cette vie changée. Tout seul nous n'y arriverons pas. Nous n'en sommes simplement pas capables. Il nous faut de l'aide pour vivre la vie chrétienne. La Bible dit clairement que nous ne pouvons rien par nous-mêmes. C'est Jésus qui anime l'intelligence, les émotions et la volonté par son Esprit-Saint. Le baptême du Saint-Esprit touche à la profondeur de notre être pour nous transformer pour vivre une vie qui plaît à Dieu.

Jean parle aussi du feu. Il faut être franc ici et dire qu'il y a des interprétations différentes sur la signification du feu dans ce passage. Il me semble que l'explication la plus convaincante est que le feu signifie la purification - ce que l'Esprit-Saint fait en nous pour nous transformer en l'image de Jésus-Christ.

Le ministère de Jean était très important mais Jean, lui-même, a dit que celui qui viendrait était plus grand, plus important. Jean était un homme très humble. Son ministère n'avait qu'un seul but pour finir - montrer Jésus. Mais Jean ne se trompe pas. Il ne présente pas seulement l'image d'un Jésus doux et gentil. Il nous présente Jésus le roi vainqueur, Jésus le juge triomphant qui offre le salut pour un temps limité. Le deuxième avènement de Jésus que Jean avait dans sa vision ne sera pas comme le premier. La paille et le grain de blé nous donnent une image qui reviendra à plusieurs reprises dans l'enseignement de Jésus. L'image c'est de la séparation éternelle entre ceux qui écoutent et tiennent compte du message et ceux qui l'ignorent. Le royaume qui est proche, qui existe déjà dans le cœur de milliards de chrétiens, va arriver et à ce moment-là le message ne sera plus annoncé car tout sera accompli.

Pour terminer, je réfléchissais à ce que nous devons faire avec ce message de Jean en tant qu'église. Pour l'église, aussi bien qu'en tant qu'individus, le message que Jean proclame nous rappelle qu'il nous faut une certaine urgence dans l'évangélisation. Le message, "Repentez-vous", à une date limite après laquelle le salut ne sera plus offert. Il est vrai que nous ne connaissons pas la date que Dieu a fixée, mais cela ne veut pas dire que nous pouvons nous endormir sur nos lauriers. Ce n'est pas le moment de dire: "Nous avons encore le temps pour évangéliser, pour parler de Jésus. Nous le ferons demain". Demain, ou le jour après sera peut-être trop tard.

Pendant un temps nous avons pensé à nous, à l'église, ce que nous sommes, ce que nous faisons, comment nous vivons - cela en regardant les livres comme 1 Jean et 1 Corinthiens, entre autres. Dans l'enseignement nous allons toujours faire cela en partie, mais entre nous, dans nos réflexions, dans nos discussions c'est bien le moment de vraiment commencer à penser à comment nous allons proclamer, à la fois, la colère à venir et le pardon et l'amour de notre Dieu. C'est une chose à ajouter à l'agenda, un sujet à poursuivre et, pour finir, quelque chose à faire.


Si vous avez apprecié cette prédication que vous avez lu et vous aimerez nous aider dans la construction de notre nouveau bâtiment d'église vous pouvez visiter notre site www.1000x50.com, merci.

Retourner à la liste de prédications